À faire et à ne pas faire pour les réclamations d'assurance habitation: êtes-vous au courant?


Réalité: Toutes les polices d'assurance habitation ne sont pas créées de la même manière. Quand vient le temps de déposer une réclamation, de nombreux propriétaires constatent que leur police ne couvre que certains types de dommages.

"En tant que propriétaire, vous devez lire attentivement votre police avant d'en avoir besoin. Passez en revue votre page de déclarations afin de bien comprendre ce que couvre votre police et quelle sera votre franchise pour divers types de sinistres", déclare Raymond Plante, vice-président des services de compte chez Rainbow International Restoration.

«De cette façon, vous n'avez pas de surprises inattendues lorsque vous devez signaler une réclamation», dit Plante.

Lorsqu'un événement malheureux se produit (comme une tempête de vent ou un cambriolage), vous déposerez probablement une réclamation auprès de votre compagnie d'assurance. Mais votre vie sera encore plus stressante si vous faites une erreur en déposant la réclamation ou si vous ne connaissez pas ce que couvre votre police.

Pour éviter tout piège imprévu, les experts recommandent, en plus de connaître les tenants et les aboutissants de votre police, de prendre certaines mesures pour protéger votre propriété. Voici quelques choses à faire et à ne pas faire pour les propriétaires de maison.

À faire: tout documenter

Il n'y a pas de surdocumentation en matière de réclamations. Votre smartphone peut être un outil pratique pour documenter chaque détail.

«Prenez beaucoup de photos et de vidéos détaillant l'histoire de votre réclamation, y compris divers angles et distances capturant l'origine de la perte et les dommages qui en résultent à votre logement et à son contenu», dit Plante.

Il est également judicieux de vous organiser et de créer un dossier distinct pour conserver tous vos éléments documentés ensemble.

«Il est tout aussi important de documenter toutes les dépenses connexes, de conserver tous les reçus liés aux réparations temporaires, aux frais de subsistance alternatifs, aux entrepreneurs, aux plombiers, aux électriciens, etc.», dit Plante.

À ne pas faire: retarder le dépôt de votre réclamation d'assurance

Lorsqu'un incident causant des dommages se produit, les propriétaires doivent le signaler immédiatement.

La plupart des polices d'assurance ne fixent pas de limite de temps pour déposer une réclamation. Ils exigent simplement «un rapport en temps opportun des dommages matériels», dit Plante.

Une bonne règle de base est de déposer une déclaration dans l'année suivant l'incident.

«Certaines politiques stipulent que le propriétaire peut être tenu responsable des dommages subséquents en raison d'un retard de signalement ou de l'omission de faire des réparations temporaires raisonnables pour éviter d'autres dommages», dit Plante.

À faire: Faites appel à des professionnels pour vous aider à naviguer dans le processus de réclamation

Lorsqu'un dommage survient, il y a tant à faire et à régler. Mais n’y allez pas seul. Les représentants des réclamations peuvent vous guider tout au long du processus.

«Par exemple, l'expert en assurance, l'entrepreneur en atténuation, les experts en assurance et les inspecteurs en bâtiment devraient tous pouvoir entrer en contact avec les propriétaires», dit Plante. Ces professionnels peuvent vous aider à gérer les moindres détails.

Le processus de réclamation peut être ardu, vous devez donc préparer une liste de questions à poser aux professionnels des réclamations. Par exemple: «Mon assurance habitation couvre-t-elle les frais de subsistance temporaires?» Ou: «Quand un expert viendra-t-il chez moi?»

À ne pas faire: permettre à un généraliste de faire le travail

Quand vient le temps des réparations, la dernière chose dont vous avez besoin est un travail de mauvaise qualité de la part d'un homme à tout faire autoproclamé, d'autant plus que votre maison peut subir plus de dommages que vous ne le pensez.

«Après une tempête de grêle, si votre vitre est endommagée, vous risquez également d’endommager votre toit», déclare Larry Patterson, Propriétaire de Docteur en verre du nord du Texas. "Votre compagnie d'assurance peut vous dire qu'elle a une personne qui peut réparer les deux types de dommages, mais méfiez-vous de cela."

Un touche-à-tout peut savoir comment réparer une fenêtre, mais il n'aura probablement pas l'expertise d'un expert en toiture. Par conséquent, trouvez des experts qui savent ce qu'ils font et qui seront couverts par votre compagnie d'assurance. Cela peut signifier des allers-retours avec votre assuré pour trouver des professionnels qualifiés, mais cela en vaudra la peine à long terme.

À faire: assurez-vous de recevoir une garantie

Faire réparer votre maison après une catastrophe imprévue peut mettre votre famille à l'aise et remettre votre vie sur les rails. Mais vous voudrez vous assurer qu’un travail de réparation sur votre maison est assorti d’une garantie.

Par exemple, si votre maison a beaucoup de dommages aux vitres, assurez-vous de recevoir une garantie pour vos services de réparation de vitres.

«Une solide garantie contre la défaillance du joint, par exemple, vous assurera de ne pas avoir à payer pour que les travaux soient à nouveau terminés dans quelques années lorsque votre compagnie d’assurance ne paiera pas pour cela», déclare Patterson.

À ne pas faire: payer un entrepreneur en entier avant la fin des travaux

Votre compagnie d'assurance paiera une partie ou la totalité des réparations. Oui, l'argent ne sortira pas de votre poche, mais cela ne signifie pas que la compagnie d'assurance devrait payer pour un travail à moitié fait. Veillez à ne pas payer en entier ou à ne pas signer sur la ligne pointillée avant que des travaux ne soient réellement effectués à votre domicile. Assurez-vous qu'il existe un plan pour le travail effectué et obtenez tous les détails par écrit.

«Travailler avec l'entrepreneur en réparation pour définir les attentes, y compris le calendrier, la sélection des matériaux, les inspections, les paiements, etc.», dit Plante. «Cela peut éviter de futurs maux de tête et garantir que les propriétaires et les entrepreneurs sont sur la même longueur d'onde.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *