C’est quoi un amortissement comptable ?

Vous venez d’acheter un nouveau bien et vous l’avez inscrit à votre actif professionnel ? C’est donc le moment de vous pencher sur la question de son amortissement comptable. Mais qu’est-ce que c’est exactement un amortissement comptable ? En effet, quels biens peuvent être amortis ?

Le principe de l’amortissement comptable

L’amortissement nous dévoile la perte définitive de valeur d’un bien. Elle est liée à son utilisation, au passage du temps. Pour faire simple, l’amortissement vous permet de d’équilibrer cette dépréciation en l’imputant sur vos résultats.

Quels sont les biens que vous nous pouvons amortir ?

Avant de faire des calculs, le bien que vous venez d’acquérir peut-il faire l’objet d’un amortissement comptable ? Voici les 2 conditions :

Le bien doit être corporel

Il doit s’agir d’un élément qui se déprécie avec le temps : des locaux, du matériel, mobilier, véhicule..

Les biens incorporels tels que des fonds commerciaux ou des terrains ne peuvent pas être amortis même s’ils sont inscrits sur le registre des immobilisations.

La valeur du bien doit être supérieure à 500 €

Exception faite des meubles “meublant” comme les chaises ou les bureaux qui doivent être amortis même s’ils ont été achetés pour moins de 500 € hors taxe.

Si le bien comporte plusieurs composants, vous amortirez séparément chaque composant qui possède une valeur significative, c’est à dire :

  • supérieure à 500€ HT ;
  • supérieure à 15% du prix de revient du bien (ou 1% d’un immeuble) ;
  • avec une durée de vie inférieure à 80% de celle de l’ensemble de l’immobilisation ;

Les composants qui ne remplissent pas l’une de ces caractéristiques n’ont pas à être dissociés de l’immobilisation.

Comment choisir le meilleur amortissement comptable ?

C’est avant tout une question piège car cela dépend des performances de votre boîte. Même si on sait que toutes les entreprisse doivent veiller à respecter les règles et qu’elle ne doivent pas changer de méthode d’une année sur l’autre, on observe des différences. Ainsi, une entreprise réalisant des bénéfices importants aura tendance à privilégier :

  • les amortissements dégressifs quand cela est possible,
  • la durée d’amortissement comptable la plus courte.

Au contraire, les entreprises en difficulté privilégieront :

  • les amortissements linéaires,
  • les durées d’amortissement comptable les plus longues.

Si votre actif ne rentre pas dans cette catégorie, vous pouvez tout de même l’immobiliser mais vous ne pratiquerez pas d’amortissement comptable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *