Cette année, la télévision d'été signifie traîner dans les émissions du Canada et de l'Angleterre – Reason.com


  • Coroner. Le CW. Jeudi 5 août, 21 h
  • Hitmen. Disponible le vendredi 6 août sur le service de streaming Peacock.

Ne craignez pas les canicules d'août. (Au moins, à la télévision. La guerre avec la Chine et la famine de masse sont sur le rythme de quelqu'un d'autre.) La télévision tourne son regard multiculturel vers l'anthropologie comparative des systèmes de justice pénale, et vos cellules cérébrales seront enflammées d'ici la fin.

Cependant, je l'avoue, la chose la plus intéressante sur l'importation canadienne de The CW Coroner rencontre la culture dans la grande toundra du nord. Voici, par exemple, la conversation introductive entre les chefs romantiques Jenny et Liam: Elle explique que son mari, décédé il y a trois mois d'un anévrisme, était un joueur dégénéré qui a manqué à deux hypothèques sur leur maison et a laissé son assurance-vie expirer, jeter la famille dans une dette désespérée.

"Alors et toi?" s'enquiert-elle vivement.

«J'étais dans l'armée, en Afghanistan», répond Liam. "J'ai tué un tas de gens."

Des relations sexuelles lascives en plein air s'ensuivent, après quoi ils examinent les vieilles cicatrices de balles de l'autre. Vous pensez que j'invente ça. je soooo souhait.

Coroner, qui a déjà été diffusé pendant deux saisons au Canada, fait partie de la récolte estivale déroutante de rediffusions se faisant passer pour de nouvelles émissions. C'est l'histoire de la médecin légiste en croisade Jenny (jouée par l'actrice canadienne Serinda Swan, connue surtout pour ressembler un peu à l'incarnation de 1975 de Tyne Daly.)

Sa ville de Toronto ayant apparemment déjà vidé son service de police, Jenny doit résoudre tous les homicides, mais ce n'est pas une responsabilité aussi lourde qu'il y paraît parce que les criminels, comme tout le monde au Canada, sont plutôt gentils. (Quand Jenny demande à quoi servait un détenu assassiné d'une école de réforme, un travailleur social de la prison explique sérieusement: "Il était antifa. Il était tout à propos de l'avenir.")

Curieusement, le Canada semble avoir une fascination continue pour les pathologistes héroïques. Coroner est au moins la quatrième émission dans l'histoire de la télévision du pays sur un coroner superstar, remontant à Wojeck en 1966, notamment parce qu'il a lancé la carrière de Dean Vernon Wormer, euh, l'acteur John Vernon, source du décret disciplinaire immortel, "Plus de plaisir d'aucune sorte!"

C'est un bon résumé de Coroner, qui, à part ces blessures par balle sur le dos nu de Jenny, est l'essence même de la tiédeur canadienne. Et quand vous regardez la dernière importation britannique de la télévision, dans laquelle les cerveaux sont éclaboussés toutes les quelques minutes pour de grands rires, il est difficile de croire que ces deux pays faisaient autrefois partie du même empire impérial.

L'émission britannique – oui, elle a déjà été diffusée il y a quelques mois – s'appelle Hitmen et diffusé sur le nouveau service de streaming de NBC Peacock. Il met en vedette Mel Giedroyc et Sue Perkins comme une paire de crabe, ménopause et assez tueurs professionnels incompétents.

Alors que l'un pourchasse une victime en fuite, l'autre sera inévitablement au téléphone pour se disputer avec une société de carte de crédit ou un client trop exigeant. («La torture n'est pas vraiment notre truc.… C'est une chose de tuer quelqu'un, mais de faire sauter ses seins dans une plastifieuse….») Ils sont souvent amenés à transporter les victimes à la fenêtre d'un McDonald's, à une fête d'anniversaire ou même à jouer à des charades avec eux avant de les priser. L'humour est plus sombre que le cœur d'une sorcière, la plupart étant constitué de farces jouées sur des personnes sur le point de se faire exploser la cervelle.

Étonnamment, cela vieillit après environ les cinq premières minutes. Giedroyc et Perkins étaient les hôtes d'un concours de cuisine britannique appelé Le grand bake off britannique. Ils auraient probablement dû s'en tenir à cela, mais peut-être expérimenté en coupant la gorge des concurrents qui ont gâché les scones.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *