Guide comparatif de la réglementation bancaire – Finance et banque


Pour imprimer cet article, il vous suffit de vous inscrire ou de vous connecter sur Mondaq.com.

1 Cadre juridique

1.1 Quelles dispositions législatives et réglementaires régissent le secteur bancaire dans votre juridiction?

Le principal cadre réglementaire pour le secteur bancaire est la loi sur les entreprises financières (loi consolidée n ° 937 du 6 septembre 2019), qui contient la réglementation globale de toutes les institutions financières (banques, établissements de crédit hypothécaire, compagnies d'assurance et entreprises d'investissement). Entre autres choses, il réglemente les activités autorisées, les exigences d'agrément, les devoirs et les responsabilités des institutions financières et leur gestion, et contient des dispositions sur la surveillance et les pouvoirs de surveillance de l'Autorité danoise de surveillance financière (FSA).

La loi sur les entreprises financières en tant que telle est dans une large mesure basée sur la législation de l'UE et met en œuvre un certain nombre de directives clés concernant le secteur financier (voir question 1.2).

Le cadre réglementaire du Financial Business Act est complété par un nombre important de décrets exécutifs émis par la FSA qui contiennent des dispositions plus spécifiques et détaillées relatives à un certain nombre de domaines clés, tels que l'externalisation, la gestion et la gouvernance, les plans de redressement, la rémunération, l'étiquetage des risques des produits d'investissement et les bonnes pratiques commerciales pour les institutions financières.

En outre, la FSA a publié un certain nombre de documents d'orientation qui précisent comment les diverses dispositions devraient être interprétées et appliquées dans la pratique.

1.2 Quels instruments bilatéraux et multilatéraux sur le secteur bancaire ont des effets dans votre juridiction? Comment la coopération réglementaire et la surveillance consolidée sont-elles assurées?

La réglementation bancaire danoise est dans une large mesure harmonisée avec le reste de l'Union européenne sur la base de nombreuses directives et réglementations de l'UE dans le domaine des services financiers. Dans le secteur bancaire, les directives de l'UE ont été principalement transposées dans la législation danoise par leur incorporation dans le Financial Business Act, tandis que les règlements de l'UE sont directement applicables.

La FSA coopère avec les régulateurs de l'UE en ce qui concerne les activités bancaires transfrontalières, le régulateur de l'État d'origine étant principalement responsable de la surveillance globale et le régulateur de l'État d'accueil jouant un rôle secondaire dans la surveillance des succursales locales, etc.

1.3 Quels organismes sont chargés de faire appliquer les lois et réglementations applicables? Quels pouvoirs (y compris les sanctions) ont-ils?

Le principal régulateur est la FSA, dont l'objectif global est d'assurer la stabilité financière et la confiance dans les institutions financières et les marchés.

À cette fin, la FSA surveille le respect du Financial Business Act, entre autres – en partie par la publication de décrets et de notes d'orientation et d'un dialogue ouvert permanent avec les institutions financières, et en partie par des inspections régulières sur place des institutions financières.

En ce qui concerne la surveillance des banques, la FSA se concentre principalement sur les exigences en matière d'adéquation des fonds propres et de solvabilité; la conformité dans d'autres domaines est contrôlée sur la base d'une approche fondée sur les risques, les zones à haut risque étant surveillées de plus près que les zones à faible risque.

La FSA dispose de pouvoirs de surveillance étendus en ce qui concerne l'application du Financial Business Act et d'autres lois complémentaires. La FSA peut exiger des banques qu'elles soumettent toutes les informations et tous les documents qu'elle juge nécessaires afin de contrôler le respect du Financial Business Act, soit dans le cadre d'une inspection, soit de manière autonome. Ces demandes s'ajoutent aux obligations de reporting régulières en matière de solvabilité, de liquidité et de questions similaires.

En outre, la FSA peut ordonner une enquête sur une banque pour un domaine d'intérêt particulier soit par la FSA elle-même, soit par des experts externes si elle le juge nécessaire. Les frais de ces enquêtes sont à la charge de l'institution financière concernée.

Les banques dont la violation grave ou répétée du Financial Business Act est constatée sont normalement placées sous ce que l'on appelle une «surveillance renforcée», ce qui entraîne, entre autres, un régime de déclaration plus onéreux.

La FSA prévoit un certain nombre de sanctions en cas de non-respect du Financial Business Act. Les violations du Financial Business Act sont normalement sanctionnées par des réprimandes publiques. Dans les cas graves, des amendes administratives peuvent être imposées. Si la violation est en cours, la FSA ordonnera soit à la banque concernée de s'abstenir des activités qui enfreignent le Financial Business Act, soit à la banque (généralement dans un certain délai) de prendre des mesures correctives.

En fin de compte, la FSA peut retirer la direction de la banque en retirant son approbation «apte et appropriée» ou peut retirer complètement la licence bancaire.

1.4 Quelles sont les priorités actuelles des régulateurs et comment le régulateur s'engage-t-il avec le secteur bancaire?

En général, les exigences d'adéquation des fonds propres et de solvabilité sont une priorité absolue pour la FSA. Au cours de la crise du COVID-19, la FSA s'est en particulier concentrée sur la question de savoir si les banques détiennent un capital suffisant pour résister au ralentissement économique actuel, ce qui devrait entraîner des pertes plus élevées pour les banques.

Parmi les autres grandes priorités figurent la lutte contre le blanchiment d'argent, l'externalisation, la sécurité informatique et une concentration accrue sur la viabilité des modèles commerciaux de certaines banques dans un environnement de taux d'intérêt bas.

La FSA s'engage de manière proactive avec le secteur bancaire – à la fois formellement par ses inspections régulières, l'émission de décrets, etc., et de manière informelle en participant à des séminaires sectoriels, en prononçant des discours, etc.

2 Forme et structure

2.1 Quels types de banques se trouvent généralement dans votre juridiction?

Le secteur bancaire danois est composé de banques, de caisses d'épargne et d'établissements de crédit hypothécaire.

Les banques sont organisées sous forme de sociétés à responsabilité limitée, sont souvent cotées en bourse et financent tout, des particuliers aux petites entreprises en passant par les grandes sociétés danoises et internationales. Traditionnellement, les banques danoises ont été organisées en tant que banques universelles et il n'y a donc pas de distinction spécifique entre la banque commerciale et la banque d'investissement (bien que les activités de banque d'investissement, à des fins pratiques, soient souvent séparées en départements ou divisions spéciaux au sein des banques).

Historiquement, les caisses d'épargne appartenaient à leurs clients et fournissaient traditionnellement des financements aux particuliers et aux petites entreprises dans une certaine zone. Par conséquent, ils ont souvent une forte présence locale ou régionale. Cependant, au cours des dernières années, un certain nombre de caisses d'épargne ont été transformées en sociétés à responsabilité limitée et ont été cotées afin de rendre leurs modèles commerciaux plus viables et d'accéder au capital plus facilement.

Les établissements de crédit hypothécaire sont essentiellement des «banques de niche», en ce sens qu'ils ne financent que l'immobilier. Contrairement aux banques, elles se financent non pas par des dépôts, des prêts et autres, mais uniquement par l'émission d'obligations adossées à des hypothèques sous forme d'obligations sécurisées. Le financement stable permet aux établissements de crédit hypothécaire non seulement de proposer des taux d'intérêt très attractifs, mais également de proposer des prêts hypothécaires à taux fixe avec des échéances allant jusqu'à 30 ans. Le système hypothécaire danois offre l'un des taux d'intérêt les plus bas aux emprunteurs d'Europe et les coûts d'emprunt les plus bas pour la première tranche prioritaire de la valeur de la propriété, en raison du système de crédit hypothécaire unique du Danemark. La combinaison d'un cadre étroitement réglementé, de la gestion du crédit et des risques et du financement de gros par le biais d'un système de transmission assure des conditions de financement proches des marchés financiers grâce à l'émission d'obligations appariées individuellement pour chaque emprunteur. La liquidité élevée et l'attractivité des obligations en raison de leur niveau de sécurité élevé se traduisent par des prix très bas et compétitifs pour les emprunteurs.

2.2 Comment ces banques sont-elles généralement structurées?

Les banques et les établissements de crédit hypothécaire sont organisés en sociétés à responsabilité limitée.

Les caisses d'épargne sont traditionnellement organisées comme des institutions indépendantes appartenant à leurs propres clients. Bien qu’il reste encore quelques caisses d’épargne traditionnelles, elles ont de plus en plus tendance à se transformer en sociétés à responsabilité limitée – bien que certaines d’entre elles, pour des raisons historiques, aient conservé le label de «caisse d’épargne» dans leur nom.

Un très petit nombre d'établissements de crédit sont encore organisés en coopératives de crédit en vertu d'une législation spéciale. Celles-ci disparaîtront très probablement avec le temps, étant donné que leur gouvernance et leur structure de financement limitent en pratique leur taille.

2.3 Existe-t-il des restrictions à la propriété étrangère des banques?

Il n'y a pas de restrictions explicites sur la propriété étrangère des banques. Cependant, tout actionnaire acquérant un soi-disant «  intérêt éligible '' (c'est-à-dire 10% ou plus des actions ou des droits de vote ou tout autre actionnariat donnant à l'actionnaire une influence importante sur la gestion de la banque) doit être approuvé comme «  apte et approprié '' »par l'Autorité de surveillance financière (FSA).

Dans le cadre de l’approbation «apte et appropriée», la FSA évaluera, entre autres:

  • si l'acquisition d'un intérêt éligible conduira la banque à faire partie d'une structure de groupe (par exemple, en devenant une filiale), et si une telle structure permet toujours à la FSA de la superviser efficacement; et
  • si la FSA peut échanger et coopérer avec l'autorité compétente concernée de l'entreprise mère.

Lorsque l'acquéreur est une entité réglementée par l'UE ou une entité réglementée par une autorité compétente d'un pays avec lequel l'Union européenne a conclu un accord de coopération, cela sera moins préoccupant. Cependant, si l'acquéreur est situé dans un pays tiers, l'approbation «apte et appropriée» sera soumise à un examen plus approfondi.

2.4 Les banques ayant un siège à l'étranger peuvent-elles opérer dans votre juridiction sur la base de leur licence étrangère?

Les banques de l'UE et de l'Espace économique européen (EEE) peuvent en général fournir des services bancaires au Danemark soit sur une base transfrontalière, soit par l'intermédiaire d'une succursale danoise sous le régime de passeport de l'UE. La banque concernée doit être dûment agréée dans son pays d'origine et le régulateur de son pays d'origine doit être informé en conséquence, qui à son tour en informera la FSA danoise.

La banque continuera d'être soumise à la surveillance de son régulateur de l'État d'origine, mais la FSA surveillera la succursale en ce qui concerne la conduite de la réglementation des affaires et surveillera également la succursale afin d'aider le régulateur de l'État d'origine dans sa surveillance. .

Les banques des pays non membres de l'UE / EEE ne peuvent pas se fier au régime de passeport de l'UE et devront créer une succursale ou une filiale à part entière si elles souhaitent offrir la gamme complète des services bancaires.

3 Autorisation

3.1 Quelles licences sont nécessaires pour fournir des services bancaires dans votre juridiction? Quelles activités couvrent-ils?

Afin de fournir des services bancaires traditionnels (acceptation de dépôts et prêts), une licence bancaire est requise conformément à l'article 7 de la loi sur les affaires financières.

Une licence bancaire danoise couvre les activités suivantes:

  • acceptation des dépôts et autres fonds remboursables;
  • prêts, y compris:

    • crédit à la consommation;
    • crédit hypothécaire;
    • affacturage et actualisation; et
    • crédits commerciaux (y compris forfaiting);
  • crédit-bail financier;
  • les services de paiement couverts par l'annexe 1 de la loi sur les paiements;
  • émission et administration d'autres moyens de paiement (par exemple, chèques de voyage et traites bancaires);
  • garanties et collatéralisation;
  • négocier pour son propre compte ou pour le compte de clients en:

    • instruments du marché monétaire (par exemple, chèques, factures, certificats de dépôt);
    • devises étrangères;
    • contrats à terme et options financières;
    • instruments de change et de taux d'intérêt; et
    • instruments financiers transférables;
  • participation à l'émission d'instruments financiers et fourniture de services connexes;
  • conseils aux entreprises sur la structure du capital, la stratégie industrielle et les questions et conseils connexes, ainsi que les services liés aux fusions et acquisitions;
  • courtage d'argent;
  • gestion de portefeuille et conseil;
  • garde et administration d'instruments financiers;
  • services de référence de crédit;
  • services de garde en lieu sûr; et
  • émission de monnaie électronique.

La liste ci-dessus présente les activités autorisées pour une banque titulaire d'une licence bancaire danoise. Les banques de l'UE / EEE qui ont obtenu un passeport au Danemark sont soumises à une liste légèrement différente des activités autorisées des établissements de crédit (voir l'annexe 2 du Financial Business Act).

3.2 Quelles conditions doivent être remplies pour obtenir une licence?

Le demandeur doit remplir les conditions suivantes pour obtenir une licence bancaire:

  • Il dispose d'un capital social libéré d'au moins 5 millions d'euros;
  • Le conseil d'administration et la direction sont jugés «aptes et convenables»;
  • Les actionnaires détenant un «intérêt éligible» (voir question 2.3) sont également considérés comme «aptes et convenables»;

  • Il n'y a pas de liens étroits entre le demandeur et des entreprises ou des personnes qui détiennent une participation substantielle dans le demandeur qui pourrait autrement compliquer ou entraver la surveillance par l'Autorité danoise de surveillance financière (FSA);
  • Il n’existe pas de législation de pays tiers applicable à une entreprise ou à une personne ayant des liens étroits avec le demandeur, ce qui compliquerait ou entraverait le contrôle de la FSA;
  • Des procédures et des contrôles administratifs appropriés sont en place; et
  • Le demandeur a son siège et son siège social au Danemark.

3.3 Quelle est la procédure d'obtention d'une licence? Combien de temps cela prend-il généralement?

Afin d'obtenir une licence bancaire, le demandeur doit soumettre une demande écrite à la FSA. Il n'y a pas de format prescrit pour la demande, mais elle doit contenir toutes les informations et tous les documents nécessaires pour permettre à la FSA d'évaluer si les conditions d'obtention d'une licence bancaire sont remplies. En général, la demande doit couvrir les éléments suivants:

  • les statuts du demandeur et le procès-verbal de la constitution de la société;
  • des informations sur le capital social et la preuve qu'il a été entièrement libéré;
  • le bilan d'ouverture et les budgets pour les trois premières années;
  • une description du business model / business plan;
  • des informations sur la structure informatique et des déclarations du comptable candidat en matière d'informatique, etc.
  • règlement intérieur du conseil d'administration et instruction à la direction;
  • des procédures écrites pour les activités pertinentes, la gestion des risques, les conflits d'intérêts, les contrôles internes, la sécurité informatique, etc.
  • le nom de l'auditeur proposé du candidat;
  • un calendrier pour l'application et le début des activités autorisées; et
  • des candidatures adéquates pour le conseil d'administration, la direction et les actionnaires ayant un intérêt éligible (ou des informations sur les 20 plus grands actionnaires, si aucun actionnaire ne détient un intérêt éligible).

La FSA dispose de six mois pour traiter la demande, en supposant que la demande contient toutes les informations et tous les documents nécessaires; dans le cas contraire, la date limite sera reportée jusqu'à ce que toutes les informations soient disponibles.

4 Capital réglementaire et liquidité

4.1 Comment les banques sont-elles généralement financées dans votre juridiction?

Les banques sont normalement financées par une combinaison de capital-actions complété par diverses formes de capital de niveau 2.

4.2 Quelles exigences de capital minimum s'appliquent aux banques de votre juridiction?

Le capital minimum requis pour les banques est un capital social libéré de 5 millions d'euros.

4.3 Quelles conditions de réserve légale s'appliquent aux banques de votre juridiction?

Le conseil d'administration et la direction d'une banque doivent à tout moment s'assurer que la banque dispose d'un capital suffisant pour couvrir ses risques (par exemple, risque de crédit, risque de marché, risque opérationnel). Dans le cadre de cette évaluation, ils sont notamment tenus de calculer l'exigence de solvabilité individuelle de la banque et de détenir un capital suffisant pour couvrir cette exigence. L'autorité de surveillance financière danoise peut augmenter l'exigence de solvabilité individuelle et ordonner à la banque d'augmenter ses fonds propres si elle estime que l'exigence de solvabilité fixée par la banque est insuffisante pour couvrir son exposition au risque.

5 Surveillance des groupes bancaires

5.1 Quelles exigences s'appliquent en matière de surveillance des groupes bancaires dans votre juridiction?

Les groupes bancaires sont supervisés sur une base consolidée conformément au Financial Business Act et sur la base du règlement sur les exigences de fonds propres.

Si la société mère du groupe bancaire est située dans un autre pays de l'UE / de l'Espace économique européen, l'Autorité danoise de surveillance financière supervisera principalement la succursale ou la filiale danoise et assistera par ailleurs le régulateur du pays d'origine dans la supervision globale du groupe bancaire.

5.2 Comment les banques d'importance systémique sont-elles surveillées dans votre juridiction?

Les institutions financières d'importance systémique (SIFI) et les institutions financières d'importance systémique mondiale (G-SIFI) sont soumises au régime réglementaire spécial défini au chapitre 19 du Financial Business Act. Le chapitre 19 contient des dispositions détaillées sur la manière dont les SIFI et les G-SIFI sont identifiés (c'est-à-dire les critères de qualification), ainsi que les exigences spécifiques qui s'appliquent si une banque se qualifie en tant que SIFI. Les exigences sont les suivantes:

  • une obligation de maintenir un coussin de fonds propres SIFI spécifique;
  • une obligation d'identifier le personnel clé;
  • une obligation de créer des comités de rémunération, de nomination et de risque;
  • les limites du nombre d'autres postes au sein du conseil et de la direction qu'un membre du conseil dans un SIFI / G-SIFI peut occuper en plus de son poste actuel; et
  • diverses restrictions et exigences relatives aux plans de bonus et à la rémunération variable.

5.3 Quel est le rôle de la banque centrale?

Les principaux objectifs de la banque centrale danoise (Nationalbanken) doivent contribuer à assurer:

  • des prix stables;
  • paiements sûrs; et
  • un système financier stable.

Ces objectifs sont atteints par:

  • s'engager dans une politique de taux de change fixe vis-à-vis l'euro qui permet à la banque centrale de maintenir l'inflation à un niveau bas (grâce à une combinaison de politiques monétaire et de taux de change);
  • agir en tant que banquier pour toutes les banques danoises, ce qui garantit que les paiements interbancaires peuvent être réglés en toute sécurité; et
  • superviser et évaluer la stabilité financière au Danemark

6 activités

6.1 Quelles réglementations spécifiques s'appliquent aux activités bancaires suivantes dans votre juridiction: (a) Prêt hypothécaire? (b) Crédit à la consommation? (c) Services d'investissement? et (d) les services de paiement et la monnaie électronique?

(a) Prêt hypothécaire?

Les établissements de crédit hypothécaire qui fournissent l'essentiel de tous les prêts hypothécaires sont régis par le Financial Business Act en tant que tel. Le prêt hypothécaire en lui-même est – dans la mesure où les prêts hypothécaires sont consentis par des établissements de crédit hypothécaire – réglementé par la loi consolidée 1188 du 19 septembre 2018 sur les prêts hypothécaires et les obligations hypothécaires. La loi sur les prêts hypothécaires réglemente en partie les prêts hypothécaires eux-mêmes (garantie, échéance et remboursement, prêt-valeur, évaluation des propriétés) et en partie l'émission des obligations hypothécaires qui financent les prêts hypothécaires.

(b) Crédit à la consommation?

Le crédit à la consommation est régi par la loi consolidée 817 du 6 août 2019 sur les contrats de crédit. La loi sur les contrats de crédit met en œuvre un certain nombre de directives de l'UE dans le domaine du crédit à la consommation et contient des dispositions détaillées sur les contrats de crédit à la consommation, mais également des dispositions plus générales sur les accords de réserve de propriété dans le cadre de l'octroi de crédit.

(c) Services d'investissement?

Les services d'investissement sont principalement réglementés par le Financial Business Act, qui réglemente les entreprises d'investissement en tant que telles, ainsi que par le décret sur la protection des investisseurs en ce qui concerne la fourniture de services d'investissement, etc.

(d) Services de paiement et monnaie électronique?

Les services de paiement et la fourniture de ces services sont régis par la loi consolidée 1024 du 3 octobre 2019 sur les paiements, qui met en œuvre la deuxième directive de l'UE sur les services de paiement (2015/2366) et énonce les exigences en matière de licences et similaires en ce qui concerne la monnaie électronique et le paiement. prestations de service.

7 Reporting, exigences organisationnelles, gouvernance et gestion des risques

7.1 Quelles sont les principales obligations de déclaration et de divulgation applicables aux banques de votre juridiction?

Les banques sont soumises à un certain nombre d'obligations de déclaration continue en ce qui concerne leur capital, leur solvabilité, etc., et peuvent être soumises à des obligations de déclaration supplémentaires si cela est jugé nécessaire par l'Autorité danoise de surveillance financière (FSA).

En outre, les banques doivent publier des versions résumées des rapports d'inspection de la FSA sur leur site Internet une fois l'inspection terminée. Les résumés doivent contenir les principales conclusions de la FSA, les ordres ou réprimandes émis par la FSA ainsi que certaines informations sur les risques, entre autres.

7.2 Quelles sont les principales exigences organisationnelles et de gouvernance applicables aux banques de votre juridiction?

Conformément à l'article 70 du Financial Business Act, le conseil d'administration d'une banque est globalement responsable de la gestion de la banque et de la supervision de la direction. Son rôle principal est de:

  • spécifier les activités commerciales dans lesquelles la banque doit être engagée;
  • identifier et quantifier les risques significatifs auxquels la banque est exposée et déterminer le profil de risque de la banque;
  • adopter des politiques sur la manière dont la banque doit gérer ses activités commerciales et le risque associé; et
  • adopter une politique de diversité pour le conseil d'administration qui assure une diversité suffisante quant aux qualifications et aux compétences parmi les membres du conseil.

En plus de ces tâches plus générales, le conseil d'administration doit émettre des directives écrites détaillées à la direction sur la manière dont ces politiques doivent être mises en œuvre dans la gestion quotidienne.

L'article 71 du Financial Business Act spécifie comment la banque doit être organisée à un niveau général. À cet égard, l'article 71 exige, entre autres, que la banque:

  • une structure organisationnelle claire avec une répartition des responsabilités bien définie, transparente et cohérente;
  • bonnes pratiques administratives et comptables;
  • des procédures écrites pour tous les domaines d'activité importants;
  • des procédures efficaces pour identifier, gérer, surveiller et signaler les risques auxquels l'entreprise est ou peut être exposée;
  • les ressources nécessaires pour mener à bien ses activités et leur utilisation appropriée;
  • des procédures en vue de séparer les fonctions liées à la gestion et à la prévention des conflits d'intérêts;
  • procédures de contrôle interne complètes;
  • contrôle informatique et mesures de sécurité adéquats; et
  • le personnel et les ressources financières nécessaires pour garantir des possibilités suffisantes d'introduction et de formation professionnelle continue pour les membres du conseil d'administration ou du conseil de direction.

Les articles 70 et 71 sont complétés par un décret sur la gestion de la gouvernance des banques émis par la FSA.

7.3 Quelles exigences clés de gestion des risques s'appliquent aux banques de votre juridiction?

La gestion des risques fait partie intégrante des exigences générales de gouvernance (voir l'article 70 du Financial Business Act). Dans la pratique, les banques doivent mettre en place une fonction de gestion des risques et désigner une personne responsable de l'ensemble de la gestion des risques.

7.4 Quelles sont les exigences en matière d'audit interne et externe dans votre juridiction?

Toutes les banques doivent avoir des auditeurs externes, qui doivent auditer les états financiers de la banque. En outre, les banques qui, pendant deux exercices consécutifs, ont compté au moins 125 salariés à temps plein doivent également faire l'objet d'un audit interne. Les petites banques peuvent également avoir un audit interne si le conseil d'administration le décide.

8 Direction générale

8.1 Quelles exigences s'appliquent en ce qui concerne la structure de gestion des banques dans votre juridiction?

Les banques danoises fonctionnent avec un système de gestion à deux niveaux, composé de:

  • un conseil d'administration de surveillance, qui assume la responsabilité globale de la gestion de la banque au niveau stratégique, en plus de la responsabilité de contrôle et de surveillance; et
  • la direction – parfois appelée conseil de direction – qui est responsable de la gestion quotidienne de la banque.

8.2 Comment les administrateurs et les hauts dirigeants sont-ils nommés et révoqués? Quels critères de sélection s'appliquent à cet égard?

Le conseil d'administration est élu et peut être révoqué par les actionnaires de la banque. Le directeur général d'une banque est nommé et révoqué par le conseil d'administration.

L'Autorité danoise de surveillance financière peut exiger que le conseil d'administration révoque un cadre supérieur s'il n'est plus jugé «  apte et approprié '', et peut également exiger qu'un membre du conseil démissionne s'il n'est plus jugé «  apte et approprié ''. correct'.

8.3 Quelles sont les obligations légales des directeurs de banque et des cadres dirigeants?

La direction de la banque est responsable de la gestion quotidienne de la banque, conformément aux politiques et directives arrêtées par le conseil d'administration.

8.4 Comment la rémunération des dirigeants du secteur bancaire est-elle réglementée dans votre juridiction?

Le conseil d'administration doit adopter une politique de rémunération qui s'applique au conseil d'administration, à la direction et aux autres personnes dont les activités ont un impact significatif sur le profil de risque de la banque. La politique de rémunération doit être revue à intervalles réguliers et doit contenir des principes appropriés de rémunération, en tenant compte de la taille de la banque, de la complexité, des problèmes de conflits d'intérêts, etc. En outre, le Financial Business Act et le décret exécutif pertinent sur la rémunération dans les banques contiennent des restrictions fixes sur la partie variable de la rémunération globale, qui en général ne doit pas dépasser un pourcentage spécifique de la rémunération globale des administrateurs et des membres de la direction. (50%) ou des personnes dont les activités affectent significativement le profil de risque de la banque (100%).

9 Changement de contrôle et transferts d'activités bancaires

9.1 Comment les actifs et les passifs des banques sont-ils généralement transférés dans votre juridiction?

La raison du transfert détermine la manière dont les actifs et les passifs sont transférés. Si la banque est en difficulté, la banque sera assumée par la Financial Stability Company pour poursuivre une dissolution contrôlée au lieu d'une faillite pure et simple (voir question 14). L’autorité de surveillance financière danoise (FSA) adressera d’ordinaire un avis à la banque en difficulté un vendredi après-midi en vue de faire transférer les actifs de la banque le dimanche soir, évitant ainsi un «bank run». Le transfert à une autre banque de tout ou partie des activités de la banque en difficulté est l'objectif premier; Ce n'est que si aucune solution basée sur le marché ne peut être trouvée que le processus de dissolution sera lancé.

Dans le cours normal des choses, en dehors d'un scénario de détresse, un transfert d'activités bancaires peut avoir lieu par voie de fusion ou d'acquisition. Le choix d'un actif ou d'une transaction sur actions dépend des circonstances spécifiques de l'acquisition. Le transfert sera régi par le Financial Business Act et nécessitera une étroite coordination avec le régulateur pour obtenir son approbation (voir l'article 204 de la loi). L'approbation doit être notifiée dans un délai de deux mois et peut être rejetée, par exemple, pour des raisons d'ordre public (voir l'article 204 (3) de la loi).

Le succès dépendra du cadre contractuel régissant les activités de la banque (par exemple, s'il existe des clauses sur le capital hybride de niveau 2 qui nécessiteraient le consentement préalable du porteur de billets). En pratique, la convocation d'une assemblée des porteurs de billets pour obtenir leur consentement sera souvent peu pratique ou futile, et des fusions ont eu lieu sans le consentement préalable des porteurs de billets malgré le risque théorique d'un défaut technique croisé.

9.2 Quelles conditions doivent être remplies en cas de changement de contrôle?

Un changement de contrôle doit être notifié à la FSA et l'acquéreur doit être jugé «apte et convenable» par la FSA. Cette exigence est déclenchée par l'acquisition d'un «intérêt éligible» (voir question 2.3). Une exigence supplémentaire d'approbation «apte et appropriée» est déclenchée si la participation est ensuite augmentée à 20%, 33% ou 50%, ou si la banque devient par ailleurs une filiale de l'acquéreur.

10 Protection des consommateurs

10.1 À quelles exigences les banques doivent-elles se conformer pour protéger les consommateurs dans votre juridiction?

En général, les banques doivent traiter tous leurs clients équitablement, y compris les consommateurs (voir la norme générale de bonnes pratiques commerciales à l'article 43 du Financial Business Act). Ce principe général est complété par un certain nombre d'exigences plus spécifiques, en fonction du secteur d'activité spécifique (par exemple, crédit à la consommation, services financiers).

L'acceptation de garanties par les banques et le contenu de ces garanties de la part de clients non commerciaux (c'est-à-dire les consommateurs et les particuliers) sont spécifiquement réglementés dans le Financial Business Act.

10.2 Comment les dépôts sont-ils protégés dans votre juridiction?

Les dépôts ordinaires sont couverts par le Fonds de garantie danois pour les déposants et les investisseurs jusqu'à 100 000 € par client. Certains autres types de dépôts, tels que les dépôts liés à l'immobilier, sont couverts jusqu'à 10 millions d'euros.

11 Sécurité des données et cybersécurité

11.1 Quel est le régime de protection des données applicable dans votre juridiction et quelles implications spécifiques cela a-t-il pour les banques?

Les banques danoises sont en général soumises au règlement général sur la protection des données (RGPD), ainsi qu'à la loi danoise 502 du 23 mai 2018 sur la protection des données, qui complète le RGPD.

11.2 Quel est le régime de cybersécurité applicable dans votre juridiction et quelles implications spécifiques cela a-t-il pour les banques?

Bien qu'il y ait eu une augmentation des cyberattaques contre les banques au cours des deux dernières années, la cybersécurité dans le secteur financier danois est toujours considérée comme la meilleure de sa catégorie en Europe. Le secteur financier danois – aidé en partie par la banque centrale danoise – a investi des ressources considérables pour garantir une infrastructure informatique sûre et efficace.

L'adoption généralisée d'une solution de signature numérique pour tous les citoyens et entreprises a considérablement accru l'utilisation des transactions et des solutions électroniques. NemID est une connexion sécurisée commune pour les services Internet, à utiliser pour la banque en ligne, le libre-service, l'obtention d'informations auprès des autorités publiques et l'interaction avec l'une des nombreuses entreprises qui utilisent NemID. La signature numérique officielle est associée à une boîte de réception électronique statutaire à utiliser par tous les citoyens et entreprises. Ceci sera également utilisé pour la communication avec les clients de la banque. Le résultat est un degré élevé de numérisation, qui à son tour a entraîné un degré élevé de résilience pendant la crise du COVID-19, car la plupart des transactions et des communications pourraient être maintenues sans interruption significative. Les banques devront donc appliquer la solution nationale NemID pour la banque en ligne tant pour les entreprises que pour les citoyens.

12 Criminalité financière et secret bancaire

12.1 Quelles dispositions régissent le blanchiment d'argent et d'autres formes de criminalité financière dans votre juridiction et quelles implications spécifiques ont-elles pour les banques?

Les banques danoises sont soumises à la loi consolidée 380 du 2 avril 2020 sur les mesures de prévention du blanchiment de capitaux et du financement du terrorisme (loi LBC). La loi LBC oblige les banques à évaluer le risque d'être utilisées pour blanchir de l'argent ou financer le terrorisme, ainsi qu'à mettre en œuvre des procédures de gestion des risques appropriées. Dans le cadre de ces procédures, les banques doivent:

  • adopter des procédures strictes de «connaissance du client»;
  • surveiller les transactions des clients; et
  • investigate and potentially report suspicious transactions to the Public Prosecutor for Serious Economic and International Crime.

12.2 Does banking secrecy apply in your jurisdiction?

Yes, pursuant to Section 117 of the Financial Business Act, financial institutions (including banks) may not divulge or otherwise utilise confidential information about their customers. The banking secrecy principle is subject to certain exemptions (eg, consent, erroneous transfer of money, disclosure of certain information for administrative and risk management purposes), and is subject to overriding provisions of law (eg, disclosure of information to tax authorities).

13 Competition

13.1 What specific challenges or concerns does the banking sector present from a competition perspective? Are there any pro-competition measures that are targeted specifically at banks?

The Danish banking sector is quite concentrated, with a few banks having a dominant position, which could potentially give rise to concerns. However, so far there is no evidence of any particular issues in this regard.

14 Recovery, resolution and liquidation

14.1 What options are available where banks are failing in your jurisdiction?

Pursuant to Section 71a of the Financial Business Act, banks must prepare and maintain recovery plans that contain, among other things, a broad range of recovery models which can be implemented if the bank becomes distressed. The recovery plan must be submitted for approval to the Danish Financial Supervisory Authority (FSA). If a bank is failing and if no alternative measures are likely to prevent its failure, the Danish Financial Stability Company may resolve the situation by intervening. The resolution tools available to the bank are:

  • a sale of the bank or its assets;
  • the establishment of a bridge institute which will acquire all or part of the assets and liabilities of the relevant bank;
  • a separation of performing and non-performing assets of the bank; et
  • a bail-in.

14.2 What insolvency and liquidation regime applies to banks in your jurisdiction?

A bank may be either:

  • liquidated by way of a solvent liquidation on the shareholders or (in some instances) the FSA's initiative pursuant to the Financial Business Act and the Companies Act; ou
  • liquidated or reconstructed through a bankruptcy or reconstruction procedure pursuant to the Financial Business Act and the Bankruptcy Act.

15 Trends and predictions

15.1 How would you describe the current banking landscape and prevailing trends in your jurisdiction? Are any new developments anticipated in the next 12 months, including any proposed legislative reforms?

For the past couple of years, there has been an increased focus on compliance, bank management and even the behaviour and culture in banks and management. The expectation is that this trend will continue.

To this end, the Danish Financial Supervisory Authority (FSA) has increased its focus on the ‘fit and proper' approval of board members and members of the management. Most recently, the FSA has issued a set of very detailed recommendations in respect of its ‘fit and proper' approval of senior management, including detailed guidelines on the required level of experience, seniority and so on of potential members of senior management.

15.2 Does your jurisdiction regulate cryptocurrencies? Are there any legislative developments with respect to cryptocurrencies or fintech in general?

There is no specific law on cryptocurrencies, as they are instead governed by the general financial regulatory regime. However, the Danish FSA has set up various workshops within the fintech area, working with various fintech start-ups in respect of the various regulatory requirements, including a sandbox solution. In general, the high degree of digitalisation in Danish society serves as fertile ground for cryptocurrencies, but always tempered by the mandatory requirements for transparency, taxation and the prevention of money laundering and terrorist financing.

16 Tips and traps

16.1 What are your top tips for banking entities operating in your jurisdiction and what potential issues would you highlight?

The Danish Financial Supervisory Authority (FSA) actively encourages open dialogue with the financial sector and the entities which are subject to its supervision. Any banks entering the Danish market should reach out to the FSA relatively early in the process to present themselves and their business plans in Denmark. While such early interaction is not required from a strict legal perspective, it often smooths the subsequent application process.

Le contenu de cet article est destiné à fournir une
guide du sujet. Les conseils d'un spécialiste doivent être recherchés
sur votre situation particulière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *