La France obligera les assureurs et les banques à effectuer des tests de résistance au changement climatique en 2020


Le régulateur financier français soumettra les banques et les assureurs à des tests de résistance au changement climatique l'année prochaine, a déclaré vendredi le gouverneur de la banque centrale, François Villeroy de Galhau.

Les investisseurs font de plus en plus pression sur les entreprises pour qu'elles prennent des mesures concrètes pour aider à mettre en œuvre l'accord de Paris de 2015 soutenu par les Nations Unies afin d'éviter un réchauffement climatique catastrophique.

En France, les banques et les assureurs – tenus par la loi de divulguer les risques climatiques depuis 2016 – subissent également la pression des régulateurs.

«Nous allons réaliser des stress tests climatiques pour les banques françaises et Assurance l’année prochaine », a déclaré Villeroy lors d’une conférence sur la finance verte à Paris, sans donner de détails sur les aspects du fonctionnement ou des investissements des institutions qui seraient examinés.

"Ce sera un progrès très important pour évaluer le type de risques climatiques qui sont déjà naissants dans les bilans des banques et des assureurs", a-t-il ajouté.

Villeroy, qui dirige également le régulateur financier français de l'ACPR, a déclaré que les institutions financières seraient soumises à des tests de résistance contre deux ou trois scénarios de changement climatique et que les résultats seraient rendus publics par la suite.

La Banque d'Angleterre a déclaré en octobre qu'elle mettrait à l'épreuve le système financier sous diverses «voies» climatiques et la Banque centrale européenne a déclaré plus tôt ce mois-ci qu'elle envisageait également de le faire.

En France, le secteur financier est également soumis à des pressions réglementaires pour intensifier ses efforts de réduction de son exposition à l'industrie houillère.

"Il est absolument nécessaire que le risque de financement des centrales au charbon soit rapidement réduit dans les bilans des banques françaises", a déclaré Villeroy dans une interview publiée vendredi dans le journal La Croix.

Le secteur financier s'est engagé en juillet à divulguer son intention de se retirer du financement de l'industrie houillère d'ici le milieu de l'année prochaine.

La banque française Société Générale et l'assureur français AXA ont annoncé cette semaine qu'ils quitteraient le secteur du charbon d'ici 2030 dans les pays de l'OCDE et d'ici 2040 pour le reste du monde.

La banque française BNP Paribas a annoncé la semaine dernière qu'elle cesserait de financer le secteur du charbon thermique d'ici 2030 dans l'Union européenne et 2040 dans le monde.

(Reportage de Leigh Thomas; édité par Alison Williams)

Cet article était-il utile?


Voici d'autres articles qui pourraient vous plaire.

souscrire

Vous voulez rester à jour?

Recevez les dernières nouvelles en matière d'assurance
envoyé directement dans votre boîte de réception.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *