La lutte pour l'appropriation des politiques


Il y a des moments où ce que les agents ne savent pas peut leur faire du mal. Et c'est l'un d'entre eux. Je fais référence à la propriété trop souvent négligée et récemment ciblée des «expirations» des polices – informations sur les polices, les titulaires de polices et les comptes.

Au cœur de cette question se trouve le principe directeur du système des agences indépendantes: les agences indépendantes sont propriétaires des politiques qu'elles rédigent. Ils sont le principal atout de l’entreprise d’un agent indépendant et, sans exagération, leur gagne-pain.

Les agents doivent être vigilants. Toute menace d’usurpation de la propriété est une menace pour la fondation du système d’agences indépendantes en général et pour les activités des agents en particulier. Il doit être pris au sérieux – et confronté de manière agressive.

Une érosion progressive des droits de propriété?

Pendant des années, notre organisation a examiné les accords d'agence, parfois comme une faveur aux transporteurs, d'autres fois comme un avantage pour les agences membres. En avril dernier, nous avons lancé une nouvelle approche du processus qui donne un aperçu des dispositions de base que les producteurs devraient s'attendre à trouver dans un accord d'agence, une explication de l'objectif de ces dispositions et des exemples de langage alternatif lorsque les dispositions ne reflètent pas les normes de l'industrie ou échouent. pour protéger les intérêts des agences. L’une des dispositions les plus importantes est bien entendu la propriété des expirations par une agence.

La nouvelle analyse a incité les membres et les transporteurs à soumettre un nombre encore plus grand de contrats à notre examen. Et alors que nous nous sommes penchés sur les accords ce printemps et cet été, nous avons remarqué un thème commun: alors que la plupart des contrats reconnaissent la propriété des expirations de l’agence en vertu de la common law, beaucoup incluent des termes dans d’autres parties de l’accord qui enfreignent ce droit. Certains accords sont tout simplement muets sur la question.

Que ce soit de simples oublis, le résultat d'un environnement réglementaire de plus en plus complexe ou le signe d'une menace croissante n'est pas clair. Mais deux choses sont claires. La première est que les propriétaires d'agences sont des experts en assurance et non des avocats. Malheureusement, ils peuvent ne pas comprendre pleinement les contrats qu'ils signent ou ne pas se sentir habilités à y répondre ou, dans certains cas, ne pas simplement les lire. Et le second est que le fait de ne pas aborder une composante contractuelle aussi vitale que la propriété de la police est en effet un danger pour l'avenir du propriétaire de l'agence qui a signé l'accord et, dans une certaine mesure, pour le système des agences indépendantes dans son ensemble.

La menace affecte d'autres relations

Au-delà des contrats agence-transporteur, nous en avons vu d’autres qui entravent également les droits de propriété des agences indépendantes. La première concerne les grossistes. La relation déjà compliquée entre les agences et les grossistes qu'elles utilisent pour négocier des affaires est un terrain fertile pour la confusion contractuelle. Il n’est pas rare que les agences signent des accords à l’aveuglette – ou pas du tout.

Parmi ces accords signés, la question est une fois de plus de la propriété des expirations. À moins que la propriété ne soit clairement définie dans le contrat, un organisme lésé cherchant un recours devra faire face à une bataille difficile.

Les infractions à la propriété que nous constatons le plus souvent avec ces accords sont l'absence de restrictions pour les grossistes à utiliser les informations de compte à des fins de marketing (ce qui conduit généralement à des sollicitations directes du grossiste sans l'approbation ou la connaissance des agences de vente au détail) et le manque de restrictions sur la liste d'expiration après la résiliation de l'accord. Ces deux éléments sont dangereux en pratique et en principe.

Et, plus récemment, nous avons découvert un nouvel affront: le Maryland Automobile Insurance Fund (MAIF) – l’assureur automobile de l’État de dernier recours – a proposé des règlements qui attribueraient à la MAIF des droits de «propriété unique et exclusive» sur toutes les polices MAIF. Alors que la MAIF fonctionne comme un marché résiduel de l’assurance, et non comme un assureur, et n’emploie donc pas d’accords types avec les producteurs, l’absence de contrat ne lui donne en aucun cas le pouvoir de revendiquer des droits de propriété sur les polices qu’elle émet. (La MAIF a depuis retiré sa proposition d'acquérir des droits de «propriété unique et exclusive» sur toutes les politiques de la MAIF.)

Un appel à la vigilance

Cette menace aux multiples facettes – des transporteurs, des grossistes et maintenant même d’une agence publique – à la propriété des expirations par les agents ne doit pas être prise à la légère. Si elle n'est pas traitée, elle risque avec le temps de renverser le principe fondateur du système d'agences indépendantes.

Les agents doivent rester vigilants, respecter leurs droits et s'exprimer si nécessaire. Et ils peuvent demander de l’aide à l’association de leurs agents. C'est un problème pour lequel il vaut la peine de se battre. Et parce que je connais la force et la persévérance des agents indépendants, je sais que c'est un combat que nous gagnerons.

Russell II est président et chef de la direction d’Assurances Agents & Brokers (www.iabgroup.com), le partenariat d’associations d’agents du Delaware, du Maryland et de la Pennsylvanie.

À propos de F.E. 'Rick' Russell II

Russell II est président et chef de la direction de Insurance Agents & Brokers (www.iabgroup.com), le partenariat d'associations d'agents du Delaware, du Maryland et de la Pennsylvanie.

L'actualité la plus importante de l'assurance, dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable.

Recevez la newsletter de confiance du secteur de l'assurance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *