Le CDC publie des directives COVID-19 pour les camionneurs long-courriers


Les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) ont publié des lignes directrices adaptées pour aider les conducteurs de camions long-courriers et leurs employeurs à faire face à la pandémie du COVID-19.

De nombreuses lignes directrices reprennent les recommandations de prévention des maladies qui sont en place depuis des mois pour le grand public: éloignement social, lavage des mains et utilisation des équipements de protection individuelle (EPI). Mais des détails spécifiques destinés aux camionneurs sur la route et loin de chez eux pendant des jours soulignent le potentiel de propagation du virus à travers la chaîne d'approvisionnement.

Par exemple, le CDC recommande le nettoyage et la désinfection fréquents de la poignée de porte du conducteur, du volant, de la ceinture de sécurité et de la boucle, du bras et de l'appui-tête, des housses de siège, des clignotants, des commandes d'essuie-glace, du tableau de bord, des conduits d'air, de la radio et des commandes de température. Dans la couchette, les interrupteurs d'éclairage, les plateaux de matelas, les commandes de température et autres surfaces planes doivent également être nettoyés fréquemment.

L'agence note les moments clés pour se laver les mains: avant d'entrer et de sortir de la cabine, y compris pour les livraisons, le chargement et le déchargement de la cargaison, les pauses, le ravitaillement en carburant et d'autres activités; avant de manger ou de préparer de la nourriture; et après avoir mis, touché ou enlevé les revêtements faciaux.

Si des tiers, tels que des mécaniciens et des inspecteurs, ont besoin d'accéder au camion, le CDC conseille aux conducteurs de demander au tiers de nettoyer et de désinfecter le camion avant de le remettre au conducteur.

En plus d'éviter de se serrer la main, le CDC recommande aux conducteurs d'utiliser la facturation électronique sans papier pour le ravitaillement en carburant et les livraisons lorsque ces options sont disponibles. Il recommande également aux conducteurs de contacter les installations à l'avance pour prendre rendez-vous pour le déchargement de la cargaison et d'utiliser la radio ou un téléphone pour parler avec les gestionnaires de quai ou d'autres conducteurs.

Une enquête et une analyse menées en avril par WorkHound, une plateforme de commentaires des conducteurs, ont révélé que 27% des conducteurs voulaient être assurés que leur entreprise prenait «des précautions supplémentaires pour s'assurer que leur équipement est sûr et désinfecté».

Ces préoccupations ont également été reflétées dans les directives du CDC. L'agence a recommandé aux employeurs de fournir aux conducteurs tous les EPI – y compris les gilets, les lunettes de sécurité et les casques de sécurité – dont ils pourraient avoir besoin sur la route "afin que le conducteur n'ait pas besoin d'emprunter d'EPI aux expéditeurs."

En plus de fournir des désinfectants pour les mains à base d'alcool contenant au moins 60% d'alcool pour les cabines des camions, les employeurs devraient prendre des précautions supplémentaires pour les conducteurs afin de réduire les risques associés aux trajets en voiture ou à la conduite en équipe. «Par exemple, installez une barrière amovible entre le conducteur et le passager qui n'obstrue pas la tâche de conduire et / ou de séparer la couchette», a recommandé le CDC.

Les employeurs devraient également préqualifier les relais routiers, les aires de repos et les hôtels pour s'assurer qu'ils sont ouverts, approvisionnés et respectent les pratiques de sécurité recommandées pour le COVID-19, telles que la propreté et la désinfection, la manipulation appropriée des aliments et le service alimentaire (comme le remplacement du libre-service par un service complet. ) et le paiement du carburant sans contact.

Il a été recommandé que les entreprises de camionnage mettent également en place des congés de maladie flexibles et d'autres politiques «de soutien». Certaines entreprises, comme XPO Logistics, accordent des congés maladie supplémentaires aux chauffeurs.

«Envisagez de rédiger des politiques sur les congés de maladie d'urgence non punitifs si le congé de maladie n'est pas offert à certains ou à tous les employés», indiquent les lignes directrices. "Les employeurs ne devraient pas exiger un résultat positif au test COVID-19 ou une note du fournisseur de soins de santé pour les employés qui sont malades pour valider leur maladie, se qualifier pour un congé de maladie ou pour retourner au travail."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *