Les étudiants du GSB enquêtent – The Lincoln County News


C'est la troisième année que le Lincoln County News collabore avec Kelly Girard et ses classes d'arts de langue de huitième année à la Great Salt Bay Community School à Damariscotta, et le programme GSB Students Investigate continue de se renforcer chaque année.

Comme pour les années passées, les étudiants ont lancé leur unité de journalisme d'investigation en apprenant le journalisme communautaire lors de visites en classe. Plus tard, ils ont visité The Lincoln County News pendant l'impression du journal et ont discuté avec des membres de l'équipe LCN du processus et d'autres aspects du travail dans l'entreprise.

Les étudiants ont ensuite écrit leurs propres articles d'investigation, dont une collection est publiée ci-dessous pour le plaisir des lecteurs de LCN. Au-delà de quelques petites modifications pour amener les articles dans le style Associated Press, les articles sont en grande partie intacts pour préserver la voix des jeunes journalistes. Les articles sont fantastiques et couvrent un large éventail de sujets dans notre communauté et au-delà.

Comme toujours, je tiens à remercier Girard d'avoir poursuivi ce projet et ses étudiants pour leur intérêt, leurs excellentes questions et leurs cartes de remerciements très bien rédigées.

Engager notre prochaine génération de lecteurs est un objectif majeur de The Lincoln County News. S'il y a d'autres enseignants qui souhaitent organiser une excursion au journal ou demander à quelqu'un du LCN de venir parler à votre classe, appelez-nous au 563-3171 ou envoyez un courriel à mzewert@lcnme.com et nous faisons de notre mieux pour répondre à la demande.

Par Audrey Hufnagel

Vivez-vous dans une vieille maison? Avez-vous de jeunes enfants? L'empoisonnement au plomb peut être un risque pour votre famille et vous ne le savez peut-être même pas.

L'intoxication par le plomb chez les enfants est un gros problème dans le Maine. Elle est le plus souvent causée par des enfants qui ingèrent (respirent ou mangent) des éclats de peinture au plomb ou de la poussière de plomb, qui s'accumulent ensuite dans leur circulation sanguine et peuvent les rendre malades. L'empoisonnement au plomb peut causer de graves problèmes aux enfants, en particulier aux enfants de 1 et 2 ans. Ces problèmes comprennent le ralentissement du développement et de l'apprentissage et, dans les cas graves, la mort. Il n'y a pas de remède. Si un enfant a un empoisonnement au plomb, la seule façon de l'empêcher de s'aggraver est d'enlever le plomb de la maison ou de l'appartement.

Les entreprises de peinture ont cessé de mettre du plomb dans leurs produits en 1950, de sorte que toute maison construite auparavant pouvait contenir du plomb. Selon l'évaluation comparative des pratiques de dépistage de l'empoisonnement au plomb dans le Maine et en Nouvelle-Angleterre, une étude réalisée pour étayer le dossier du dépistage universel, 29,8% de toutes les maisons du Maine ont été construites avant 1950. Cela signifie que 29,8% des maisons du Maine pourraient contenir du plomb dans leur peinture. Cela comprend les immeubles d'habitation où vivent de nombreuses familles. Un peu plus de la moitié des enfants du Maine vivent dans des comtés où un quart des maisons ont été construites avant 1950 et 25% des maisons du comté de Lincoln ont été construites avant cette date.

Pour identifier l'intoxication au plomb, les enfants doivent subir un dépistage du plomb. Il est recommandé que tous les enfants de 1 et 2 ans soient dépistés. Le dépistage du plomb est un processus simple. Un enfant peut prélever un petit échantillon de sang, qui est ensuite envoyé pour être testé. Ce test peut avoir lieu dans un laboratoire, mais il peut également être effectué lors d'une visite «bien portant» au cabinet du médecin.

De nombreux parents, cependant, ne font pas passer de dépistage à leur enfant. En fait, selon l'évaluation comparative des pratiques de dépistage de l'empoisonnement au plomb dans le Maine et la Nouvelle-Angleterre, seuls 45% des enfants de 1 an et 15% de tous les enfants de 2 ans du comté de Lincoln sont dépistés. Les taux de dépistage pour les enfants de 1 an dans les comtés du Maine varient de 28% à 81%. Les taux pour les enfants de 2 ans varient de 8% à 73%. Les taux de dépistage dans l'ensemble du Maine étaient de 55% des enfants de 1 an et 30% des enfants de 2 ans en 2017.

MaineCare (également appelé Medicare) est un programme qui fournit des soins de santé aux personnes à faible revenu. MaineCare exige que tous les enfants âgés de 1 et 2 soient testés pour le plomb. Cependant, même avec l'exigence en place, seulement 52,2% des enfants de 1 an impliqués ont été dépistés en 2017, et seulement 36,6% des enfants de 2 ans.

Le dépistage universel est l'endroit où chaque enfant âgé de 1 et 2 ans doit se faire dépister. Un total de 1 782 enfants du Maine ont été diagnostiqués avec une intoxication au plomb entre 2013 et 2017; 30 enfants âgés de 0 à 3 ans dans le comté de Lincoln ont été intoxiqués au plomb pendant cette période. Cependant, il est prévu qu'il y aurait 853 enfants de plus avec des niveaux élevés de plomb dans le sang s'il y avait une loi de dépistage universelle à partir de 2017.

Maintenant, cependant, il y a une loi universelle sur le filtrage qui a été mise en place par Maine Gov. Janet Mills avec l'aide de la Maine Affordable Housing Coalition. Depuis cette année (2019), chaque enfant du Maine âgé de 1 et 2 ans doit subir un dépistage du plomb.

«L'espoir est que plus d'enfants seront testés pour le plomb et que toute exposition puisse être détectée tôt afin qu'elle puisse être traitée le plus rapidement possible et être aussi limitée que possible. Toute exposition peut être résolue de façon permanente par l'éradication ou le confinement du plomb, afin que les autres enfants de la maison ou de l'appartement ne soient pas exposés au plomb. Par conséquent, plus il y a d'enfants qui sont dépistés, plus le plomb peut être détecté et retiré des maisons et des appartements afin que les familles à l'avenir ne soient pas exposées », a déclaré Elizabeth Fleming-Ives, la future directrice du Genesis Community Loan Fund. à Brunswick. Fleming-Ives aide à fournir un logement sûr aux personnes à faible revenu et a contribué à l'élaboration de la loi universelle sur le filtrage.

L'empoisonnement au plomb est un gros problème dans le Maine. Cela pourrait être un problème pour vous. Si vous vivez dans une vieille maison, vérifiez s'il y a du plomb. Si vous avez de jeunes enfants, faites-les dépister. Prendre ces mesures peut non seulement aider votre (vos) enfant (s), mais également aider tous les enfants du Maine.

Par Kayla Cruz

Les huîtres font partie intégrante de la culture de Damariscotta depuis des milliers d'années. Le site historique de l'État de Midden Shell Whaleback le montre, avec des tas de coquilles d'huîtres qui, selon «Maine: An Encyclopedia», datent d'avant l'ère commune. Selon aquaculturenorthamerica.com, la rivière Damariscotta "présente des conditions ostréicoles idéales: le bon niveau de salinité avec un mélange d'eau douce, des températures plus chaudes qu'en pleine mer", mais certaines études montrent que les conditions de croissance des huîtres peuvent empirer.

La plupart des gens ont entendu parler du changement climatique, de l'augmentation des températures de surface moyennes de la Terre, et savent ce que c'est, mais beaucoup n'ont jamais entendu parler de quelque chose qui l'accompagne: l'acidification des océans. Sur les 24 élèves de septième et huitième années interrogés à la Great Salt Bay Community School de Damariscotta, seulement neuf avaient entendu parler de l'acidification des océans, tandis que tous les 24 avaient entendu parler du changement climatique. Seuls trois de ces neuf étudiants savaient réellement ou partiellement ce qu'est l'acidification des océans.

L'acidification des océans se produit lorsque l'océan absorbe le dioxyde de carbone de l'atmosphère. L’océan absorbe 30% du dioxyde de carbone dans l’atmosphère, de même que les niveaux de dioxyde de carbone dans l’atmosphère augmentent, l’océan aussi. Les estimations montrent que les eaux de surface de l'océan pourraient être environ 150% plus acides d'ici la fin du siècle si les niveaux d'émission restent les mêmes.

Lorsque l'océan absorbe le dioxyde de carbone, une série de réactions chimiques se produisent qui entraînent une augmentation des concentrations d'ions hydrogène. Cette concentration accrue d'ions hydrogène rend l'eau plus acide et provoque un approvisionnement en ions carbonates moins abondant. Ces océans sont importants pour les huîtres pour construire et maintenir leurs coquilles, selon oceanservice.noaa.gov.

Dans le passé, les scientifiques ne s'inquiétaient pas de ce processus, en supposant que les rivières apportaient une quantité suffisante de produits chimiques dissous dans l'océan pour maintenir le niveau de pH (acidité ou alcalinité), mais le dioxyde de carbone se dissout dans l'océan trop rapidement pour que cela se maintienne avec. Cela provoque une baisse relativement rapide du pH des eaux de surface, ce qui signifie que l'acidité de l'eau de mer augmente. Finalement, l'océan tout entier sera affecté à mesure que les couches de surface se mélangeront progressivement aux eaux plus profondes. Selon Ocean.si.edu, certaines créatures marines sont déjà affectées par les changements, les coquilles de certaines se dissolvant déjà dans l'eau.

Mook Sea Farm, située sur la rivière Damariscotta, avait des problèmes de production larvaire associés à l'acidification des océans en 2009, ils ont donc "commencé à tamponner l'eau utilisée dans le couvoir pour élever le pH à des niveaux optimaux", selon mookseafarm.com. Cela a rendu la production larvaire meilleure que jamais.

"Mais cela leur a fait réaliser que le changement climatique leur coûtait d'autres façons et que ces coûts augmentaient pour eux et pour d'autres conchylicoles", selon mookseafarm.com. Certains de ces coûts comprennent la fermeture de zones en raison de fortes pluies et la propagation d'agents pathogènes des huîtres en raison de la chaleur des eaux.

L'acidification des océans n'affecte pas seulement les huîtres. De nombreux autres organismes océaniques pourraient être affectés; les coraux, les moules, les palourdes, les oursins, les étoiles de mer, le zooplancton, les plantes et les algues et les poissons en sont quelques exemples. L'acidification des océans affectera chacun de ces organismes de différentes manières; certains de ces organismes peuvent même prospérer dans des eaux plus acides, mais pour beaucoup de vie marine, ce n'est pas le cas, selon oceanservice.noaa.gov.

Avec la baisse du pH dans l'eau dans le monde, les huîtres de Damariscotta pourront-elles continuer à prospérer?

Par Connor Parson

En 1997, l'Oregon a été le premier État à adopter une loi autorisant le suicide médicalement assisté. Selon CNN, le nombre d'États qui ont adopté cette loi est passé à sept, ainsi qu'à Washington D.C.

Le 12 juin, le Maine est devenu le huitième État à adopter ce type de législation. Le Bangor Daily News a rapporté que le gouverneur Janet Mills avait signé un projet de loi accordant aux médecins le droit de prescrire des médicaments à vie aux patients en phase terminale du Maine. Avant d’aller au bureau du gouverneur, le projet de loi a été adopté par la Chambre des représentants avec un vote de 73-72 et par le Sénat avec un vote de 19-16.

Cette loi a été proposée par Patty Hymanson, une représentante démocrate du comté de York.

L'adoption de cette loi a fait partie d'une poussée d'un groupe de l'Oregon appelé le Death With Dignity National Center. Cette organisation a poussé le soutien et les fonds derrière ce type de législation depuis l'adoption initiale de l'Oregon.

Dans un article de l'Associated Press, le projet de loi nécessite un deuxième avis d'un médecin avant que la prescription puisse être déposée. Ensuite, vous devez donner deux demandes verbales et une demande orale avec des périodes d'attente entre les deux. Ensuite, cela peut être fait dans les six mois. Bien que ces politiques puissent sembler fastidieuses, elles étaient des garanties mises en place afin de prévenir les abus des patients.

Cependant, tout le monde n'est pas convaincu que ces étapes sont suffisantes pour donner le bon niveau de soins avant le décès de quelqu'un. Même certains dans notre propre ville, Damariscotta, ne sont pas d'accord.

«Je dis que cela semble excessif parce que certaines personnes n'ont pas six mois», a déclaré Elsa Parson, une infirmière autorisée. «Si je le pouvais, je dirais pas plus d'une semaine, mais je réalise ce qu'elles essayaient de faire. faire. Si une personne doit attendre six mois, elle pourrait déjà mourir avant de pouvoir opter pour le traitement. »

Alors que certaines personnes comme Parson croient que ce processus doit être fait avant que la douleur ne devienne trop lourde à supporter pour le patient, d'autres ne sont pas d'accord. Même au moment de la signature du projet de loi, Mills a tout de même déclaré que c'était l'une des décisions les plus difficiles qu'elle ait prises en tant que gouverneur, et elle ne semble toujours pas certaine de la décision. L'Associated Press a rapporté qu'après l'adoption de la loi, Mills a signé un décret pour contrôler la manière dont la loi est utilisée et l'impact de la loi sur l'État.

«J'espère que cette loi, tout en respectant le droit à la liberté individuelle, sera utilisée avec parcimonie», a déclaré Mills.

Une réaction encore plus agressive est apportée par cette loi. Beaucoup appellent cela un moyen pour les médecins et les compagnies d'assurance de réaliser des bénéfices, tandis que d'autres disent que c'est un abus des patients par le gouvernement et qu'il ne devrait pas avoir le pouvoir de le faire. Les critiques de ces lois sont devenues plus publiques ces dernières années alors que de plus en plus d'États adoptent ou se préparent à adopter ces lois.

Cependant, il semble qu'au moins certains dans le comté de Lincoln soient prêts à le faire si les gens sont prêts. Parson a déclaré que tant que le patient avait signé le consentement et que le médecin effectuant la procédure avait rencontré le patient et expliqué le processus, il appartenait aux décisions individuelles et à personne d'autre, ce qui donnait l'impression que le monde allait de l'avant. pour permettre à un patient de mourir selon ses propres conditions.

«Du point de vue de quelqu'un au chevet de personnes décédées, et je suis là en leur tenant la main ou en les aidant à se sentir aussi à l'aise que possible pendant qu'elles meurent, meurent activement, je pense que c'est un très bon pas en avant en termes de compassion et d'empathie. Il est vraiment difficile de regarder quelqu'un partir et se dire «bon sang, si seulement ils avaient cette option il y a un mois, quand ils parlaient encore, ils auraient pu parler à leur famille et expliquer ce qu'ils ont fait», a déclaré Parson.

Donc, bien que ce sujet puisse sembler sombre dans la nature, en réalité, c'est le moyen le plus compatissant pour mettre fin à la douleur de nos patients en phase terminale.

Par Elizabeth Rethman

Le Maine, l'État côtier le plus au nord-est des États-Unis, connaît une lente diminution de la population depuis un certain temps. Bien qu'ils restent le 41e État le plus peuplé, les taux de natalité et l'immigration sont étonnamment bas. Selon worldpopulationreview.com, «le recensement de 2010 a révélé qu'il y avait 1 328 361 personnes vivant dans le Maine… diminuant légèrement à 1 328 188 en 2011.» En 2019, cependant, la population est passée à environ 1,34 million, ce qui n'est encore qu'une augmentation de 0,01 million de personnes dans huit ans.

L'immigration a été un facteur important de la croissance démographique dans certains États, mais le Maine n'en fait pas partie. "Seulement 3 à 4% de la population du Maine est née à l'étranger, la plupart étant du Canada. … Les deux tiers de la population sont nés et ont grandi dans le Maine », selon le Bangor Daily News. Sans beaucoup de personnes venant de l'extérieur de l'État, le pourcentage d'immigrants est faible. Cependant, la plupart des personnes qui résident dans le Maine, mais n'y sont pas nées, ont montré qu'elles étaient plus éduquées, avec environ la moitié possédant un diplôme universitaire ou supérieur, ainsi qu'environ 40% de la population de l'extérieur de l'État détenant un baccalauréat.

L'immigration n'est pas la seule chose qui empêche le Maine d'augmenter; le taux de natalité de sa population connaît également des difficultés.

En 2017, les taux de natalité avaient chuté de 4% pour deux groupes d'âge différents, et avaient baissé, mais pas autant, dans toutes les autres catégories d'âge. Comme l'a dit la Central for Disease Control and Prevention, «les taux de natalité sont en baisse de 2% par rapport à 2016 et le plus bas en 30 ans», ce qui se traduit par un nouveau creux d'environ 60,2 naissances pour 1 000 femmes âgées de 15 à 44 ans. les années 2016 et 2017 ont été la baisse la plus spectaculaire du taux de natalité sur un an depuis 2010. Cette baisse des taux de natalité a également diminué la future main-d'œuvre du Maine, laissant de nombreux emplois ouverts aux générations plus âgées qui partent à la retraite.

Bien que certains puissent voir les nouvelles offres d'emploi ouvertes comme une opportunité pour plus de personnes, cela ne fait que pousser les autres entreprises hors du Maine, tout en limitant les possibilités d'expansion des entreprises qui y sont centrées.

Afin de pouvoir attirer d'autres entreprises et entreprises de l'extérieur de l'État, le Maine doit avoir une plus grande population, plus de personnes intelligentes et suffisamment fortes pour maintenir les emplois. Cependant, selon le Bangor Daily News, «la main-d'œuvre du Maine, qui compte environ 700 000 personnes, devrait diminuer de 20 000 travailleurs en 2020 à mesure que les générations plus âgées commencent à prendre leur retraite.»

Pour le dire simplement, la plupart des postes vacants dans le Maine sont dus au départ à la retraite de la génération plus âgée ou des personnes qui quittent un emploi ou sont licenciées. Afin de remplir ces rôles, la population doit augmenter, laissant la place à une nouvelle génération plus jeune qui peut maintenir les offres d'emploi actuelles présentées.

«Sans un changement naturel positif, le Maine dépendra de l'immigration nette pour maintenir notre population et notre main-d'œuvre», écrit le département du Travail du Maine dans son rapport. Dans la récente reprise, cependant, la migration nette vers et depuis le Maine a été proche de zéro, ce qui doit être considérablement augmenté si la main-d'œuvre doit continuer à la même taille et au même rythme.

En conclusion, avec de faibles taux d’immigration et de natalité, ainsi que la retraite de la génération plus âgée, la main-d’œuvre a lentement commencé à se dissiper, ce qui a entraîné la création de nouveaux emplois. Sans jeunes travailleurs issus de cultures et d'éducations diverses, de plus en plus d'emplois seront ouverts, sans personne pour les combler. Avec une migration nette proche de zéro et une baisse des taux de natalité, la population de personnes prêtes à intervenir et à reprendre les emplois nécessaires diminue, ce qui augmente également le risque d'expansion d'autres entreprises et entreprises dans cette zone et de profiter à davantage d'entreprises locales qui lutte contre la fermeture et la faillite dans le Maine.

Par Maddy Prokopius

Le homard est une partie importante de l'économie du Maine. L’année dernière a été le deuxième transport de homard en importance, contribuant à plus de 484 millions de dollars à l’économie de notre État. En moyenne, 5 000 personnes sont employées dans le Maine comme homardiers; La pêche au homard touche non seulement les gens de l'industrie de la pêche, comme les constructeurs de bateaux, les fabricants de pièges et les fournisseurs d'appâts, mais aussi ceux du tourisme et de la restauration.

Dans les années 70, 80 et 90, la pêche au homard était florissante dans le Rhode Island, le Massachusetts et le New Hampshire. À mesure que la température de l'eau dans les principaux lieux de pêche au homard augmentait, les débarquements ont diminué. En 1999, le Rhode Island a transporté 8 millions de livres de homard. En 2017, les homards n'ont pu attraper que 2 millions de livres. Cette diminution substantielle des prises a changé la façon dont les pêcheurs de homard du Rhode Island abordent la pêche. Ils ont dû être créatifs et pêcher d'autres animaux comme les buccins et le bar pour compléter leurs revenus de la pêche au homard. D'autres mesures ont été nécessaires pour aider l'industrie locale, telles que la limitation du nombre de casiers pouvant être installés, ainsi que la réduction du nombre de permis de pêche au homard.

Le Maine, cependant, a vu une forte augmentation du nombre de homards capturés alors que les autres États ont connu une baisse. Leurs prises de homard étaient six fois plus importantes que les précédentes, passant de 20 millions de captures dans les années 80 à 119 millions de captures en 2018. Parallèlement à cette forte augmentation de homards, les scientifiques ont noté des températures plus chaudes dans les eaux froides du golfe de Maine, créant un habitat optimal pour les homards.

Tout comme dans les eaux au large des États du sud de la Nouvelle-Angleterre, la température de l'eau dans le golfe du Maine ne montre aucun signe de stabilisation, et encore moins de baisse. Il se réchauffe à une vitesse record, presque 99% plus rapide que tous les océans du monde. Les scientifiques prédisent que la population de homard diminuera jusqu'à 62% au cours des 30 prochaines années. Les homards qui ont fait des eaux au large des côtes du Maine leur maison maintenant devront migrer vers le nord vers un climat plus frais qui est optimal pour prospérer et survivre.

La qualité de l'eau de l'océan a également été affectée par le changement climatique. Cela signifie que tout l'écosystème de l'océan est affecté. En raison de l'utilisation de combustibles fossiles, un quart du dioxyde de carbone se retrouve dans l'eau. Le dioxyde de carbone a alors une réaction chimique avec l'eau salée et crée de l'acide. À mesure que l'acide se décompose, les molécules d'hydrogène se lient aux molécules de carbonate. C'est un problème parce que les molécules de carbonate doivent se lier au calcium pour des dents et des os solides; les palourdes, les crevettes, les coraux, les homards et autres coquillages ont besoin de carbonate de calcium pour garder leur exosquelette durable et sain. S'il n'y a pas assez de carbonate de calcium disponible, les organismes sont petits et faibles. Trop d'acide dans l'eau de l'océan peut dissoudre les coquilles.

Le changement dans la chimie de l'eau affecte l'ensemble de l'écosystème car les espèces dépendent les unes des autres pour leur survie. Au cours des 70 dernières années, l'acidité de l'océan a augmenté de 30%.

Il existe une tendance incontestable au changement climatique qui a fait augmenter la température de l'eau dans le golfe du Maine. Les scientifiques et les homards sont préoccupés par l’avenir du homard du Maine, se demandant même combien de temps le boom pourrait durer. La communauté du homard du Maine s'est auto-réglementée pour assurer la stabilité de l'industrie locale du homard. Ils limitent la surpêche et développent et suivent des méthodes de conservation auto-imposées, telles que les femelles portant des œufs à encoche en V et la conception de pièges avec des évents pour permettre aux homards de s'échapper.

En septembre 2019, la NOAA a accordé aux chercheurs 2 millions de dollars de subventions pour étudier différents aspects de l'industrie du homard du Maine, y compris comment le réchauffement du golfe du Maine se rapporte à l'endroit où vivent les homards femelles et comment empêcher la répétition du Rhode Island, du Massachusetts et du New Hampshire. effondrement de leur pêche locale au homard. Le Maine travaille sur des moyens de lutter contre le changement climatique – il suffit d'un petit effort pour soutenir le changement nécessaire pour faire une différence.

Par Mitchell Straus

Selon des scientifiques du Maine’s Marine and Environmental Research Institute, «au large des côtes du Maine, ils ont trouvé en moyenne 17 morceaux de micro-plastique par litre d’eau de mer».

Ce plastique nuit à la vie marine et peut finir par être ingéré par les humains si vous mangez une créature marine qui a accidentellement mangé les plastiques. L'Environmental Protection Agency des États-Unis indique que 80% des débris sur les plages proviennent de la terre, et un tiers à deux tiers sont des plastiques à usage unique.

Le 22 avril, les établissements de vente au détail du Maine ne seront plus autorisés à utiliser des sacs en plastique dans leurs lignes de caisse en raison d'une interdiction signée par le gouverneur Janet Mills, le gouverneur du Maine et d'autres démocrates de la Chambre. Le Maine est le quatrième État du pays à avoir adopté cette interdiction. Les trois premiers étaient la Californie, Hawaï et New York. Certaines villes du Maine, dont Damariscotta, Brunswick et Camden, ont déjà interdit l’utilisation de sacs en plastique à usage unique dans les magasins.

La principale raison de la pression pour cette interdiction était que de nombreux sacs en plastique se retrouvent dans les voies navigables et nuisent à la vie marine. Un autre argument est que les plastiques mettent beaucoup de temps à se décomposer et remplissent nos décharges. Selon Rick Leblanc dans «La décomposition des déchets dans les décharges», il dit que les sacs à provisions en plastique peuvent prendre de 10 à 1 000 ans pour se décomposer. Il dit également: «Les bouteilles en plastique peuvent prendre 450 ans ou plus.»

Un problème avec la nouvelle interdiction est que certains magasins ont toujours un approvisionnement en sacs en plastique qui n'auront aucune utilité une fois l'interdiction mise en place. Un autre argument, avancé par les fabricants de sacs en plastique contre l'interdiction, est que les gens continueront à jeter les sacs à usages multiples plus épais, qui se décomposent encore plus lentement.

Le coût entre également en jeu, selon Chris Conway dans l'article du New York Times intitulé «Viser tous ces sacs en plastique». Il dit: «Un sac d'épicerie en plastique standard coûte environ un sou à produire, selon l'industrie des plastiques, par rapport à 4 cents à 5 cents pour un sac en papier. "

La pollution plastique n'est pas seulement un problème dans le Maine. Selon Surfers Against Sewage, «100 000 mammifères marins et tortues et 1 million d'oiseaux de mer sont tués chaque année par la pollution plastique marine.» Ce nombre continuera d'augmenter en raison des plastiques qui pénètrent toujours dans les cours d'eau dans le monde. Le Forum économique mondial affirme que la Chine, l'Indonésie, les Philippines, la Thaïlande et le Vietnam sont responsables de la moitié de tout le plastique dans l'océan.

Une enquête a été envoyée aux élèves de septième et huitième année et aux membres du personnel de la Great Salt Bay Community School à Damariscotta. Sur les 30 réponses recueillies, 21 personnes ont déclaré que le Maine devrait prendre plus de mesures en interdisant davantage de plastiques à usage unique, pas seulement les sacs. Cela montre que les étudiants ne sont pas satisfaits de cette interdiction et qu'ils veulent en faire plus face à ce problème croissant.

De nombreux sites Web et articles tentent de sensibiliser et de donner aux gens des moyens d'aider. Des groupes de bénévoles autour du Maine se réunissent pour nettoyer les déchets de la côte du Maine. Coastweek, une célébration organisée par le ministère des Ressources marines du Maine, est le plus grand nettoyage bénévole dans le Maine. En 2018, 1365 volontaires ont nettoyé plus de 70 miles de la côte du Maine.

La pollution par les plastiques a de nombreux effets négatifs, notamment le fait de nuire aux animaux marins, de remplir les décharges et peut finalement avoir des effets négatifs sur la santé humaine. L'interdiction est un pas dans la direction de l'arrêt de la pollution, mais il faudra peut-être faire davantage pour mettre fin à la pollution. Les gens peuvent trouver des moyens d'aider dans leur communauté et essayer de limiter leurs déchets plastiques dans la vie de tous les jours.

Par Mya Bessey

À Great Salt Bay Community School à Damariscotta, il y a un nouvel ajout à l'agencement de l'école. Cet ajout est le couloir sensoriel, et il a été installé au début de l'année 2019-2020. Il est situé du jardin d'enfants à l'aile de troisième année. Il a été conçu pour répondre à un besoin des étudiants. Ces élèves "ont besoin de bouger leur corps en toute sécurité, d'établir des liens entre l'esprit et le corps, de se calmer et de retourner dans la" zone verte "pour pouvoir travailler avec succès", selon une réponse au sondage de l'enseignante de troisième année Laurie Brown.

D'autres enseignants sont d'accord – il a été conçu pour améliorer la concentration et l'attention.

Le couloir sensoriel est disponible pour la maternelle, la première année, la deuxième année et la troisième année. Le «chemin» sensoriel du couloir se compose d'autocollants aux couleurs vives placés sur le sol et les murs, et propose des activités impliquant des techniques de mouvement ou de relaxation dans tout le couloir.

L'enseignante de deuxième année, Kristie Houghton, a mentionné qu'elle aime le couloir sensoriel mais qu'elle «sent parfois qu'il y a trop de choses visuellement».

Les élèves peuvent participer à des activités individuelles telles que les tapotements des doigts et les cercles de bras pendant qu'ils attendent en ligne pour utiliser la nouvelle fonctionnalité. Cela peut enseigner aux jeunes étudiants à tour de rôle et à s'occuper en cas d'ennui. Des exemples d'activités dans la salle incluent des poses de yoga apaisantes (aux deux extrémités du couloir), la marelle, des pompes murales, une exploration du crabe, etc. Le nouvel ajout à la salle donne aux élèves une chance de retrouver leur concentration avant de reprendre l'apprentissage.

Megan Verney, une enseignante de première année, a mentionné que «c'est une excellente ressource pour tous les élèves. La durée d'attention d'un élève ne dure que son âge. Pour les élèves de première année, nous avons 6 minutes de temps d'instruction avant de commencer à les perdre. En fournissant une pause cérébrale, cela réinitialise leur cerveau et l'apprentissage peut continuer. »

Au total, 66,7% des six enseignants de la maternelle à la troisième année ont déclaré que leurs élèves utilisaient le couloir sensoriel quotidiennement, et les 33,3% restants ont déclaré qu'au moins une fois par semaine, le couloir était utilisé. De plus, 66,7% des six enseignants interrogés pensaient que le couloir sensoriel travaillait pour retrouver la concentration en classe, et le pourcentage restant a déclaré qu'au moins parfois cela fonctionnait.

Kimberly Redmond, l'auteur de l'article «A Hop, Skip, and Jump From Doing Better in Class», déclare que «Ellen Stone, une ergothérapeute à Viola qui a travaillé sur les voies, a déclaré que tout type de mouvement peut aider les enfants à s'installer vers le bas et recentrer. … "Il est conçu de manière à toucher différentes parties du cerveau", a déclaré Stone. «Les élèves utilisent leurs muscles, leur respiration et leur conscience spatiale pour se concentrer sur le chemin. Ensuite, ils repartent réinitialisés et rafraîchis. »»

Des couloirs sensoriels surgissent un peu partout. New York, Maine, Virginie, New Hampshire et Texas ne sont que quelques-uns des États qui installent ces couloirs. La Great Salt Bay Community School vient d'ajouter un autre couloir à la vaste collection du Maine. Ce nouveau couloir pourrait être la réponse pour voir si ces couloirs sont sans but, ou s'ils sont quelque chose à investir.

Par Isabelle Curtis

Il y a une grande diversité parmi les étudiants du programme résidentiel Lincoln Academy. Il s'agit d'une grande famille d'étudiants très intéressante. Les étudiants viennent de partout pour avoir l'expérience américaine et perfectionner leurs compétences en anglais.

Le parent dortoir Kristen Curtis a déclaré: «Lorsque vous avez autant de personnes qui vivent ensemble dans un même immeuble, vous devenez plus comme une famille qu'un simple groupe de personnes.» La famille du programme résidentiel est composée d'une grande variété d'étudiants de tous les horizons. dans le monde. Il y a des étudiants de presque tous les continents.

Curtis a déclaré: "C'est un programme très enrichissant, j'ai appris à connaître des étudiants du monde entier, ce que j'apprécie vraiment."

La diversité de la Lincoln Academy peut aider les étudiants à découvrir différents endroits du monde et de nombreuses autres cultures. Freshman Michal Maciejewicz a déclaré: «Vous pouvez être vous-même sans vous soucier que les autres vous jugent. Tout le monde est très accueillant et gentil. J'adore être ici. "

Amir Mukhametkarim, senior, a commenté: «Ce fut l'expérience la plus unique de ma vie et très intrigante. Cela ressemblait à une grande famille depuis le premier jour ici. »

Le programme résidentiel accueille les nouveaux étudiants dès leur arrivée. Les nouveaux étudiants sont particulièrement accueillis par les surveillants. Le programme de surveillant permet aux étudiants ayant de bonnes notes et un excellent comportement d'apprendre et de pratiquer des compétences en leadership. Ils doivent être nommés pour devenir surveillants par un enseignant ou un autre étudiant, puis ils doivent postuler pour le poste. S'ils sont acceptés, ils peuvent organiser des événements spéciaux et servir de modèles aux autres étudiants.

Un autre travail des surveillants consiste à surveiller à tour de rôle la salle d'étude soutenue. Être dans le programme de surveillance les aide également à entrer dans de bons collèges. Les surveillants organisent parfois des activités et des voyages.

Les étudiants du programme résidentiel peuvent profiter d'activités et de voyages tout le week-end, même en semaine. Selon une enquête menée auprès de tous les étudiants du programme résidentiel, les voyages les plus populaires sont des choses comme les voyages dans les centres commerciaux, les circuits d'approvisionnement à Hannaford et aller à Monkey C Monkey Do. Les élèves jouent également à des jeux entre eux, car ils ont accès à des centaines de jeux de société et de cartes amusants.

Cependant, ce n'est pas tout le plaisir et les jeux dans le programme résidentiel, selon Curtis. «Il existe de nombreuses structures en place pour assurer la sécurité et la santé des enfants», a-t-elle déclaré. «Nous procédons à des inspections hebdomadaires des chambres pour nous assurer que leurs chambres sont propres et nous avons une salle d'étude tous les soirs d'école; cela aide les élèves à faire leur travail. »

Si les étudiants ne maintiennent pas leurs notes, ils devront être placés dans une salle d'étude assistée, ce qui signifie qu'ils sont surveillés en permanence pour s'assurer qu'ils étudient tout le temps. Pendant leur séjour dans une salle d'étude assistée, ils sont également soutenus par des enseignants et des surveillants, qui vérifient régulièrement s'ils comprennent ce qu'ils font.

En revanche, si les étudiants ont une moyenne pondérée élevée, ils sont autorisés à avoir une salle d'étude privilégiée. Cela signifie qu'ils peuvent faire des choses comme prendre une douche pendant la salle d'étude et s'ils le souhaitent, étudier ailleurs que dans leur dortoir pendant la salle d'étude. Les étudiants sont également tenus de s'enregistrer avec un parent de dortoir en service tous les jours au dîner et au brunch le week-end. If students wish to walk downtown or go to a local friend’s house they must sign out with a dorm parent first. Then, when they return to campus, they must sign back in.

Overall, the residential program is a safe, friendly community with students from all over the world. The students create one big family and friendships that will last a lifetime. Even though they have fun while they are here, they are also parented by the dorm parents and kept very safe.

By Katherine McKenney

If you happen to be driving on Route 27 heading south toward Boothbay Harbor, you will see the wonderful light show and food truck display, Food Trucks A-Go, ready to serve and please their customers.

Picture this: a 60,000 Christmas light display, wrapped and hung from every tree, and lit-up signs and arrows pointing and luring you in to enjoy the area’s few food trucks. You could maybe even buy a Christmas tree, and sit and enjoy the bonfire while you’re at it.

This fun family event is put on by the Cameron Clan Snack Co. to bring out families to enjoy the fun activities and celebrate the holidays with no admission fee. Lester Spear and Desiree Scorcia, a local husband and wife, set up and planned the whole event. You may have seen the couple and their five children at other festivals, like Damariscotta Pumpkinfest, selling their kettle corn.

The Cameron Clan have their own food truck, selling homemade kettle corn, warm apple cider, and sweet treats. Salty Boyz is a food truck from New Harbor that sells food that sticks to your ribs, like chili and other hearty meals. Salty Boyz also made an appearance at the local Damariscotta Pumpkinfest this past October. Shannon’s Unshelled serves in their hometown of Boothbay, representing by serving various seafood dishes and warm chowders to eat in the cold weather. Blazing Tomato Pizza, located out of Jefferson, is dishing out fresh wood-fired pizzas straight from the oven. BOGS Bakery has the most important job of baking an assortment of delicious holiday desserts for all to enjoy.

The event was linked with the Festival of Lights, a Christmas light show that is put on every year by Coastal Maine Botanical Gardens in Boothbay, Maine. The spectacular light show Gardens Aglow brings around 36,000 people every year and it is growing bigger, making the small town very busy for the holiday season.

The food truck court is just minutes from the gardens, so you can walk in, grab a bite to eat, and go to see the Gardens Aglow. The botanical gardens have a cafe but it can be very busy due to the large amounts of people, so they were in luck when the food truck court opened their doors to serve the people.

This was the first year the event was put on, and the Cameron Clan hopes to make the event bigger and better for the next year. The event’s very first day was a Saturday, Nov. 23. The parking lot was full and cars lined the street to come in and enjoy the delicious food. The food truck court is open from 3-10 p.m. on the following dates: Nov. 29,  Dec. 5-8, Dec. 12-15, Dec. 19-23, and Dec. 25-31.

So if you get the time, travel down to Boothbay and go see the wonderful light show at the Coastal Maine Botanical Gardens and grab a bite to eat at Food Trucks A-Go. If you need more information, visit the Boothbay Harbor Region Chamber of Commerce webpage, boothbayharbor.com.

By Oliver McNamara

In recent years, climate change has become a crucial issue. Carbon dioxide has been produced more and more, and the worldwide average temperature has risen higher and higher. While more is being done, it has yet to be on a large scale.

Here in Maine, about three-quarters of our energy comes from carbon dioxide-producing products, and while this is certainly an improvement, this could be nowhere near close to what we need in the long run. And governments worldwide aren’t helping, according to Jay McNamara.

“I don’t agree that they are doing enough, but there is progress being made,” McNamara said. A firm believer in climate change, McNamara is a business owner, a husband, and the father of two kids, so he has become very worried about the impact in the future. During the interview, he stressed the importance of conserving energy, and says he would “like to see transportation of people and goods to take the lead in the fight to cut greenhouse emissions.”

McNamara himself has installed an efficient heating system, has all LED light bulbs, and drives an electric car, while 50% of the electricity he uses at home is from clean energy sources. McNamara also added that he thinks renewable energy could be a huge player in the years to come.

From vast solar farms in China to offshore wind farms in Europe, renewable energy is starting to take root in today’s society. Here in Lincoln County, for instance, solar is becoming more and more common. While scientists have proved that switching to renewable energy sources such as solar, wind, nuclear, and tidal can improve air and water quality, much of America, and the world, is hesitant, not sure what or whom to believe.

The bottom line, though, is that there is a lot of pressure from the people, but several administrations have views elsewhere. As this becomes more of a problem, renewable energy might be the answer.

For starters, there are several types of renewable energy. There is solar, wind, nuclear, tidal, and more. For those who don’t know, renewable energy is an energy source that is practically unlimited. These sources do not release any carbon dioxide. Maine gets most of its renewable energy from hydroelectric dams, and biomass from wood products. Maine has such a vast array of hydroelectric dams because of its many rivers. There are also three biomass or wood pellet plants in Maine. We generate the most wind energy in New England, and we boast a solar farm with 16,000 panels in the town of Madison.

Overall, Maine has a very impressive amount of renewable energy in its society. A huge conflict, though, is that there are lots of people that “don’t believe” in climate change. This may come down to misinformation, or simply a lack of acknowledgement toward the outside world. However, this may not be a problem for the newer generations. In a survey answered by 47 seventh and eighth graders, 38 people said that they thought climate change was real. Also, 18 said that their family was considering getting a form of renewable energy in the future. So maybe there is hope.

So overall, there  really is no way to tell what the outcome will be in the future. Scientists have already predicted several outcomes of climate change, like temperatures and sea level rising, and habitats disappearing. But on the other hand, the newer generations already seem to be taking more of a stand on climate change and renewable energy seems to becoming more and more popular. For instance, here in Lincoln County, ReVision Energy has established a solar farm and put panels on the roof of Great Salt Bay Community School in Damariscotta. The first member-owned solar farm was established in Edgecomb in 2015. Peregrine Turbine Technologies, which specializes in tidal turbines, has established an identity in Wiscasset.

All in all, there will always be hope to fight this. It’s never too late to do your part. Because after all, our Earth isn’t something that’s renewable.

By Annie Peaslee

Maine is usually responsible for 80% of the nationwide lobster haul. In this recent 2019 lobster season, a late molt, or shed, of lobsters took place in the Gulf of Maine. Lobstermen were facing smaller catches this season. A similar trend happened in the 1980s and 1990s, but the catch was booming later in the season. Fishermen were expecting this slow season to pick up pace later in the season.

This late shed of lobsters led to smaller catches and lobsters not being 3 ¼ inches, the legal size. Once the lobsters shed, they often reach legal size and are easier to trap, resulting in larger catches. “Fishermen had brought less than 50 million pounds of lobster to the docks of Maine by the end of September,” the Portland Press Herald reported. That’s 40% less than the total for 2018 for the same time period, and nearly 40% off the five-year average,” says an Associated Press news article. Bringing less than 100 pounds to Maine docks hasn’t happened since 2010.

Due to the slower supply of lobsters, wholesale prices rose. Live 1.25-pound lobsters are being sold for $12 in Maine markets. The price has risen by 10% from last year. Sheila Dassat, the executive director of the Downeast Lobstermen’s Association, said in an AP news article, “The industry is already struggling with high bait prices and other stressors, and a lack of catch could motivate some fishermen to leave the business.”

The cold, wet spring might be the cause of the late shed of lobsters. Warmer springs lead to an earlier shed. Cooler water temperatures could be a cause to the late start. The Gulf of Maine waters are warming 99% faster than any other large saltwater body, so this is unlikely. However, the surface water temperatures this year were the coolest since 2008.

The normal temperature on average in April in Bangor is 43 degrees Fahrenheit. This year, the average temperature in April in Bangor was 42.5 degrees F., 40.8 degrees F. in 2018, 45.7 degrees F. in 2017, and 40.3 degrees F. in 2016.

The normal precipitation on average in April in Bangor is 3.62 inches. The average precipitation in Bangor this year was 5.53 inches. The average precipitation was 4.77 inches in 2018, 3.98 inches in 2017, and 2.58 inches in 2016.

The highest yearly value of lobsters was the year 2016. A total of $450 million dollars worth of lobster was harvested in 2016. This year, the average temperature was 42.5 degrees F. and the average precipitation was 5.53 inches, which were all above the normal averages in Bangor. In 2016, the average precipitation and temperature were both below average. The high averages of precipitation and temperature could have led to the late shed.

It’s unpredictable if next year the lobster catch will be similar to this year. This season, the late shed of lobsters left the lobster industry worried. It will be determined if the future lobster catches will continue to decrease, or if it will make a turnaround.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *