Transcription modifiée de la conférence téléphonique ou de la présentation des résultats de RMV.L 28-Feb-20 9:00 GMT


Milton Keynes 16 mars 2020 (Thomson StreetEvents) – Transcription modifiée de la conférence téléphonique ou de la présentation des résultats de Rightmove PLC vendredi 28 février 2020 à 9 h 00 GMT

Jefferies LLC, Division de la recherche – Analyste principal de recherche et analyste de recherche technologique

Exane BNP Paribas, Division de la recherche – Directrice exécutive de Media Equity Research

Bonjour à tous et bienvenue à la présentation des résultats 2019 de Rightmove. Je m'appelle Peter Brooks-Johnson et je suis accompagné de Robyn Perriss, FD; et Miles Shipside, notre analyste du marché du logement. J'aimerais également souhaiter la bienvenue à Andrew Fisher, notre nouveau président, et à vous tous sur la webémission.

Je vais vous parler des faits saillants des 12 derniers mois, Robyn va ensuite passer en revue les états financiers plus détaillés, puis je vais passer un peu de temps à vous donner un peu plus de couleurs sur le marché du logement et nos développements stratégiques, et nous terminerons avec les questions des personnes présentes dans la salle.

Passons donc aux faits saillants.

En 2019, nous avons livré financièrement, et plus important encore, nous avons mis en œuvre un certain nombre d'initiatives stratégiques, qui nous ont préparés pour l'avenir. 2019 a été une année d'incertitude au Royaume-Uni avec 4 échéances pour le Brexit et les élections générales. Et vous auriez raison de supposer que l'incertitude a conduit à un marché du logement plus hésitant, ce qui était plus difficile pour certains de nos clients. Au 31 décembre, les annonceurs s'élevaient à un peu plus de 19 800, soit 3% de moins qu'au 31 décembre 2018.

Mais pour de nombreux clients, cela a créé des opportunités et Rightmove est l'endroit qu'ils choisissent d'investir pour exploiter ces opportunités. C'est dans des conditions de marché comme celle-ci que l'on peut voir la position unique de Rightmove et la robustesse de notre modèle, avec des revenus en hausse de 8% en glissement annuel et cela – à un peu moins de 290 millions de livres sterling, et cette augmentation qui coule à travers profit et EPS une nuance plus élevée en raison de notre politique de rachat continue. Conformément à notre politique établie de longue date, nous augmentons notre dividende de 11% en ligne avec la croissance du BPA. Vous remarquerez peut-être que le rendement en espèces était légèrement en baisse par rapport à 2018, ce qui est dû au paiement de Van Mildert via notre – à partir de notre flux de trésorerie disponible et d'un solde de trésorerie légèrement plus élevé à la fin de l'année.

Au-delà de nos KPI, nous avons fait beaucoup de progrès stratégiques cette année. Le but de Rightmove est de faciliter le déménagement à domicile au Royaume-Uni. Nous répondrons à notre objectif et stimulerons la croissance grâce à l'innovation. Non seulement l'innovation dans la publicité immobilière, mais aussi pour aider les agents à devenir plus efficaces. Alors que la publicité immobilière est au cœur de notre croissance, nous allons également innover pour générer de futures opportunités de croissance. Et voici les faits saillants que nous avons livrés dans chacun de ces 3 domaines d'innovation.

Nous continuons d'innover au cœur de notre publicité immobilière. Nous avons lancé Auto Featured Property en mai et comptons déjà plus de 700 succursales inscrites au produit d'ici la fin de l'année. En juin, nous avons commencé le déploiement précoce de notre produit de marketing numérique de nouvelle génération pour les développeurs de maisons neuves, Rightmove Active Extension. En novembre, nous avons lancé un nouveau produit de marketing intelligent pour les agents, Vendu par moi.

Pour aider les agents qui voient des opportunités sur le marché actuel et ceux qui investissent pour l'avenir, nous avons lancé un nouveau package super premium, Optimiser 2020 en novembre 2019. Et nous continuons d'innover pour aider les agents à devenir plus efficaces avec le déploiement complet de la nouvelle version de l'outil Best Price Guide. Le Guide du meilleur prix est leader sur le marché et aide les agents à justifier leur prix des propriétés. La nouvelle version a contribué à une augmentation de 10% de l'utilisation avec 11 millions de rapports exécutés par des agents en 2019. Et nous avons lancé un gestionnaire d'opportunités, qui est un nouvel outil basé sur un algorithme pour aider les agents performants à repérer les fournisseurs potentiels dans le bassin d'acheteurs qu'ils connaissent déjà. .

Et enfin, nous continuons à innover pour la croissance à l'avenir en nous concentrant sur le marché locatif mal desservi. Nous avons créé 2 itérations supplémentaires de notre expérience Passeport de locataire et les locataires ont créé plus de 40 000 passeports. Le retour d'expérience de cette expérience nous a conduit à acquérir Van Mildert. Et depuis un certain nombre d'années, les prêteurs font de la publicité avec nous, et nous cherchons plus loin avec notre travail en réseau avec Nationwide pour étudier comment nous rendons le processus de demande d'hypothèque beaucoup plus facile pour ceux qui veulent s'adresser directement à un prêteur. . Et les chasseurs à domicile seront également plus conscients du marché s'ils choisissent un courtier. Mais plus sur tout cela plus tard.

Il y a beaucoup d'enthousiasme pour l'avenir, mais tout cela repose sur notre position forte aujourd'hui. Comme nous l'avons annoncé l'an dernier, Robyn quittera ses fonctions à la fin de juin. Donc pour la dernière fois, je vais céder la parole à Robyn pour parler de ce que nous avons réalisé financièrement en 2019.

————————————————– ——————————

Robyn Perriss, Rightmove plc – Directeur financier et directeur exécutif (2)

————————————————– ——————————

Merci, Peter. Passons donc aux détails financiers et commençons par les revenus.

Notre chiffre d'affaires est en hausse de 8% sur un an pour atteindre 289,3 millions de livres sterling. En termes absolus, nous avons enregistré une croissance de 21,5 millions de livres sterling. Si nous examinons les moteurs de cela, vous pouvez voir que la majorité de la croissance, 20,2 millions de livres sterling, est passée par l'ARPA en tant que combinaison d'augmentations de prix de base et d'une déduction continue des dépenses de produits, y compris une plus grande pénétration de notre Optimiseur et Des packages améliorés, qui ont clôturé l'année à 38% de notre base clients Agence. En 2019, notre effectif moyen était en baisse en 2018. Il s'agit d'une baisse de 2,6 millions de livres sterling du chiffre d'affaires en raison du nombre de clients. Et nos autres activités, pour rappel, celles-ci comprennent nos activités à l'étranger, nos services commerciaux, nos services de données et nos activités de publicité tierces, elles ont contribué à une croissance très saine de 3,9 millions de livres sterling. Le principal moteur de cela était notre activité commerciale. Il est en hausse de 1,6 million de livres sterling sur un an. C'est une croissance de 29%. Et nous avons également eu une contribution de 4 mois pour notre nouveau partenariat hypothécaire avec Nationwide.

Passons donc à l'adhésion et à l'ARPA. Comme l'a dit Peter, nous avons terminé 2019 avec un effectif total de 19 809 membres, en baisse de 3% depuis le début de l'année. Nous avons enregistré une nouvelle perte dans nos succursales d'agence au deuxième semestre de 2019. Nous avons perdu 421 succursales depuis la fin de juin, bien que le taux de levier se soit modéré au deuxième semestre, ce qui porte le nombre total d'agences à 16 347. À l'instar du premier semestre de 2019, ces leviers représentaient généralement des sous-branches légèrement inférieures qui ont été touchées de manière disproportionnée par un marché du logement au Royaume-Uni légèrement plus incertain et les transactions prenant plus de temps à se terminer. Peter apportera plus de couleurs sur le marché du logement un peu plus tard.

Cela a été compensé dans une large mesure par une croissance significative et continue de nos chiffres de développement de maisons neuves. Ils étaient en hausse de 11% à 3 462. C'est notre plus grand nombre de développements depuis 2009. Et nous continuons d'être le seul endroit pour voir la quasi-totalité du marché immobilier au Royaume-Uni sur notre plateforme. Il convient probablement de souligner que ce niveau de stock en fin d'année de 900000, soit légèrement inférieur aux niveaux historiques d'environ 1 million de propriétés, car nous avons connu une offre limitée au second semestre 2019.

Passons donc à l'ARPA. Au cours du deuxième semestre de 2019, nous avons constaté une réduction des dépenses numériques et marketing discrétionnaires de nos clients développeurs de maisons neuves et des dépenses supplémentaires en produits de notre très grande entreprise cliente de l'agence, car ils ont motivé leurs dépenses avant les événements clés du Brexit et des élections, et en ligne avec ceux-ci, la baisse des niveaux des stocks immobiliers. Cela a conduit à une croissance globale de notre ARPA en hausse de 83 GBP à 1 088 GBP. Mais sachant que le calcul de l'ARPA est quelque peu complexe et qu'il s'agit d'une moyenne des moyennes, nous avons en fait tracé l'ARPA sur 12 mois glissants pour que vous puissiez le voir sur le graphique linéaire ci-dessous, ce qui montre que nous avons fait des progrès réguliers à peu près tout au long de 2019, se terminant sur 1088 GBP, et que nous avons également progressé en janvier de cette année.

Passons au coût. Notre coût a augmenté de 5,1 millions de livres sterling, conformément à nos prévisions semestrielles à 69,6 millions de livres sterling. La majeure partie de cette augmentation des coûts, 3,1 millions de GBP, est due à une augmentation des salaires et traitements. Il s'agit d'une combinaison d'augmentation des effectifs et d'une inflation générale des salaires. Et cette augmentation des coûts à 5,1 millions de livres sterling comprend également le coût de Van Mildert pour les 3 mois suivant l'acquisition. Notre bénéfice d'exploitation sous-jacent, qui, comme vous le savez, est le bénéfice avant la charge IFRS 2 dans les paiements fondés sur des actions et l'assurance nationale dans les paiements fondés sur des actions, qui a augmenté de 8%, soit 219,7 millions GBP par rapport aux revenus antérieurs. Et vous pouvez voir que nous avons livré une marge de 75,9%, en ligne avec notre marge de 2018.

Passons donc au profit et à la perte. Cela continue d'être une histoire très simple avec le revenu des bénéfices qui coule jusqu'à la ligne de fond. J'aimerais souligner quelques points: la charge combinée IFRS 2 et assurance nationale de 6 millions de GBP cette année, soit un peu plus que la charge de 2018, principalement en raison de cette charge d'assurance nationale, calculée sur la base de le cours de l'action de fin d'année, et nous avons enregistré une très bonne performance du cours de l'action tout au long de 2019.

La charge fiscale de 40,5 millions de GBP, soit un taux d'imposition effectif de 19%, et nous continuons de nous attendre à ce que nos taux d'imposition soient conformes au Royaume-Uni et au taux d'imposition actif.

Je voudrais également saisir cette occasion pour souligner que nous avons traditionnellement déclaré nos bénéfices à ce niveau ici, les bénéfices d'exploitation sous-jacents. En termes comptables, il s'agit de ce que l'on appelle une mesure alternative du rendement par rapport à une mesure PCGR. Et à partir de 2020, nous proposerons un bénéfice à ce niveau ici, qui est notre niveau de bénéfice d'exploitation. Et cela est vraiment basé sur la recommandation des meilleures pratiques du FRC selon laquelle les entreprises doivent passer aux PCGR à l'avenir. Mais aussi pour nous, si vous – nous commençons à voir moins de volatilité dans ces charges IFRS 2 et NI en glissement annuel. Ils sont assez comparables. Et en proportion de notre base de coûts globale, ils représentent désormais une proportion plus faible. Cela est également conforme à notre nouvelle politique de rémunération, qui fixera des objectifs à ce niveau de résultat opérationnel. Donc, vous pouvez voir ici en termes de tendances globales, cela ne change pas l'image avec à la fois la croissance du bénéfice d'exploitation sous-jacent et du bénéfice d'exploitation à 8%.

Passons donc au bilan. Le grand changement dans le bilan est l'acquisition de Van Mildert, que nous avons acquise le 30 septembre 2019. Nous avons acheté Van Mildert pour une contrepartie initiale en espèces de 15,9 millions GBP et une contrepartie conditionnelle différée estimée de 2,4 millions GBP, ce qui porte le contrepartie totale à 18,3 millions de livres sterling. Dans le cadre de toute acquisition, il faut examiner la juste valeur des actifs nets que vous avez acquis. Et nous avons ensuite identifié le goodwill ainsi que les actifs incorporels distincts dans notre bilan, ce qui a abouti à ce solde ici, les actifs incorporels passant à 21,9 millions de livres sterling, car cela comprend 14,1 millions de livres sterling de goodwill et 5,3 millions de livres sterling d'actifs incorporels distincts par rapport à Van Mildert. L'autre endroit de notre bilan, vous pouvez voir Van Mildert, c'est cette contrepartie conditionnelle différée, qui fait partie du solde des provisions. Et nous avons également comptabilisé le passif d'impôt différé de 900 000 GBP par rapport à ces actifs incorporels. Donc, en termes de vue d'ensemble, nous nous sommes retrouvés avec un solde d'actifs net de 41,3 millions de GBP, tiré par une augmentation des actifs incorporels, et comme Peter l'a mentionné, le fait que nous ayons terminé l'année avec un peu plus de trésorerie de 36,3 GBP million.

Passons donc aux flux de trésorerie. Notre conversion de trésorerie en proportion du résultat opérationnel reste très forte, dépassant encore 100%. Et nous avons poursuivi notre politique de restitution de la quasi-totalité de nos flux de trésorerie disponibles à nos actionnaires. Si nous regardons les mouvements de l'année, nous avons eu une petite sortie de fonds de roulement de 800 000 GBP. Nous avons payé 37,3 millions de livres sterling d'impôt sur les sociétés. Et une autre chose que je voulais simplement signaler pour 2020 en ce qui concerne vos modèles, c'est que le HMRC pour les grandes entreprises a changé les règles de l'impôt sur les sociétés. Ils essaient de rapprocher les paiements du point où vous gagnez votre profit. Donc, à partir de 2020, cela signifie que nous aurons en fait 6 versements d'impôt sur les sociétés, soit les 2 derniers pour 2019 et 4 pour 2020. Cela vaut donc la peine d'être modélisé dans vos modèles.

Nos dépenses en capital restent modestes à 800 000 GBP. Et comme je l'ai mentionné plus tôt, nous avons acquis Van Mildert, la prochaine ligne de 15,6 millions de livres sterling. Il s'agit d'une contrepartie initiale de 15,9 millions de livres sterling, moins 300 000 livres sterling en espèces. Et nous avons payé 59,9 millions de GBP de dividendes au cours de l'année. Et comme à notre façon, nous avons racheté et annulé 16,3 millions d'actions ordinaires. Ils étaient d'un coût moyen de 5,45 GBP, ce qui signifie que les sorties de fonds totales s'élevaient à 89,2 millions de GBP. Et nous avons engagé certaines de ces charges centrales et d'autres dépenses mineures, ce qui porte notre position de trésorerie de fin d'année à 36,3 millions de livres sterling, un peu plus qu'il y a un an.

Et comme Peter l'a mentionné au tout début dans les faits saillants, nous avons annoncé aujourd'hui une augmentation de notre dividende final de 0,4p. Le dividende final sera de 4,4p. Cela porte le dividende annuel à 7,2p, une augmentation de 11%, reflétant notre politique qui consiste à verser un dividende progressif et à augmenter notre dividende en ligne avec la croissance du bénéfice par action.

Revenons donc à Peter.

————————————————– ——————————

Peter Brooks-Johnson, Rightmove plc – PDG et directeur exécutif (3)

————————————————– ——————————

Merci, Robyn. J'aimerais remercier personnellement Robyn pour tout le soutien qu'elle m'a apporté au cours des 12 dernières années à divers postes chez Rightmove. Je vous remercie.

Donc, avant de parler de Rightmove, j'ai pensé qu'il pourrait être utile de passer un peu de temps à parler du marché du logement, car il semble y avoir beaucoup de bruit, et les données nécessitent un peu de déchiffrement.

Pour rappel, les agents immobiliers ne sont sensibles qu'aux prix des logements à la marge et ont fait preuve d'une grande résistance au fil des ans à la baisse du nombre de transactions. Je passerai un peu de temps à parler de 2019, puis je vous mettrai à jour avec ce que nous avons vu au cours des 9 premières semaines de 2020.

Ce graphique montre le nombre de transactions chaque année depuis 2006 selon HMRC. Les transactions en 2019 ont fini en baisse de seulement 1,4% par rapport à 2018. Mais c'était si proche de 2018, peut-être une surprise pour beaucoup d'entre vous, en particulier ceux d'entre vous qui se souviennent des données de nos résultats intermédiaires. Peu de temps après ces résultats, HMRC a révisé toutes les données de l'été vers le haut, ce qui a conduit à ce bon résultat.

En juillet, j'ai mentionné que nous voyions des acheteurs et des vendeurs hésiter à s'engager, mais j'espère que nous verrions la certitude du Brexit et que cela accélérerait le marché. De toute évidence, cela ne s'est pas produit l'année dernière. L'impact de ce manque de certitude, nous pouvons les voir en bas ici. Il y a eu un ralentissement notable du stock de nouvelles inscriptions sur le marché au troisième trimestre. Le manque de stock n'a pas entravé les transactions en 2019, mais il a conduit à un choix limité à l'approche de 2020, avec 10% de stock disponible en moins sur le marché par rapport à il y a un an. Et ce manque de choix peut entraver le marché s'il ne se corrige pas.

Étant donné que les nombres de transactions ne sont remarquables que par leur similitude avec 2018 et peut-être les 5 dernières années, je pense qu'il est raisonnable de se demander pourquoi jusqu'à 6% des succursales de l'Agence ont quitté l'industrie. La réponse est principalement le flux de trésorerie.

L'hésitation des acheteurs a fait augmenter le temps de vente au premier semestre d'environ 10%. Pour aggraver cela, il existe des preuves anecdotiques que le temps nécessaire pour terminer une transaction lorsque l'agent est payé a également augmenté. Bien que ce ralentissement des flux de trésorerie ne soit pas un problème particulier pour les succursales avec un stock plus important, l'impact sur les flux de trésorerie pour ceux qui ont un stock plus petit est notable et, dans certains cas, rend la succursale non rentable.

L'interdiction des frais de location en juin a également ajouté de la pression sur les succursales à faible stock qui ont eu un impact supplémentaire sur les flux de trésorerie dans leurs activités de location. Et il convient de noter que ces impacts sur les flux de trésorerie s'appliquent au niveau de l'agence, quelle que soit la taille de l'exploitation à laquelle l'agence fait partie.

On peut voir l'impact de ce ralentissement des flux de trésorerie dans ce graphique. Il est indexé sur 2017 pour tenter de supprimer la saisonnalité, et les barres reflètent le taux de levier. On peut voir ici le taux de levier élevé du nombre de succursales souffrant d'un ralentissement des flux de trésorerie au quatrième trimestre de 2018 jusqu'au deuxième trimestre de 2019. Mais de manière encourageante, nous avons vu ce taux ralentir au deuxième semestre, les agents s'étant ajustés à la nouvelle réalité.

Cette ligne est le nouveau taux de démarrage. Et on peut voir que le durcissement de l'environnement des flux de trésorerie a mis 6 à 9 mois pour avoir un impact sur ce nouveau taux de jointure. Elle s'est poursuivie malgré l'impact des flux de trésorerie ayant déjà touché les succursales qui partaient. Si l'environnement s'améliore, je m'attends à un décalage similaire, un décalage de 6 à 9 mois pendant que les agents évaluent la stabilité de l'environnement avant de s'engager dans une nouvelle succursale ou une nouvelle entreprise.

Je pense que ce graphique illustre ce qui est arrivé aux succursales à faible stock au cours de la dernière année. Il montre la répartition de nos succursales d'agent de vente par le stock qu'elles détiennent, en comparant à la fois décembre 2018 et décembre 2019. Vous pouvez voir que les succursales de stocks inférieurs ont chuté, mais au-delà de 40 propriétés par succursale, la part augmente. Et ces chiffres réitèrent pourquoi il est difficile de démarrer l'entreprise, qui, bien sûr, au démarrage a un stock très, très bas.

Mais avec New Homes, c'est une autre histoire. Ce graphique du haut est très similaire au graphique précédent. Il montre le taux de sites vendus et les nouveaux développements sur le marché indexés depuis 2017. Vous pouvez voir que les développeurs ont présenté des listes à la fin de 2018 et au début de 2019 pour lutter contre la baisse du taux de vente que nous avions vue au début de 2018. Cette augmentation du nombre de points de vente a eu un impact correspondant, augmentant le taux de vente des sites au cours du second semestre 2019. Au deuxième semestre 2019, le flux a été globalement constant, entraînant une légère augmentation des développements répertoriés avec nous au deuxième semestre de 2019, comme vous pouvez le voir en bas.

Étant donné la position unique de Rightmove avec une vue d'ensemble du marché en temps réel, j'ai pensé partager ce que nous avons vu au cours des 9 premières semaines de 2020. Avec le répit de l'incertitude, nous avons vu l'activité de déménageur faire un pas en avant . Rightmove a connu son mois le plus fréquenté en janvier avec plus de 150 millions de visites par mois pour la première fois. Les consommateurs ont passé près de 1,2 milliard de minutes sur les sites rien qu'en janvier. Et cette tendance se poursuit. Le 19 février 2020 a été notre journée la plus achalandée aujourd'hui. En fait, nos 5 jours les plus occupés ont tous eu lieu en février 2020.

Cette carte montre la demande en janvier 2020 par rapport à janvier 2019, le rouge étant la demande en hausse de 20%, le bleu étant la demande en baisse de 20%. Et comme vous pouvez le voir, la demande est en hausse presque partout, et elle est particulièrement forte dans le Londres et le Sud-Est auparavant plus lents. Cependant, le stock disponible est toujours à la traîne l'an dernier. Les nouvelles inscriptions en janvier ont été stables d'une année sur l'autre. Les nouvelles données d'inscription pour février semblent un peu plus encourageantes. Et vous pouvez voir que cela a pour effet de raffermir le prix des maisons sur le marché. Non seulement notre prix demandé augmente, mais nous constatons des réductions de prix moins nombreuses et plus petites que les 2 dernières années. Et du point de vue des agents, bien que les taux de commission soient notoirement difficiles à mesurer, les indicateurs sont que les commissions des agents sont au moins stables avec 2 petites enquêtes en 2019 montrant des augmentations d'une dizaine de points de base. Et les fondamentaux du marché sont toujours solides. Les niveaux d'emploi restent à des sommets records et les niveaux hypothécaires à des creux réels. Et nous avons toujours la certitude, du moins, pour l'instant.

Tout cela s'ajoute aux données convenues sur les ventes de Rightmove qui semblent positives. L'agent marque une vente de propriété convenue lorsque l'accord est conclu mais la transaction n'a pas encore été conclue. C'est généralement de 3 à 6 mois avant que cela n'apparaisse avec le registre foncier. Donc, en utilisant cet indicateur avancé, vous pouvez voir que le nombre de ventes convenues en janvier, que ces chiffres remontent – indexé en 2014, sont les plus élevés que nous ayons vus depuis 2014. Et, encourageant, nous voyons les ventes chuter- grâce aux taux les plus bas depuis 2014 également.

Alors que l'avenir semble encourageant pour les agents, je dois faire preuve de prudence à court terme. La lenteur de la cotation au second semestre 2019 continuera d'avoir un impact sur les agents à faible stock qui sont aux prises avec des flux de trésorerie. Cela aura également un impact sur les agents hybrides car ils ont pris moins de propriétés. Comme nous l'avons vu plus tôt, il faut du temps pour que la confiance revienne à une nouvelle succursale – pour revenir, ce qui conduit ensuite à de nouvelles ouvertures de succursales. Compte tenu de ces facteurs, je pense qu'il est raisonnable de s'attendre à ce que le nombre de clients de Rightmove au premier semestre 2020 suive une trajectoire similaire à celle du second semestre 2019.

Revenons à Rightmove et à notre stratégie, dont je suis sûr que vous êtes tous familiers. Bien sûr, nos revenus peuvent être exprimés en nombre d'annonceurs multiplié par le revenu moyen par annonceur. Et pour être clair, nous ne contrôlons pas le nombre d'annonceurs sur le marché. Cependant, dans tous les marchés sauf les extrêmes, l'ARPA est un facteur de la valeur de nos produits et services. Nous avons cependant une influence sur le nombre de consommateurs sur notre plateforme sur laquelle cette valeur est construite. Commençons donc par là.

Malgré l'hésitation, il ne fait aucun doute que la demande latente reste sur le marché et les consommateurs continuent de se tourner d'abord vers Rightmove. Le nombre de visites a augmenté de 2% pour atteindre plus de 1,6 milliard de visites dans l'année, tandis que le temps sur site par propriété a augmenté de 4%. Mais la réduction des stocks a vu le temps total diminuer de 1%.

Nous continuons d'étendre notre avance en tant que lieu où les consommateurs viennent pour étudier le marché immobilier à l'aide de nos outils, tels que les prix vendus. Et le trafic de ces outils a augmenté de 7% sur l'année. La part de marché selon Comscore, il y a une petite explication si vous ne la connaissez pas, cette grande étape est le résultat d'un changement de méthodologie Comscore dans la façon dont il a mesuré le trafic de Zoopla. Ils l'ont fait en février, et nos statistiques internes ne suggèrent pas qu'il y ait eu un changement important. Après ce changement de méthodologie, notre part était de 87%. En décembre 2019, notre part était de 87%. Je pense donc qu'il est raisonnable de conclure que notre direction dominante demeure.

Tout cela s'ajoute à une façon de fournir de la valeur à nos clients, des pistes de qualité. La qualité et le volume des leads que nous livrons est un élément clé pour aider nos clients à être plus efficaces en ne livrant pas de leads, ce qui leur fait perdre du temps. Alors que le nombre total de leads a baissé à plus de 40 millions, le nombre de leads envoyés par propriété listée a augmenté de 2% par rapport à 2018.

Mais les prospects de qualité ne sont que l'une des façons dont nous offrons de la valeur à nos clients. S'appuyant sur notre public, nos deux groupes de clients reconnaissent la valeur de nos produits. Les clients de l'agence qui voient une opportunité ont opté pour nos packages premium, et ils le font pour rivaliser pour une part croissante de vendeurs motivés. Cela a conduit à un nombre record d'agents prenant le package Enhanced ou Optimiser. La croissance de l'Optimiseur plus cher a été particulièrement réjouissante. Nos clients de développement de maisons neuves dépensent plus que jamais pour nos solutions de marketing numérique.

Sur la base de notre stratégie de segmentation des agents, nous avons lancé notre nouveau package super premium, Optimiser 2020 en novembre. L'Optimiseur 2020 s'adresse aux agents leaders du marché ayant un stock immobilier par succursale supérieur à la moyenne. En d'autres termes, les agents qui voient des opportunités sur le marché actuel. Il étend le package Optimiseur précédent en donnant un accès exclusif aux produits Sold By Me et à l'outil Opportunity Manager. L'an dernier, nous avons eu près de 200 agents mis à niveau au cours des 2 premiers mois de vente, la plupart des clients venant d'Optimiseur 2015, avec une augmentation moyenne des revenus d'un peu plus de 300 GBP par mois.

Et pour nos autres clients, nous sommes à mi-chemin de la communication de nos changements de prix pour 2020, et tout se déroule comme prévu.

Alors, couvrons une partie de cette innovation que nous avons livrée vers la fin de 2019. Comme je le dis souvent, l'une des principales raisons pour lesquelles un agent fait de la publicité est d'attirer des vendeurs potentiels. En règle générale, ils cherchent à entrer dans la phase de réflexion et à être l'un des 3 agents invités à évaluer la maison de ce vendeur potentiel. Influencer les vendeurs au début de leur réflexion est très important. Les recherches effectuées par la Property Academy montrent que les 2/3 des vendeurs classent les propriétés comme la mienne comme l'une des cinq principales raisons pour lesquelles ils demandent des instructions à un agent de l'État. Vendu par moi, qui, comme je l'ai dit, est exclusivement disponible pour les agents Optimiser 2020, présente la propriété qu'un agent a vendue sur la page la plus consultée sur Rightmove, la page de résultats de recherche.

Mais plus de la moitié des vendeurs cherchent à quitter une zone. Ainsi vendu par moi va plus loin. Et lorsque nous connaissons l'adresse du domicile d'un vendeur potentiel, le produit utilise le ciblage dynamique pour lui montrer les propriétés d'un agent qui opère dans sa région d'origine. C'est un exemple, je pense, de notre type d'innovation médico-légale. Donc, pour un client, généralement, les agents n'ont aucun moyen de parler à ce public caché, car ils ne les verront généralement pas sur leur marché parce qu'ils s'éloignent. Une partie de notre stratégie consiste à aider les clients à être plus efficaces afin qu'ils puissent dépenser plus d'argent en marketing tout en protégeant leur marge.

Compte tenu du marché, il n'est peut-être pas surprenant que nous ayons axé cette campagne d'efficacité cette année sur les clients qui trouvent des opportunités et se développent, les agents de stock supérieurs. Nous savons qu'ils ont plus de prospects, ce qui en soi crée un casse-tête d'efficacité pour eux. Notre connaissance inégalée des chasseurs à domicile nous permet d'aider à découvrir des agents – aider les agents à découvrir des vendeurs potentiels au sein de leur bassin d'acheteurs parmi les acheteurs qu'ils connaissent déjà. Et en utilisant nos données, nous pouvons prédire quand un vendeur est prêt à envisager d'instruire un agent.

Rightmove est dans une position unique car 2/3 des plus de 6 millions de personnes envoyant des prospects n'ont pas encore sélectionné d'agent pour envoyer leur maison – vendre leur maison. Et c'est important car dans une enquête récente, près de 90% des agents ont raté l'opportunité de vendre dans les prospects des acheteurs.

Opportunity Manager utilise un algorithme en temps réel pour aider les agents à hiérarchiser leur travail avec un code couleur simple. Il leur permet également de gérer leurs contacts avec ces prospects et leur montre combien de prospects ils gagnent et perdent. Nous développons l'algorithme depuis 2 ans et nous continuons de l'affiner pour qu'il fasse vraiment une différence pour les agents. Un Opportunity Manager est un produit destiné aux clients avec un stock plus élevé et donc plus de prospects. Pour tirer encore plus de valeur de l'outil, il est avantageux d'augmenter le nombre de vendeurs potentiels qu'un agent connaît. En tant que tel, il encourage les agents à acheter un certain nombre d'autres produits Rightmove, tels que Rightmove Discover, notre outil proactif qui présente les agents aux vendeurs à domicile que l'agent ne connaît peut-être pas encore. Local Valuation Alert, qui commercialise la marque d'un agent auprès de vendeurs potentiels; et également la propriété en vedette, dont vous vous souvenez peut-être, que nous avons lancée l'année dernière pour aider les agents disposant de stocks immobiliers importants à se connecter avec plus d'acheteurs.

Rightmove vise à faciliter le déménagement à domicile, aussi bien pour les professionnels de l'immobilier que pour les déménageurs. Aider les chasseurs à domicile à être prêts pour les transactions n'est pas seulement une partie de notre objectif, il aidera les professionnels à être plus efficaces et à créer de futures opportunités de revenus pour nous. Notre objectif principal à ce jour a été avec le flux de location car nous voyons toujours une opportunité importante de gains d'efficacité et également quelques enseignements que nous appliquerons dans le flux de vente.

En 2019, comme je l'ai mentionné, nous avons lancé 2 autres itérations du passeport du locataire et rempli par plus de 40000 locataires. Nous avons recueilli des commentaires précieux des locataires et des agents. Et cela a conduit directement à l'achat de Van Mildert, une entreprise de référencement de locataires, pour nous permettre – pour permettre aux avantages de la préqualification de se répercuter sur le référencement. Et nous avons entamé un nouveau procès avec l'intégration du passeport directement dans le flux de leads de location à Rightmove. Conformément à notre développement incessant, nous ne nous contentons pas de nous concentrer uniquement sur les locations, et nous avons commencé à explorer le flux d'approbation hypothécaire avec la société de construction nationale, cherchant à construire à plus long terme. Comme vous pouvez vous attendre de nous, ces deux opportunités généreront une petite quantité de revenus et de bénéfices en 2020.

Il s'agit donc d'aider les locataires à être prêts pour les transactions. Le processus de location est inefficace. Il existe de nombreux problèmes communs pour les agents et les locataires. En règle générale, il y a un manque de visibilité, une saisie de données en double, un manque général de rythme, et peut-être le plus frustrant pour les deux, des échecs de référencement de dernière minute qui peuvent signifier un manque de domicile pour un locataire et une période de vide pour un propriétaire avec des conséquences pour l'agent. En tant que centre du marché immobilier au Royaume-Uni, Rightmove est dans une position unique pour créer ces efficacités d'intégration tout en générant des revenus pour nous et pour l'agent.

Ce diagramme montre les grandes phases du flux locatif, de la recherche à la vie dans un immeuble locatif. Il montre également où notre gamme de produits évoluera pour prendre en charge ces phases. Il pourrait être utile de souligner les produits d'assurance Van Mildert, car pour la première fois pour Rightmove, ces produits génèrent non seulement des revenus pour nous, ils génèrent également une commission pour l'agent.

À plus long terme, vous pouvez voir comment cet ensemble de produits bénéficiera à différentes parties de la stratégie Rightmove. Ces premières phases soutiendront à la fois notre proposition aux locataires en leur facilitant le déménagement; et les agents, en rendant le processus plus efficace. Et ces dernières phases généreront des revenus.

Et enfin en bas, voici un échantillon de l'activité depuis que nous avons acquis Van Mildert en octobre dernier. Nous avons lancé un essai à petite échelle en novembre 2019 pour intégrer ce pré-référencement – préqualification dans le flux de prospects Rightmove, et en même temps, offrir une communication simplifiée aux agents et aux locataires. Van Mildert est désormais intégré à la plupart des principaux systèmes logiciels d'agent et nous l'étendons à Rightmove Plus. Et nous déployons notre expérience des processus pour améliorer la vitesse de référencement d'un locataire. Van Mildert possède des produits d'assurance pour les propriétaires leaders sur le marché et nous commençons tout juste à déployer notre expertise en marketing numérique pour communiquer avec les agents et les propriétaires.

J'espère que vous pouvez voir que nous avons beaucoup à faire et beaucoup d'ambition. Mais pour revenir à 2020, terminons avec les perspectives. Les effets de réseau au cœur de notre activité restent incroyablement forts. Les résultats de cette année démontrent la résilience de notre modèle à l'impact des baisses à court terme du nombre de succursales et la valeur de nos produits et données pour nos clients.

Dans la perspective de 2020, nous avons vu que le marché du logement avait bien démarré, mais il faudra quelques mois pour que cet optimisme se transmette à nos clients. En particulier, nous prévoyons une baisse du nombre de succursales virtuelles d'agents hybrides en raison de la baisse du nombre d'inscriptions à partir du deuxième semestre de 2019. Et nous constatons un impact continu du ralentissement des flux de trésorerie sur les agents à faible stock. As the market improves, we therefore expect a continuation in the trend of flat development numbers.

Taken together, I think it's reasonable to assume that customer numbers will follow a similar trajectory to the second half of 2019. However, with our strong innovation delivery in the second half of 2019, we are well positioned when our customers begin to feel more confident. And as Robyn noted, our other businesses grew strongly in 2019. Whilst small, we're confident there's more progress with those businesses.

Hopefully, you can see there's no slowing down in our ambition. And we're confident of delivering our full year expectations. Thank you, and over to questions from the room.

————————————————– ——————————

Robyn Perriss, Rightmove plc – Finance Director & Executive Director (4)

————————————————– ——————————

Just lastly from me before we start the Q&A. I just wanted to take the opportunity to thank the analysts in the room. I very much appreciated your engagement in the story and your support during my time as Finance Director. And post-June, I shall continue to read your coverage with a lot of interest.

And James has a microphone. It is important to use the microphone and announce who you are because we do have quite a lot of people on the webcast today.

================================================== ==============================

Questions et réponses

————————————————– ——————————

Robyn Perriss, Rightmove plc – Finance Director & Executive Director (1)

————————————————– ——————————

I'll take the first question from Andrew for change.

————————————————– ——————————

Andrew Geoffrey Ross, Barclays Bank PLC, Research Division – Research Analyst (2)

————————————————– ——————————

It's Andrew from Barclays. And also, a big thank you from our side, Robyn, for of all of your help over the years. I've got 2. First one is maybe, I guess, the standard question to help put some numbers around your commentary on ARPA growth. I think consensus is probably in the high 80s in terms of ARPA going up year-on-year. How should we think about your commentary in relation to that?

Then the second question, can you give us a bit more on what you're seeing from Zoopla? It seems like now they've got kind of similar numbers of branches to you guys, I think, spending a bit more on marketing. Or where do you think they are in terms of branches if that's not the case?

Spending a bit more on marketing. Kind of what are you seeing from them in the market in terms of getting a bit more aggressive?

————————————————– ——————————

Peter Brooks-Johnson, Rightmove plc – CEO & Executive Director (3)

————————————————– ——————————

D'accord. So I'll answer this. So the first one, ARPA. I think given what we see and our strong innovation delivery at second half last year, I think I would suggest the ARPA being slightly bolder. So it's somewhere between GBP 85 and GBP 95, I think, is how I think we should look at ARPA for this year.

————————————————– ——————————

Robyn Perriss, Rightmove plc – Finance Director & Executive Director (4)

————————————————– ——————————

And we also get the full year contribution from Van Mildert, which is why we can embrace that guidance a bit as well.

————————————————– ——————————

Andrew Geoffrey Ross, Barclays Bank PLC, Research Division – Research Analyst (5)

————————————————– ——————————

And another thing, is Van Mildert in (inaudible) U.K. (inaudible)

————————————————– ——————————

Robyn Perriss, Rightmove plc – Finance Director & Executive Director (6)

————————————————– ——————————

Oui. It's in — most of Van Mildert is in U.K. Agency as a common customer.

————————————————– ——————————

Andrew Geoffrey Ross, Barclays Bank PLC, Research Division – Research Analyst (7)

————————————————– ——————————

How much of that is by Van Mildert? (And how much is by…)

————————————————– ——————————

Peter Brooks-Johnson, Rightmove plc – CEO & Executive Director (8)

————————————————– ——————————

It's probably around about GBP 10, we think.

Zoopla. I think, as you know, Zoopla are spending on marketing. They continue — actually, they sort of returned probably to the levels that we saw a few years ago. So around about GBP 1.5 million, maybe twice as much on marketing spend as us. For those of you who have Comscore access, it's no secret that the Comscore market share hasn't changed following that spend. So I think we continue to see the network effect is unbelievably strong with consumers. And we are back in the world where it perhaps was in 2017 with doubled marketing spend not really moving consumer traffic.

————————————————– ——————————

Robyn Perriss, Rightmove plc – Finance Director & Executive Director (9)

————————————————– ——————————

Will Packer?

————————————————– ——————————

William Henry Packer, Exane BNP Paribas, Research Division – Executive Director of Media Equity Research (10)

————————————————– ——————————

It's Will Packer from Exane BNP Paribas. You've given us some guidance around the H1 for the Agency branches being similar to H2 '19. So can I interpret that as around down 500? Then secondly, if we think about the second half of the year and the better leading indicators towards that, are you thinking of growth, flat, a bit of a decline? Just some color on H2 would be helpful.

Secondly, could you talk about the ARPU (sic) (ARPA) of the low-stock branches that are exiting the industry? Are they in line with the average, below, higher, et cetera, and the dynamics there?

And then finally, on the new home side of the business, should we be concerned that as the market improves, the countercyclical boost that business has received could reduce? And so you could — there could be a period where you see the good news or you see the sort of tougher New Home market not offset by the Agency market?

————————————————– ——————————

Peter Brooks-Johnson, Rightmove plc – CEO & Executive Director (11)

————————————————– ——————————

D'accord. Only 3 questions, Will. You're giving me an easy this time. So firstly, second half customer numbers. I think maybe this week is a great week to suggest that forecasting too far in the future might be a fool's errand. I think it would be at the moment, given what we're seeing, a lot of optimism in the market, that 6- to 9-month lag that we see for agents to get confident before they start spending on a new branch. I think flat is probably a reasonable estimate. And we will have to see. I'd say there's still quite a lot of moving parts to go before we get there.

ARPA levers, so those small stock agents who leave the business and leave the industry, typically, they're now around about average or slightly below average ARPA. For those of you who perhaps are slightly new to the story, what we have seen for many years is actually 50% of branches who start fail within their first year. It's not a surprising construct given the barriers to entry in Agency are very low. It's a slightly stark statistic, but one I suspect is shared with many SMEs. So typically, their ARPA is around about average.

And on New Homes, certainly, I would expect that, that counter cyclicality of the market continues. I would expect not to see a really strong growth from the New Homes developers. I think we return to slightly more normal periods for them where they push hard on developments that aren't — necessarily got high sales rates and maybe go easier on the developments that are selling well. There is, of course, a possibility of the timing dislocation where that counter cyclicality are (mined). But I think that's usual to any hedge, and I don't think these have particular impact on our numbers this year.

————————————————– ——————————

Robyn Perriss, Rightmove plc – Finance Director & Executive Director (12)

————————————————– ——————————

Joe Barnet-Lamb?

————————————————– ——————————

Joseph Barnet-Lamb, Crédit Suisse AG, Research Division – Research Analyst (13)

————————————————– ——————————

Joe Barnet-Lamb from Crédit Suisse. Three. Firstly, the usual question you get with regards to cost into 2020, and particularly with regards Van Mildert. Could you help us understand how much cost that will add?

Secondly, you spoke a bit about discretionary spend coming out in H2 '19. Is there any signs in early 2020 that any of that's coming back? Could you give us a little more around that?

And then thirdly, on Van Mildert. You spoke about that Van Mildert insurance. It seems like a really interesting product for you guys to help drive revenues to some of your agents. Can you talk about how you could see that product evolving over the future years? Could you see yourself bolting on other areas in which you could aid agent's revenues?

————————————————– ——————————

Robyn Perriss, Rightmove plc – Finance Director & Executive Director (14)

————————————————– ——————————

D'accord. I'll take the first question on cost. So in terms of guidance, I think essential starting point would be in absolute terms of increase of around GBP 6 million, which would also include — this year, it grew by GBP 5 million to GBP 6 million with Van Mildert as well.

————————————————– ——————————

Peter Brooks-Johnson, Rightmove plc – CEO & Executive Director (15)

————————————————– ——————————

D'accord. So I'll do the next 2. So spend coming back. I think as Robyn said, the larger companies actually across both customer segments were very cautious coming into an election. It's not unusual. Every election will see a slowdown. And that slowed them down. They're now starting to be a little bit more positive as they see the numbers. The real challenge for state agents at the moment is winning stock. They say we're still 10% down on stock levels, which, for them, is a really important factor because if they run out stock, then, of course, their income will go down. So we will need everybody to start feeling more confident in selling houses. But they are starting to spend again.

Van Mildert insurance, I think, is really interesting for us. At the moment, Van Mildert is really focused. They've got a landlord protection policy sold either direct to landlords or with the agent and the agent under commission. I think it's a great area for us to explore more, Joe. I think it — one has to be straightforward, but it's not an area we know well. And it's one of the reasons for choosing an established provider who could bring with them some knowledge. Our first steps — rather than expanding the product set, our first steps are actually to deploy what we know about digital marketing. And as you imagine, we know quite a lot. So that's our first focus before we start expanding that product set. But I think it will in time produce a nice revenue flow for agents.

————————————————– ——————————

Robyn Perriss, Rightmove plc – Finance Director & Executive Director (16)

————————————————– ——————————

Natasha from Citi.

————————————————– ——————————

Natasha Brilliant, Citigroup Inc, Research Division – VP (17)

————————————————– ——————————

It's Natasha Brilliant from Citi. Just coming back to the ARPA guidance. If we take the underlying guidance ex Van Mildert, the GBP 75 to GBP 85, how does that split out between sort of pricing and product? If can you give us a bit more color on that.

Secondly, if we potentially see some large-scale consolidation within the market of the agents this year, could that have an impact on your business?

And then finally, just on the Nationwide agreement. Can you give us a bit more color on how the economics work? And is there potential for similar agents with more lenders? Is that pretty successful?

————————————————– ——————————

Robyn Perriss, Rightmove plc – Finance Director & Executive Director (18)

————————————————– ——————————

Let me take the first one. So in terms of the underlying ARPA growth, it was broadly 50% from core price increase and around 50% from products. And I would expect a similar trend, maybe a slight inflection given the strong growth we've had in Optimiser 2020 towards a bit more coming from products in 2020.

————————————————– ——————————

Peter Brooks-Johnson, Rightmove plc – CEO & Executive Director (19)

————————————————– ——————————

So I presume you're referring to the announced discussions between us and Countrywide. I don't know any more than anybody else in the room. I suspect some of you will probably know more than me. I think there's a number of different forms that sort of arrangement could take if indeed anything happens, and I think we'll need to respond once we understand the shape of any arrangement if it happens.

And in terms of Nationwide, I think what's really interesting for us is it's a sponsorship partnership. So we are not involved in writing mortgages. Again, one of the things we know quite a lot about is we know about consumers and helping consumers understand websites and flows. So it's great to work with them. I think what's great about them as a partner, they espouse very similar values to us in terms of the sort of straightforward and fair pricing. And also, they're very open. So we're learning together.

As for the future, I think we have to see what happens over the next few years to see how the market develops. A number of you would have heard me say, one of my big concerns in the mortgage space particularly is we're a digital company. Our consumers expect a digital response. So we've steered away from anything where as soon as they click on a button on Rightmove, they get a telephone call because that's not the promise that we're making to our consumers. So right now, there aren't many lenders who could work with us. I think a lot of lenders are working hard to get that functionality, but we have to wait until they can satisfy the promise.

————————————————– ——————————

Giles Thorne, Jefferies LLC, Research Division – Senior Research Analyst and Technology Research Analyst (20)

————————————————– ——————————

It's Giles Thorne from Jefferies. Just coming back to the question of consolidation in the Countrywide and there's no news. I appreciate you don't know what's going to play out yet. But hypothetically, if you did see a vanilla in-market consolidation in the Agency which would naturally bring rationalization and then seeking to reach the pricing power, what is your commercial response?

————————————————– ——————————

Peter Brooks-Johnson, Rightmove plc – CEO & Executive Director (21)

————————————————– ——————————

So I think what we've seen before in Agency rationalization is when an agent with a number of branches reduces its branch footprint, they actually spend more on product because typically they're not reducing their branch footprint to reduce their ambition. They want to put more properties into each branch and reduce their branch costs. So what we see is they spend more on marketing because they need to spread their message wider, and that works well for us.

I think it very much depends on the style of the consolidation. And I think in time, we've seen — I've seen all sorts of different things where we've seen branches reduce. In some cases, we've seen branches increase. And a lot of it depends on branch overlap as well and footprints. So different agents, we would tend to call national. But when you look at their detailed branch footprints, they're quite different. One has to do the analysis at quite a detailed level. Remember, in the U.K., it's about 2,500 local markets. So it's quite a detail.

————————————————– ——————————

Giles Thorne, Jefferies LLC, Research Division – Senior Research Analyst and Technology Research Analyst (22)

————————————————– ——————————

D'accord. And I had a second question, please. Zoopla says the property nation survey has — that a comfortable majority of agents are going to look to spend more on social media as a digital marketing channel. Is that an existential risk that you recognize or an existential opportunity that you want to embrace? Or what's the right perspective on that?

————————————————– ——————————

Peter Brooks-Johnson, Rightmove plc – CEO & Executive Director (23)

————————————————– ——————————

So I think we have experience in the space. So we help our New Homes developers. New Homes developers on the whole are larger organizations with very sophisticated marketing team. So they tend to be ahead of the curve in marketing terms. So we actually help our New Homes developers with their targeting on social media because we have the best targeting data in the U.K. because people tell us what they're looking for as opposed to having to work it out.

At the moment, we certainly don't see many agents really deploying social media as a tool. If it were to become a tool, I think and I'd say, the experience we have with New Homes gives us a great starting point.

————————————————– ——————————

Miriam Anuoluwapo Adisa, Morgan Stanley, Research Division – Equity Analyst (24)

————————————————– ——————————

Miriam Adisa from Morgan Stanley. Firstly, if you could just talk a bit about the commercial revenue opportunity. Obviously, you mentioned the acceleration in the second half. Could you just talk a bit about what are the drivers there and how much you sort of think that could accelerate further this year?

And then secondly, if you could just talk about the M&A opportunities that you see at the moment. So I mean, last year, you sort of doubled into the Tenant Passport and then you bought Van Mildert. Now you're looking at this — the mortgage market. Is there any potential opportunities in that area or any other spaces that you're seeing?

————————————————– ——————————

Robyn Perriss, Rightmove plc – Finance Director & Executive Director (25)

————————————————– ——————————

I'll take the commercial one. So I mean in terms of commercial, that growth pleasingly came from more commercial properties on Rightmove and higher ARPA as well. So we're getting both drivers of growth in the commercial space. It grew by 19%. We've continued to expect strong double-digit growth. So to give you some sizing, that business is now a bit over GBP 7 million today.

————————————————– ——————————

Peter Brooks-Johnson, Rightmove plc – CEO & Executive Director (26)

————————————————– ——————————

And maybe to give you a sort of semi-tangental answer to your M&A question. The way I think about M&A is it's actually accelerated product development. So why we chose to purchase Van Mildert was we saw that referencing was a key part of our strategy. And we had the choice of either building it or finding people who knew all about it and had been doing it for 10 years that had a brand fit. And we chose that, that was a more efficient route. And I think for anything we do, we would run through the same set of possibilities for any bit of service that we need to expand within our strategy. So it will be on a case-by-case basis.

————————————————– ——————————

Robyn Perriss, Rightmove plc – Finance Director & Executive Director (27)

————————————————– ——————————

Are there any more questions in the room? Andrew, final one from you.

————————————————– ——————————

Andrew Geoffrey Ross, Barclays Bank PLC, Research Division – Research Analyst (28)

————————————————– ——————————

Just on the Van Mildert. So GBP 10 in the ARPA. What's the assumptions going in there in terms of how many agents you're going to upsell Van Mildert to and how much they'll pay, just to get a sense?

————————————————– ——————————

Robyn Perriss, Rightmove plc – Finance Director & Executive Director (29)

————————————————– ——————————

So broadly, I think just in terms of some very high level guidance, I think in terms of revenue, Van Mildert will probably do around GBP 4 million next year. Not all of that goes into the ARPA because what we look at is whether we have a common customer in terms of if it's an existing Rightmove customer and a Van Mildert customer and the overlap is probably around 80%. But of course, there are some products that they have that they sell, for example, to landlords, which are not a common customer. So that revenue would go in. And we've said that we think that's probably around a 25% margin business.

————————————————– ——————————

Peter Brooks-Johnson, Rightmove plc – CEO & Executive Director (30)

————————————————– ——————————

And maybe just to confuse the matter further, but the referencing business within Van Mildert is a per-tenant business, not a per-agent business. So Van Mildert charge per-tenant reference. So we can't really answer your second question because it's a sort of — it's a slightly different angle.

————————————————– ——————————

Andrew Geoffrey Ross, Barclays Bank PLC, Research Division – Research Analyst (31)

————————————————– ——————————

Could you say how many agents will be on Van Mildert from your (inaudible)?

————————————————– ——————————

Peter Brooks-Johnson, Rightmove plc – CEO & Executive Director (32)

————————————————– ——————————

We wouldn't normally give that sort of other detail.

————————————————– ——————————

Robyn Perriss, Rightmove plc – Finance Director & Executive Director (33)

————————————————– ——————————

Will?

————————————————– ——————————

William Henry Packer, Exane BNP Paribas, Research Division – Executive Director of Media Equity Research (34)

————————————————– ——————————

It's Will from Exane. Very quick one, I promise. A question that hasn't been asked but you usually get is the penetration of online agents as a share of your stock. Could we just have an update as to where that stands?

And secondly, it was a 5% decline in your branch numbers among agents. What was the physical branch decline?

————————————————– ——————————

Peter Brooks-Johnson, Rightmove plc – CEO & Executive Director (35)

————————————————– ——————————

I can answer the first one. I can't remember the second one, I'll have to get back to you. But in terms of hybrid agents, so those — typically, those agents we charge upfront. The second half of last year, that slower listing environment, I think, has adversely impacted them. So their share has fallen slightly. We've been stable for about 18 months, but we've seen a slight fall in their share in second half. If anyone is interested, I've got the graph if you want to see it.

————————————————– ——————————

Robyn Perriss, Rightmove plc – Finance Director & Executive Director (36)

————————————————– ——————————

I think that's all the questions then. So that brings us to the end of the Q&A. Thank you very much for joining us, and for those of you on the webcast today.

————————————————– ——————————

Peter Brooks-Johnson, Rightmove plc – CEO & Executive Director (37)

————————————————– ——————————

Je vous remercie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *