Transcription modifiée de la conférence téléphonique ou de la présentation sur les résultats d'ADML.L 12-août-20 8h00 GMT


Cardiff 12 août 2020 (Thomson StreetEvents) – Transcription modifiée de la conférence téléphonique ou de la présentation des résultats d'Admiral Group PLC Mercredi 12 août 2020 à 8 h 00 GMT

* Greig N. Paterson

Keefe, Bruyette & Woods Limited, Division de la recherche – Analyste MD, SVP et Royaume-Uni

* John D. Irwin

Joh. Berenberg, Gossler & Co. KG, Division de la recherche – Analyste

Bonjour et bienvenue à la présentation des résultats provisoires 2020 de l'amiral. Merci beaucoup de votre participation et j'espère que vous et les vôtres vous épanouissez en ces temps difficiles. Je suis David Stevens, PDG d'Admiral Group.

Et je suis Milena Mondini, PDG désignée du groupe.

Nous avons profité de ce format virtuel pour inviter un certain nombre de cadres supérieurs à participer aujourd'hui. Nous allons commencer par Geraint Jones, CFO, qui vous expliquera les principales données financières. Et ensuite Cristina Nestares, responsable de notre opération d'assurance au Royaume-Uni, parlera du cœur de métier. Costantino Moretti, notre responsable récemment nommé de l'assurance internationale, parlera de nos activités d'assurance internationale. Et Elena Betés, responsable des plateformes de comparaison, vous expliquera comment celles-ci se sont comportées pour nous au cours des 6 derniers mois. Et vers la fin, Scott Cargill, notre responsable des prêts, parlera, vous l'avez deviné, de notre activité de prêts.

Avant de commencer, j'ai demandé à Milena de vous donner un aperçu de la réponse de l'amiral au COVID. À vous, Milena.

Merci, David, et bonjour à tous.

Nous avons connu une période très difficile, mais Admiral a très bien performé, s'est révélé très résilient et s'est concentré sur la bonne chose. Je suis extrêmement fier de la réaction de l'amiral. J'ai toujours été très fier de travailler pour Admiral. Mais au cours des derniers mois, il a été réconfortant de voir l'engagement et l'énergie de notre personnel à soutenir les clients, les uns les autres et la communauté en général. Toute l'entreprise est plus solidaire que jamais, défend ses valeurs, adoptées rapidement, continue de se concentrer sur le métier, délivrant un ensemble de résultats solides et mettant le client au cœur et au centre, et tout cela malgré la perturbation. Nous avons reçu un très bon retour de nos clients, en particulier en réponse à notre remboursement Admiral Stay At Home, comme vous pouvez le voir dans ces diapositives et dont je parlerai plus tard.

En général, COVID a été une perturbation majeure pour tout le monde. Mais nous commençons à voir le monde entrer progressivement dans une nouvelle normalité. Il y a eu plusieurs impacts à l'échelle du marché, mais les 2 plus pertinents pour notre cœur de métier ont été, tout d'abord, une baisse temporaire des achats des clients pour une assurance, comme vous pouvez le voir à gauche, naturellement partiellement compensée par une rétention renforcée et maintenant rallumé; et deuxièmement, une réduction massive de la conduite de votre verrouillage, comme vous pouvez le voir sur la droite, avec un creux en avril alors que l'utilisation des véhicules à moteur n'était que d'environ 30% de février et maintenant, en tant qu'élévation des restrictions, revient à des niveaux plus normaux.

Au-delà de l'automobile, l'impact sur les ménages a été moins prononcé, et nous avons pris des mesures précoces et proactives dans notre activité de voyages et de prêts et avons arrêté de rédiger de nouvelles affaires pour ce produit, afin de pouvoir nous concentrer attentivement et entièrement sur nos clients existants.

Fidèles à l'approche et aux valeurs d'Admiral, nous nous sommes efforcés de prendre soin de toutes nos parties prenantes. Le plus grand fait saillant a été la décision de rembourser 110 millions de livres sterling à nos clients Motor via le remboursement Admiral Stay At Home, le premier et le seul rabais de ce type au Royaume-Uni.Les clients utilisaient moins notre produit et, tout simplement, il semble juste de rembourser leur. Mais nous avons également mis en place de nombreuses autres initiatives pour accompagner notre client. Par exemple, au Royaume-Uni, nous avons pesé l'accès des professionnels de la santé. En France, nous leur avons offert une couverture de dépannage gratuite, et en Italie, nous avons fourni le produit de protection COVID gratuit.

Nous avons également tenu à redonner à notre communauté. Au Royaume-Uni, nous avons lancé le Admiral Support Fund pour soutenir les organisations caritatives du sud du Pays de Galles et contribué à des fonds caritatifs à l'échelle de l'industrie. Parmi les exemples d'initiatives que nous avons soutenues, citons l'achat d'une tablette pour une crèche pour aider les résidents à rester connectés et le semi-marathon Admiral Stay at Home qui a vu le personnel de l'Amiral, y compris la majorité des présentateurs aujourd'hui, parcourir ensemble la distance équivalente de Cardiff au Pôle Nord.

Le bien-être du personnel a été primordial depuis le jour 0. Nous avons immédiatement protégé nos collègues vulnérables et assuré la sécurité au travail de tout notre personnel sans aucun soutien du gouvernement. Nous avons mis en place plusieurs initiatives pour accompagner notre personnel dans la transition vers le travail à domicile. Nous avons offert des options de travail flexibles et un engagement accru. Plus de 95% de notre personnel s'est senti bien soutenu par l'entreprise au cours de cette période.

Enfin, nous continuons à réaliser de bonnes performances pour nos actionnaires, et nous allons verser un dividende semestriel complet ainsi que le dividende spécial retenu pour l'année entière 19, comme Geraint l'expliquera bientôt.

Alors, que nous réserve l'avenir? Les perspectives d'avenir sont incertaines. Nous entrons dans ce qui sera probablement la pire crise économique du siècle dernier. Certains changements dans les comportements des consommateurs sont là pour rester; d'autres, nous ne savons pas. On ne sait pas, par exemple, comment la mobilité et l'utilisation de la voiture vont évoluer, comme Cristina l'expliquera mieux plus tard. De plus, nous pourrions assister à une deuxième vague dans les prochains mois. Heureusement, notre cœur de métier s'est avéré résilient.

Je voudrais terminer en soulignant que les opportunités se présentent toujours en temps de crise, et notre intention est de faire en sorte que nous réalisions ces opportunités. Premièrement, nous avons jeté les bases d'une forte résilience opérationnelle, et nous souhaitons bâtir sur cela en améliorant davantage notre technologie et nos capacités numériques pour améliorer l'expérience utilisateur. Deuxièmement, le passage au travail à distance nous donne un accès supplémentaire à de nouveaux talents et la possibilité de renforcer à la fois la productivité et la satisfaction du personnel en offrant des options de travail plus flexibles. Et enfin, la propension accrue aux achats en ligne devrait nous être bénéfique avec une augmentation de la distribution en ligne au sein de nos opérations internationales et au sein de nos gammes de produits telles que les ménages et les prêts au Royaume-Uni où la comparaison des prix n'est pas encore le canal dominant. Je suis convaincu que l'amiral sortira de cette crise plus fort que jamais.

Pour conclure, nous avons bien performé, nous nous sommes montrés résilients et nos employés se sont montrés à la hauteur et ont respecté les valeurs fondamentales d’Admiral.

Je vous remercie. Geraint partagera désormais avec vous les résultats financiers du groupe.

————————————————– ——————————

Geraint Jones, Admiral Group plc – Directeur financier et directeur (5)

————————————————– ——————————

Merci, Milena. Bonjour à tous.

Comme nous l'avons entendu, la première moitié de 2020 a été une période difficile, et je suis fier de la façon dont le groupe a répondu, en veillant sur notre personnel, en faisant les bonnes choses par les clients, en fournissant un ensemble de résultats très solides. , comme nous en entendrons parler aujourd'hui, notamment en soutenant de bonnes causes dans nos communautés. Et vous pouvez voir quelques photos du semi-marathon Admiral Stay at Home que Milena a mentionné sur une diapositive ici.

Je vais mentionner quelques-unes des principales caractéristiques des résultats, en examinant le chiffre d'affaires, le profit et la clôture du capital et du dividende. Tout d'abord, notre diapositive de faits saillants habituelle présente une image généralement très positive de la première moitié. La ligne supérieure a été assez fortement impactée par COVID. Le nombre de clients continue de bien évoluer et toutes nos activités d'assurance sont plus importantes aujourd'hui qu'elles ne l'étaient au début de l'année. En outre, les améliorations significatives des ratios de pertes de l'année précédente au Royaume-Uni ont conduit à une forte hausse du bénéfice et du bénéfice par action d'environ 30% chacun. Ceux-ci verront les variations en pourcentage quelque peu aplaties par la non-répétition de certains éléments négatifs l'année dernière.

Nous déclarons un dividende de 70,5 pence pour le premier semestre, en hausse de 12% par rapport à 2019. Et comme l'a mentionné Milena, sur la base de la solide position financière du groupe, nous confirmons également le paiement du dividende spécial de 20,7 pence que nous avons reporté. en avril. Et nous avons clôturé la période avec un ratio de solvabilité raisonnablement stable et solide.

Passer à la diapositive suivante pour examiner la progression de la ligne supérieure, et il est bon de mettre une bonne quantité de vert sur cette diapositive malgré les impacts négatifs du COVID. Cristina couvrira les détails sur le Royaume-Uni, mais malgré un peu de montagnes russes tout au long du premier semestre et une baisse d'environ 1% à un moment donné, nous avons terminé la période avec plus de clients qu'il y a 6 et 12 mois. Le chiffre d'affaires était en baisse, impacté par la baisse des volumes des remises de blocage anticipé et, bien sûr, de manière significative la remise sur les primes, les rajouts de remises et le chiffre d'affaires était stable. Les ménages ont de nouveau bien progressé, près de 10% en chiffre d'affaires, 16% en clients. Et nos activités internationales ont poursuivi leur progression, 1,5 million de clients désormais hors du Royaume-Uni et un chiffre d'affaires en augmentation. Les activités de comparaison ont été fortement touchées au début du deuxième trimestre, bien que la dernière partie du premier semestre ait été beaucoup plus solide. Le chiffre d'affaires de la période est en hausse de près de 10% d'un semestre sur un semestre, un résultat très positif. Et enfin, les soldes de prêts nets, bien qu'en hausse de près de 10% par rapport au 30 juin de l'année dernière, ils sont en ligne avec la position de fin d'année 2019, ayant augmenté en janvier et février, puis en baisse après la suspension des nouvelles affaires en mars.

Passons à la diapositive suivante, et examinons ce qui est à l'origine de l'augmentation significative des bénéfices. Le tableau montre les mouvements d'une année sur l'autre pour chacun des principaux segments de notre activité, à commencer par le Royaume-Uni, où les bénéfices ont augmenté de près de 60 millions de livres sterling à 314 millions de livres sterling. Je vous rappelle que le premier semestre de 2019 incluait l'impact négatif de 33 millions de livres sterling du passage au taux d'actualisation, de sorte que l'augmentation sous-jacente est plutôt de l'ordre de 25 millions de livres sterling.

Le résultat des ménages a augmenté d'environ 1 million de livres sterling, ce qui était satisfaisant et s'est produit malgré les pires conditions météorologiques de 5 millions de livres sterling en 2020. Et la perte d'assurance voyage était d'environ 1 million de livres sterling pire à environ 2 millions de livres sterling. Et donc, l'augmentation provient de Motor, et elle est composée d'un bénéfice de souscription et d'une commission de profit plus élevés, bien qu'un certain nombre de facteurs compensatoires y compris la remise et également des revenus de placement plus élevés. Nous avons inclus une cascade à l'arrière du pack qui présente une analyse des bénéfices H1 à H1.

En descendant, le résultat international s'est amélioré de manière assez significative d'environ 9 millions GBP, passant d'une perte de 3 millions GBP à un bénéfice de 6 millions GBP. Nous avons constaté un bénéfice nettement plus élevé en Europe et une perte moindre aux États-Unis, avec des améliorations des ratios de sinistres de l'année précédente et en cours, ainsi qu'une croissance menant à une augmentation des autres revenus.

Le segment de comparaison a été résilient et le résultat combiné a fortement augmenté malgré l'impact précoce de COVID, avec un bénéfice confus en hausse de plus de 50% au premier semestre.

Comme prévu, Admiral Loans a enregistré la pire perte pour le premier semestre à environ 9 millions de livres sterling, car nous avons mis en place ce que nous estimons être des provisions prudentes pour les pertes de crédit attendues au second semestre et au-delà. Le détail des autres éléments se trouve en annexe.

Et enfin, pour aborder l'impact de COVID sur les bénéfices, il est difficile de donner un chiffre précis là-dessus, et il existe de nombreux éléments qui compensent les réclamations importantes bénéficiant du verrouillage, telles que la remise, la perte des prêts amiraux, le soutien caritatif et une baisse d'autres revenus, pour n'en nommer que quelques-uns. Et nous estimons que l'impact sur le S1 a été positif mais pas matériellement.

L'un des principaux moteurs du profit est la variation des taux de pertes et les libérations de réserves au Royaume-Uni, et nous y reviendrons donc.

À la diapositive suivante et le premier graphique à gauche montre un certain nombre de choses. La ligne continue représente la projection courante habituelle du ratio de sinistres pour l'année d'accident, ainsi que les changements au cours des 6 derniers mois et depuis leur première projection. Comme vous le savez, ces chiffres sont prudents, surtout pour les années les plus récentes. Les États-Unis avant 2015 n'ont pas beaucoup changé au premier semestre, comme prévu. Malgré une année d'accident inhabituelle 2020, dont nous ne montrons pas de projection à ce stade, les mouvements sur les années précédentes étaient en fait tout à fait normaux et reflètent principalement des rejets sur de grosses créances, car l'activité de règlement continue d'être à des niveaux plus normaux après le ralentissement d'un année ou 2 en arrière.

Et le graphique de droite montre la contribution au profit des libérations de réserves. Et comme vous pouvez le voir, cela a été une autre période avec des versions supérieures à la normale et une contribution élevée aux bénéfices des années précédentes, bien que le pourcentage de la période actuelle soit affecté par la baisse des primes au premier semestre, notamment la remise. Et si le pourcentage est ajusté du rabais, il serait en ligne avec 2019. Nous avons maintenu le niveau de prudence dans les réserves comptables à fin juin compte tenu de l'incertitude des réserves après le T2. Et bien que cela n'apparaisse pas sur le graphique, de même dans notre assurance internationale, nous avons connu une période de bon développement du ratio de sinistres de l'année dernière, et nous restons très prudemment réservés.

Passons à la diapositive suivante et tournons-nous maintenant pour examiner la position du capital et le dividende. Tout d'abord, sur le côté gauche, la position de solvabilité, comme vous pouvez le voir, nous rapportons une position saine et assez cohérente avec les périodes comparatives avec un ratio de solvabilité de 186%. Les mouvements du ratio à partir de la fin de l'année 2019 tels qu'indiqués en annexe et sont largement conformes aux attentes sur la période, à l'exception de la hausse des spreads de crédit, qui était d'environ 6 points au 30 juin. Les progrès du modèle interne étaient conformes au plan malgré le travail à distance, et nous avons fait notre demande pour entrer dans le processus de pré-demande de l'ARP. Nous prévoyons toujours de faire notre demande officielle d'approbation l'année prochaine.

Sur le côté droit, cela montre le dividende. Nous déclarons un intérim de 70,5 pence par action, ce qui est 12% supérieur au paiement de 2019 et correspond à un ratio de distribution de 85% du bénéfice du premier semestre. Et nous confirmons qu'en raison de la solidité de la situation financière et du niveau d'incertitude réduit par rapport à début avril, nous paierons le dividende spécial de 20,7 pence que nous avons reporté parallèlement à l'intérim 2020 en octobre.

Sur la diapositive suivante et pour vous laisser avec les messages clés de ma section. Les progrès de haut niveau étaient généralement corrects. Et bien que le COVID ait eu un impact négatif sur le COVID, les tendances plus récentes ont été beaucoup plus positives. Les bénéfices ont fortement augmenté avec de très bons résultats dans l'ensemble du groupe. Et nous avons maintenu une solide position de solvabilité après avoir payé le dividende intérimaire 2020 ainsi que le dividende spécial différé.

Je vais maintenant vous céder la parole à Cristina pour qu'elle parle du Royaume-Uni.

————————————————– ——————————

Cristina Nestares, Admiral Group plc – PDG de UK Insurance (6)

————————————————– ——————————

Bonjour. Merci, Geraint.

Comme vous l'avez dit, cette période a été une montagne russe pour le secteur de l'assurance au Royaume-Uni. Je suis fier de dire que malgré tout cela, nous sommes dans une position plus forte qu'il y a quelques mois et aussi que malgré COVID, le point culminant de nos résultats a été le même que les années précédentes, ce qui fait la force de notre réserve libère, un témoignage de notre capacité de souscription.

Commençons maintenant à parler de la ligne principale de l'assurance automobile. Premièrement, une croissance modeste des véhicules, elle a été impactée sur notre croissance par la réduction des devis et des ventes pendant le lock-out. Et cela a été en partie aidé par le fait que nous avons eu une très forte rétention. De plus, le chiffre d'affaires a diminué de 8% en raison du remboursement des primes et les revenus supplémentaires ont également diminué. Et cela était principalement dû au fait que nous percevions moins de frais et que nous avions moins de revenus provenant de nos réclamations non essentielles simplement parce que nous en avions moins. Ainsi, la combinaison d'une réduction des revenus et d'une augmentation des dépenses due au COVID a signifié que notre ratio de dépenses a augmenté de 1 point par rapport à l'année dernière, mais nous nous attendons à ce que ce ne soit qu'une seule fois.

Passant aux réclamations, il est clair que le plus grand impact du COVID dans notre entreprise a été la forte réaction de fréquence. Vous avez un graphique qui montre l'utilisation de la voiture sur le marché. La fréquence était en baisse de 75% au début du verrouillage. Et cela augmente de semaine en semaine. Aujourd'hui, c'est autour de moins 30%. COVID a également mis une certaine pression sur notre processus de réparation. Et comme nous avions moins de capacité dans nos garages, ce qui signifiait plus de radiations et une durée de location de voiture plus longue. Nous avons donc vu une inflation plus élevée au cours de cette période, mais nous prévoyons qu'elle redescendra à des niveaux plus normaux.

La fréquence est la grande incertitude dans le futur. De nombreux facteurs vont augmenter la fréquence comme, par exemple, une moindre utilisation des transports publics. Mais nous allons également voir des réductions de fréquence en raison de la récession et peut-être aussi en raison de nouvelles restrictions COVID. Il est donc très difficile de dire ce qui va arriver à la fréquence. Je pense que nous n'allons pas revenir à des niveaux normaux au moins avant la fin de l'année.

Jetons donc un œil aux prix. Pour le marché au deuxième trimestre, nous avons constaté une baisse des prix. L'ABI indique environ 3%. Et Confused, qui ne s'intéresse qu'aux prix des nouvelles affaires, parle d'une baisse de 5%. Maintenant, il est important de noter qu'il s'agit de la moyenne du marché, mais en fait, nous avons vu des comportements très différents de la part des différents acteurs.

Dans le cas d'Admiral, et comme nous vous l'avons dit lors des résultats annuels, nous avons augmenté les prix au premier trimestre de l'année pour tenir compte de l'inflation que nous observions et nous allons réduire les prix au deuxième trimestre compte tenu de la forte baisse de fréquence. . En tenant compte de tout, nous avons réduit les prix à la fois pour les nouvelles affaires et les renouvellements d'environ un chiffre à un chiffre.

Nous n'avons pas montré cette fois le graphique boursier temporel, et c'est parce qu'il y avait beaucoup de volatilité. Je pense que le fait saillant à mentionner est que nous sommes aujourd'hui plus compétitifs que nous ne l'étions au début de la période. Et maintenant, encore une fois, l'avenir est très difficile à prédire, beaucoup de pression sur la gravité des sinistres, beaucoup d'incertitude, comme je l'ai mentionné, sur la fréquence. Mais aussi, nous ne savons pas quand et quelle sera l'ampleur, l'impact et le résultat de la tarification FCA au fil du temps. Je pense que nous allons voir des augmentations de prix si la fréquence revient à des niveaux normaux, mais c'est difficile à dire. Tout ce que je peux dire, c'est que jusqu'à présent, depuis juillet, nous avons constaté des prix relativement stables sur le marché.

Passons à notre livre sur les ménages. Ce fut une période positive, une bonne croissance en termes de chiffres mais aussi une bonne croissance en termes de profit. Malgré le mauvais temps en début d'année, nous avons réussi à augmenter nos bénéfices. Et l'impact global des tempêtes était d'environ 5 millions GBP net des récupérations Flood Re.

COVID n'a pas eu autant d'impact sur le ménage que sur le moteur, mais nous avons constaté un changement dans la composition des réclamations, plus de réclamations pour dommages accidentels et moins de vols et de fuites d'eau, et c'est simplement parce que les gens restent plus à la maison. Peut-être verrons-nous certains de ces changements à l'avenir, car les gens pourraient travailler beaucoup plus à domicile. Et à l'avenir, pour notre livre des ménages, nous prévoyons une poursuite de la croissance et, espérons-le, une amélioration de notre taux de sinistralité.

Maintenant, au début, j'ai dit que j'étais très fier parce que nous sommes une entreprise plus forte aujourd'hui que nous ne l'étions il y a quelques mois. Pourquoi? Eh bien, nous avons une marque plus forte, nous avons accéléré et amélioré nos capacités numériques, et nous sommes un meilleur lieu de travail qu'auparavant.

Alors laissez-moi vous l'expliquer un peu plus en détail. Premièrement, en termes de marque, l'impact de notre remboursement Stay At Home a été très fort et très positif de la part de nos clients. C'est formidable de voir leurs commentaires, mais aussi, c'est formidable de voir comment cela s'est traduit par ce que nous pensons être une conversion et une rétention plus élevées. Vous pouvez voir sur le graphique une augmentation de la considération de notre marque pendant cette période alors que la moyenne du marché a baissé.

Deuxièmement, nous avons constaté une amélioration de nos capacités numériques. Nous avons augmenté les investissements que nous faisons, et nous voyons les résultats, doubler le nombre de ventes en ligne et également doubler les transactions que nous effectuons en ligne au cours de l'année. De plus, nous avons amélioré nos capacités en ligne à la fois au stade des renouvellements et des réclamations.

Et j'ai également dit que nous étions une meilleure entreprise pour notre personnel. Nous continuons à recevoir des récompenses très fortes pendant cette période, mais aussi le fait que nous ayons permis à tout notre personnel de travailler à distance augmentera la flexibilité pour l'avenir et aidera à attirer les talents ainsi que cela n'a pas besoin d'être le seule option pour l'avenir. Donc, dans l'ensemble, nous sommes dans une position très forte, et en fait, je n'ai jamais été aussi fier que je le suis maintenant de travailler pour Admiral.

Donc en résumé, une très bonne période pour l'assurance britannique. Le point culminant est la forte publication de l'année précédente, ainsi qu'une croissance modeste au cours de cette période, mais nous commençons à voir une reprise, une réduction de la fréquence et une bonne période pour notre livre sur les ménages.

C'est tout pour moi. Je vais maintenant passer à autre chose et vous donner Costantino, qui parlera davantage des résultats de l'assurance internationale. Je vous remercie.

————————————————– ——————————

Costantino Moretti, Admiral Group plc – Responsable des assurances internationales (7)

————————————————– ——————————

Merci, Cristina, et bonjour à tous.

Je m'appelle Costantino Moretti. J'ai rejoint Admiral en 2007 au sein de l'équipe de direction qui a lancé ConTe, notre opération italienne. Je suis devenu PDG de ConTe en 2016 et j'ai été nommé responsable de l'assurance internationale il y a quelques mois. Dans ce nouveau rôle, je compterai sur une équipe exceptionnelle de collègues qui dirigent nos opérations en Espagne, en France, en Italie et aux États-Unis et sur ceux qui soutiennent nos capacités technologiques et de gouvernance.

Pour commencer, j'aimerais souligner les niveaux d'engagement pris par les activités d'assurance internationale pour poursuivre une croissance durable, en concentrant tous nos efforts sur la mise à l'échelle de l'entreprise tout en préservant notre taux de sinistralité et en faisant évoluer nos capacités de sélection des risques, en tirant parti des données et des analyses.

Le premier semestre 2020 a été positif pour nous, rentable sur une base combinée et avec un nombre de clients supérieur de 10% à celui d'il y a un an, avec une croissance du chiffre d'affaires de 3% malgré la perturbation COVID. Bien qu'elle ait réduit la vitesse de croissance, elle a en fait fourni certains avantages aux ratios de pertes. Tendances COVID observées dans le non-U. Les opérations de K. ont été plus ou moins similaires aux tendances britanniques décrites par Cristina. Je suis très fier de la résilience démontrée par nos opérations qui ont démontré leur capacité à donner la priorité au bien-être du personnel tout en continuant à servir nos clients avec des niveaux de satisfaction élevés.

Passons à la diapositive suivante. Dans les entreprises européennes, nous avons continué à développer notre clientèle, même si elle est inférieure aux attentes en raison de l'urgence COVID. Cela a principalement affecté la demande de nouvelles politiques. Cependant, les renouvellements se sont très bien comportés car nous nous concentrons à continuer de servir nos clients tout en offrant des tarifs plus bas en raison d'une fréquence plus faible avec moins de passagers.

En ce qui concerne les entreprises européennes uniques, ConTe et l'amiral Seguros ont adopté une approche plus prudente compte tenu des marchés hautement concurrentiels sur lesquels ils opèrent. Les améliorations de la conversion numérique et de l'expansion des réseaux de courtiers se sont poursuivies en 2020. Les deux projets ont soutenu la croissance des volumes, tandis que le chiffre d'affaires est resté assez stable en raison de la baisse des tarifs offerts aux clients en raison du COVID.

L'olivier obtient à nouveau des résultats très positifs, avec une croissance principalement tirée par le canal direct et une forte persistance. La croissance provient principalement des investissements continus dans la notoriété et la conversion de la marque, tandis que l'amélioration des produits a contribué à soutenir le chiffre d'affaires.

Les chiffres d'Elephant, notre opération aux États-Unis, reflètent notre approche conservatrice de ne pas croître afin de préserver les résultats techniques. Et la croissance plus faible du chiffre d'affaires est affectée par le lancement de la politique à terme de 6 mois. En le retirant, il reste relativement plat.

Passons à la diapositive suivante. Sur le côté gauche, les activités européennes combinées ont réalisé un solide bénéfice de 11,2 millions d'euros avec une contribution positive de toutes les opérations. Trois raisons principales derrière ces résultats, par ordre de pertinence: premièrement, le taux de sinistralité de l'année écoulée a évolué très positivement, une autre démonstration de notre réserve de prudence ici; Deuxièmement, l'évolution des sinistres pré-COVID suggère que nous avons des tendances positives dans le ratio de sinistres de l'année en cours; troisièmement, une expérience de fréquence plus faible que prévu en raison d'une interruption de COVID malgré le transfert d'une partie de cet avantage à nos clients par le biais de tarifs plus bas.

Sur le côté droit, Elephant a subi une perte inférieure de 4,2 millions de dollars en raison de l'amélioration du ratio de sinistres au premier semestre ainsi que de l'impact du COVID, bien que cela ait été partiellement compensé par un moratoire client lié à une augmentation des patients pour les clients ayant des difficultés de paiement et également quelques dépenses opérationnelles supplémentaires. Les améliorations du ratio des sinistres sont liées au renforcement continu des capacités de sélection des risques, où de nombreuses améliorations ont eu lieu au cours de la dernière année. Bien que nous voyions des premiers signes positifs d’amélioration, nous restons très prudents et nous attendons de nouveaux développements avant de le reconnaître. Enfin, dans toutes les opérations, nous continuons à nous concentrer sur la maîtrise des coûts et l'amélioration du service client via le canal numérique, l'amélioration du taux de dépenses et la création de valeur pour nos clients.

En conclusion, passez à la diapositive suivante et finale. Je voudrais souligner les 3 messages clés pour l'assurance internationale: la croissance a temporairement ralenti en raison de l'urgence COVID; des bénéfices plus élevés en Europe grâce aux améliorations de l'année précédente et aux effets COVID; Elephant continue de se concentrer sur l'amélioration du ratio de sinistres et de renforcer les fondamentaux de l'entreprise.

Merci. Et maintenant, je vais passer à Elena pour parler de nos portails de comparaisons de prix.

————————————————– ——————————

Elena Betes, Admiral Group plc – PDG de Penguin Portals (8)

————————————————– ——————————

Merci, Costi. Je suis Elena Betés. Je dirige les portails de comparaison en ligne Admiral. Nous aimons nous voir comme des pingouins. Son entreprise est un pingouin. Comme vous pouvez le voir sur la diapositive, les pingouins le regroupent et travaillent en équipe dans des conditions défavorables. Et il a été extrêmement pertinent de fournir les résultats suivants.

Passons donc à la diapositive suivante sur les pingouins européens. Nos activités de comparaison ont bien commencé 2020 et sont restées résilientes pendant COVID. La pandémie a conduit à une baisse significative des volumes core dans toutes les opérations, impactant particulièrement les activités en Europe continentale, Rastreator.com et LeLynx.fr, où nous subissons une baisse de chiffre d'affaires et de rentabilité. La performance de Confused.com a été particulièrement forte. Notre part de marché croissante en assurance automobile et habitation entraîne une croissance à deux chiffres du chiffre d'affaires et une amélioration des bénéfices de 55% par rapport à l'année dernière. L'équipe a très bien navigué au cours des derniers mois très tangibles et nous sommes satisfaits des résultats semestriels. Encore plus heureux de constater de forts signes de reprise à tous les niveaux en juin et juillet, rendus possibles par les réactions des équipes afin d'adapter et de mettre en place des plans d'urgence pertinents dans toute l'Europe.

Nous passons à la diapositive suivante. Au-delà de l'Europe, permettez-moi de souligner 2 opérations. Nos activités aux États-Unis, Compare.com, enregistrent une perte considérablement réduite de 0,6 million de dollars malgré les volumes et les revenus fortement impactés par COVID. Cela s'explique par une conversion améliorée et par des changements stratégiques apportés à l'entreprise l'année dernière. Nous nous engageons à maintenir notre proposition centrée sur le client, convaincus que c'est la manière de se développer sur ce marché concurrentiel.

De l'autre côté de la diapositive, permettez-moi de mettre en évidence Rastreator.mx Mexico. C'est l'une des entreprises de Preminen, notre incubateur de pingouins. Rastreator.mx a été lancé en 2017 et a enregistré de bonnes performances depuis le début. Les 6 premiers mois, nous avons vu non seulement une croissance sur la ligne de revenus, mais un seuil de rentabilité médiatique confortable.

Donc, en résumé, je dirai que ce sont des résultats satisfaisants, et cela a démontré de la résilience sur nos entreprises et indépendamment de leur taille. Nous avons vu COVID plus comme une opportunité en ce moment, c'est-à-dire digitaliser nos clients et nos fournisseurs. Deuxièmement, notre objectif a continué à se concentrer sur la capacité de plus de clients à prendre de meilleures décisions financières, ce qui, en cas de crise prévue, est encore plus pertinent. Enfin, notre stratégie sous l'égide des pingouins pour tirer parti les uns des autres, plus forts ensemble, s'est avérée fondamentale. Dans un monde où les données indiquent qu'il est essentiel de prendre des décisions. Le fait que nous ayons une visibilité sur l'impact de la pandémie dans chaque pays a permis un apprentissage évolutif dont les équipes ont tiré parti pour progresser plus rapidement que les concurrents locaux. Merci beaucoup à tous les pingouins pour vos efforts incroyables.

Et maintenant nous passons à Scott, qui dirige nos services financiers.

————————————————– ——————————

Scott Cargill, Admiral Group plc – PDG d'AFSL (9)

————————————————– ——————————

Merci, Elena. Bonjour à tous. Je m'appelle Scott Cargill et je suis le PDG d'Admiral Financial Services.

Depuis la plongée en profondeur fournie dans les prêts au semestre 2019, l'activité a continué de croître dans le premier espace, et nous avons poursuivi la tendance à resserrer les règles de crédit tout au long de 2019. Comme vous l'avez peut-être vu sur la diapositive d'introduction, janvier 2020 a commencé avec nous écrivons notre 100 000e client de prêt. Cela s'est produit le 4 janvier et nous avons donné le ton pour un début d'année encourageant. Comme vous pouvez le voir sur le graphique, à la mi-mars, nos soldes étaient passés à 515 millions de livres sterling. Et nous avons également connu des résultats sans précédent à faibles pertes au cours de cette période, tout en maintenant notre objectif de contrôle des dépenses. De plus, après avoir développé notre nouvelle capacité de tarification l'an dernier, nous avons lancé début janvier qui, au cours du premier trimestre, a montré des signes d'augmentation de la marge. Alors que la crise du COVID émerge, nous avons agi rapidement, tout d'abord, au début du mois de mars, sur les prix; et à la mi-mars, nous avons entièrement enregistré de nouvelles affaires. Nous avons mis en œuvre le travail à domicile et réaffecté des ressources importantes à l'entretien et aux collectes. Nous avons également veillé à ce que les lignes de financement existantes soient sécurisées et prolongées.

Passer à la diapositive suivante. Jusqu'à présent, le secteur des prêts s'est bien comporté pendant la crise du COVID. Nous avons soutenu les clients, ce qui a permis à 3,5% de se voir offrir des paiements réduits ou des congés de paiement, auxquels plus de 50% sont maintenant revenus à jour avec succès. À l'exception de l'activité de congés de paiement, nous n'avons pas encore constaté d'augmentation des défauts de paiement. Le taux de réussite des paiements de ces clients qui ne sont pas en congé de paiement au cours du deuxième trimestre a été en ligne avec des ratios supérieurs aux historiques. La perte élevée est donc principalement motivée par une approche prudente. Nous avons augmenté nos provisions de 16 millions GBP au premier semestre. Et comme vous pouvez le voir sur le graphique, notre taux de couverture est passé de 3,7% à 8,1% au semestre 2020. Cela comprend l'augmentation de la provision pour mise à jour de 1,3% à 4%. Globalement, cela se traduit par une provision totale de 40 millions de GBP pour le bilan des prêts de 495 millions de GBP. Et nous avons fourni des détails supplémentaires sur les hypothèses de scénario dans le RNS.

Il y avait des signes encourageants avant COVID, et nous avons recommencé à rédiger prudemment de nouvelles affaires. Nous pensons que l'évolution du marché post-COVID joue sur les atouts d'Admiral. Cependant, l'incertitude économique à court terme conduit à des perspectives plus prudentes et, par conséquent, nous révisons nos prévisions de solde d'origine à 500 millions de GBP à 600 millions de GBP en 2021.

Comme vous pouvez le voir sur cette diapositive, notre perte semestrielle était de moins 9 millions de livres sterling. Et nous autorisons une perte de l'ordre de moins 12 millions GBP à moins 16 millions GBP pour l'année entière.

Pour résumer les messages clés de ma section. Admiral continue d'investir dans ses capacités de prêt, et il y a des signes encourageants avant le COVID. Nous avons eu une réponse rapide au COVID, et il en résulte un plan de croissance différée et des provisions prudentes ont été prises. Nous restons très prudents sur les 6 prochains mois, ce qui est le niveau élevé d'incertitude économique. Et nous prévoyons que les 12 prochains mois seront une période de transition.

Sur ce, je vais revenir à David et Milena pour conclure.

————————————————– ——————————

David Stevens, Admiral Group plc – PDG et directeur (10)

————————————————– ——————————

Merci, Scott.

Donc, en résumé, je trouve un ensemble de résultats très gratifiant. Les progrès dans un large éventail de nos activités ont augmenté la rentabilité et la part de marché de l'assurance internationale et de nos plateformes de comparaison; clairement, bien que certes, fournir à ce stade des preuves de compétence et de résilience pour nos activités de prêts; et bien sûr, par-dessus tout, un autre grand ensemble de chiffres de notre activité principale au Royaume-Uni.

————————————————– ——————————

Milena Mondini de Focatiis, Admiral Group plc – Directrice exécutive (11)

————————————————– ——————————

Et David, vous avez joué un rôle déterminant dans la création de ces entreprises. Alors que vous arrivez à la fin de votre mandat de PDG du groupe, quel héritage pensez-vous laisser derrière vous?

————————————————– ——————————

David Stevens, Admiral Group plc – PDG et directeur (12)

————————————————– ——————————

Eh bien, Milena, je ne pense pas que je laisserai un héritage. Je pense que je passerais le relais, je transmettrais les valeurs et les compétences qui ont fait d'Admiral une entreprise formidable pour laquelle travailler, acheter, investir dans, ces mêmes valeurs et compétences dans lesquelles vous avez déployé un tel effet. bâtir les entreprises européennes.

Et au fur et à mesure que vous prenez le relais vous-même, qu'est-ce qui vous passionne le plus pour faire évoluer l'entreprise dans le futur?

————————————————– ——————————

Milena Mondini de Focatiis, Admiral Group plc – Directrice exécutive (13)

————————————————– ——————————

Donc, avant tout, je dois m'assurer que la culture amiral continue. Notre personnel est très motivé, engagé et également actionnaire. Et c'est ce qui rend Admiral unique et spécial, et cela sous-tend tous nos avantages concurrentiels. Deuxièmement, je suis enthousiasmé par l'opportunité d'accélérer la numérisation et d'améliorer nos données et nos capacités d'analyse avancées. Et enfin, j'ai hâte de poursuivre le voyage que vous avez commencé en proposant plus de produits aux clients Admiral, pour approfondir notre engagement avec eux et notre compréhension de leurs besoins, en particulier là où nous sommes convaincus que nous pouvons déployer nos compétences de base.

Désormais, pour réaliser tout cela, notre personnel est essentiel, la culture amirale est essentielle et le talent est essentiel. Nous avons récemment embauché des gestionnaires très expérimentés dans le domaine de la technologie et des données de l'extérieur. Mais ce qui me rend si positif, c'est que nous avons beaucoup de collègues brillants et passionnés avec un grand potentiel pour rendre Admiral plus fort et plus fort à l'avenir.

Et sur cette note, faut-il s'ouvrir aux questions?

————————————————– ——————————

David Stevens, Admiral Group plc – PDG et directeur (14)

————————————————– ——————————

Merci, Milena. Il est temps de s'ouvrir aux questions. Première question, s'il vous plaît.

=================================================== ===============================

Questions et réponses

————————————————– ——————————

Opérateur (1)

————————————————– ——————————

La première question est de Jon Denham de Morgan Stanley.

————————————————– ——————————

Jonathan Denham, Morgan Stanley, Division de la recherche – Analyste actions (2)

————————————————– ——————————

Premièrement, vous avez dit que vos prix au Royaume-Uni Motor sont plus compétitifs au début de la période et que les prix sont restés stables en juillet. Pensez-vous que vous avez une vision plus agressive de la poursuite des basses fréquences que vos pairs? Ou pouvez-vous simplement effectuer des ajustements plus ciblés (plage) plus rapidement? Je suppose que c'est une pour Cristina.

Et vous avez récemment repris la vente de produits d'assurance voyage et de prêt. Et vous avez donné de nouvelles directives en matière de prêts, mais je me demandais simplement si votre appétit de croissance à long terme pour l'un ou l'autre produit a changé et, je veux dire, a également changé le type de prêts que vous cherchez à offrir. Et Milena, tout de même, dites-vous que vous songez à proposer des produits supplémentaires?

————————————————– ——————————

David Stevens, Admiral Group plc – PDG et directeur (3)

————————————————– ——————————

Devrait – merci, Jon, pour les questions. Devrions-nous commencer par – nous le prendrons dans votre commande. Cristina, voulez-vous établir les prix avant que je cède la parole à Scott pour les prêts, puis à Milena sur les nouveaux produits?

————————————————– ——————————

Cristina Nestares, Admiral Group plc – PDG de UK Insurance (4)

————————————————– ——————————

Je vous remercie. Oui. Nous sommes donc à la fin de la période. Donc en juin, nous étions plus compétitifs qu'en janvier. Je pense qu'il est important de mentionner que nous avons augmenté les prix, mais c'est déjà largement en avance sur le marché au second semestre de l'année dernière. Donc, lorsque nous avons commencé à diminuer, nous sommes venus d'une base très différente. Et oui, aujourd'hui, nous sommes plus compétitifs, ce qui, d'une certaine manière, pourrait impliquer notre vision de l'avenir. Comme je l'ai mentionné lors de la présentation, je pense que ce que nous voyons sur le marché est une réaction très différente de la part de différents acteurs. Et cela pourrait aussi jouer dans le contexte actuel. Juste pour mentionner sur Voyage très rapidement que nous avons commencé il y a quelques semaines à proposer à nouveau une assurance auto à nos clients, bien qu'il y ait un très petit volume.

————————————————– ——————————

David Stevens, Admiral Group plc – PDG et directeur (5)

————————————————– ——————————

Merci, Cristina. Scott?

————————————————– ——————————

Geraint Jones, Admiral Group plc – Directeur financier et directeur (6)

————————————————– ——————————

David, désolé, Geraint ici. Nous étions un peu en retard et nous avons donc raté les 2 secondes questions. Pourrions-nous donc répéter les questions sur les prêts et les nouveaux produits, s'il vous plaît?

————————————————– ——————————

David Stevens, Admiral Group plc – PDG et directeur (7)

————————————————– ——————————

D'accord. Jon, pourriez-vous répéter la question sur les prêts et la question du nouveau produit?

————————————————– ——————————

Jonathan Denham, Morgan Stanley, Division de la recherche – Analyste actions (8)

————————————————– ——————————

Bien sûr. Alors oui, vous avez récemment repris la vente de voyages et de prêts. Vous avez donné une nouvelle orientation en matière de prêts, mais je me demandais simplement si votre appétit de croissance à long terme pour l'un ou l'autre des produits a changé et si le type de prêts que vous offrez a changé. Et puis, je pense que j'ai surpris Milena en train de dire quelque chose sur l'offre de nouveaux produits dans ses commentaires de clôture, alors si nous pouvions obtenir plus de détails.

————————————————– ——————————

David Stevens, Admiral Group plc – PDG et directeur (9)

————————————————– ——————————

Scott, tu veux faire des prêts alors?

————————————————– ——————————

Scott Cargill, Admiral Group plc – PDG d'AFSL (10)

————————————————– ——————————

Sûr. Le point de base sur les prêts sera que pour les 12 prochains mois, nous serons très prudents. Et nous cherchons à trouver des risques stables. Il y a donc eu un ajustement. Nous (sommes restés) concentrés de toute façon, mais nous allons être très prudents pour les 12 prochains mois. Et par conséquent, je pense que vous pourriez voir cela comme un retard dans notre croissance, mais potentiellement, ce serait une reprise progressive dans les 2 à 3 prochaines années. Donc à long terme, 5 à 10 ans, pas de changement pour les 2 à 3 prochaines années de moins que ce que nous aurions fait autrement.

————————————————– ——————————

Milena Mondini de Focatiis, Admiral Group plc – Directrice exécutive (11)

————————————————– ——————————

Sur le nouveau produit, David a lancé l'ambition il y a quelques années pour Admiral de commencer le voyage vers la diversification. La principale raison d'être est de pouvoir offrir plus de produits au client, de s'engager davantage avec eux, d'avoir plus de points de contact, de mieux les connaître, d'avoir plus de données et de pouvoir leur fournir une meilleure expérience utilisateur, un meilleur parcours. . Et nous cherchons à le faire dans la zone et le marché où nous pensons que nous avons la confiance nécessaire que nous pouvons déployer.

Prêts et ménages il y a eu les premiers exemples. Les prêts sont différents de l'assurance, mais nous pensons qu'il existe des synergies et nous pouvons déployer notre capacité, par exemple, à mieux sélectionner les risques, et cetera. Nous avons également fait d'autres entreprises comme Veygo, par exemple, au Royaume-Uni, qui fournissent une assurance non standard, une couverture à court terme; ou Umbrella, qui est une insurtech dans les ménages en France. Et nous continuons d'explorer de nouvelles idées dans ce sens et dans ces principes, et nous continuerons de le faire à l'avenir.

————————————————– ——————————

Opérateur (12)

————————————————– ——————————

La question suivante est d'Andrew Crean d'Autonomous Research.

————————————————– ——————————

Andrew John Crean, Autonomous Research LLP – Associé directeur, Assurance (13)

————————————————– ——————————

Et David, je pense que ceci – est-ce votre dernière série de résultats?

————————————————– ——————————

David Stevens, Admiral Group plc – PDG et directeur (14)

————————————————– ——————————

J'ai donné mon avis en mars lorsque nous avons fait la présentation des résultats annuels. C'était un – c'est un avis de 12 mois, et c'est là que nous en sommes. De toute évidence, il y a un processus pour passer de moi-même à Milena et de plus en plus de rapports commerciaux lui sont soumis. Donc, même si de jure, je suis PDG pendant un certain temps, mais de facto, Milena est de plus en plus PDG du groupe.

————————————————– ——————————

Andrew John Crean, Autonomous Research LLP – Associé directeur, Assurance (15)

————————————————– ——————————

Est-ce que ce sera votre dernier appel aux investisseurs?

————————————————– ——————————

David Stevens, Admiral Group plc – PDG et directeur (16)

————————————————– ——————————

Je pense que cela dépend un peu du moment choisi pour le prochain.

————————————————– ——————————

Andrew John Crean, Autonomous Research LLP – Associé directeur, Assurance (17)

————————————————– ——————————

D'accord. Eh bien, je vais le garder jusqu'au printemps prochain. Alors quelques questions, si vous me le permettez. Premièrement, je sais, dans le domaine des assurances européennes, que vous retardez les bénéfices en constituant des réserves. Et je me demande avec la grande libération des réserves à venir, si ce processus est terminé et que nous devrions maintenant rechercher une accélération beaucoup plus rapide de la rentabilité des activités d'assurance européennes. Voilà donc la première question.

La deuxième question est la grande BI. Je veux dire, lorsque la fréquence a chuté en mars, avril, mai, d'après ce que j'ai compris, l'autre chose qui se passait, c'était non seulement qu'il y avait moins de voitures, mais il y avait moins de monde dans chaque voiture. Avez-vous vu cela comme un impact important, c'est-à-dire qu'il y a eu une baisse rapide des grandes demandes de BI?

————————————————– ——————————

David Stevens, Admiral Group plc – PDG et directeur (18)

————————————————– ——————————

Costi, voulez-vous faire de l'Europe avant que Cristina ne prenne de gros BI?

————————————————– ——————————

Costantino Moretti, Admiral Group plc – Responsable des assurances internationales (19)

————————————————– ——————————

Oui, David. Sur les métiers européens, en termes de réservation, nous adoptons la même approche conservatrice du groupe, et nous prévoyons de continuer dans cette voie. Même si je dirais que les tendances sous-jacentes des entreprises européennes sont cohérentes et fortes, nous observons donc des améliorations d'une année sur l'autre de tous leurs indicateurs de performance clés fondamentaux comme le taux de sinistres et le taux de dépenses. Et par conséquent, nous sommes convaincus que nous sommes sur la bonne voie pour atteindre notre estimation précédemment communiquée de la fourchette de 30 millions GBP à 60 millions GBP écrits sur les bénéfices d'ici 2022.

————————————————– ——————————

Cristina Nestares, Admiral Group plc – PDG de UK Insurance (20)

————————————————– ——————————

Sur les grands BI au Royaume-Uni, nous avons donc constaté une forte diminution similaire à ce que nous avons vu dans la fréquence globale. Mais il y a eu deux changements clés: premièrement, comme vous l'avez dit, moins de monde dans la voiture; et d'autre part, pendant la période de verrouillage, un type de BI différent, donc moins de conduite légère, par exemple, et plus de blessures impliquant des personnes conduisant une moto ou un vélo. Cela dit, nous parlons de très peu de chiffres. C'est quelque chose que nous voyons depuis quelques semaines seulement.

————————————————– ——————————

Opérateur (21)

————————————————– ——————————

La question suivante est posée par James Pearse de RBC Marchés des capitaux.

————————————————– ——————————

James Pearse, RBC Marchés des capitaux, Division de la recherche – Vice-président adjoint (22)

————————————————– ——————————

La première question concerne uniquement les versions de réserve. Je pense donc que dans le passé, vous avez laissé entendre que vous vous attendez à ce que ces derniers tendent à baisser à long terme vers 15 p. Mais encore une fois, évidemment, ils ont été très forts cette année, alors je veux juste vérifier si c'est toujours le cas. Et puis, pour ajouter à cela, y a-t-il eu un changement dans le niveau de prudence qui a été comptabilisé dans vos ratios de sinistres initiaux au cours des dernières années? Ou y a-t-il eu un changement dans la vitesse à laquelle vous libérez ce conservatisme?

Et puis la deuxième question est simplement de savoir comment vous pensez que le ratio de sinistres ultime pour 2020 s'est développé en excluant l'avantage de fréquence des sinistres du COVID-19 au Royaume-Uni Et j'apprécie qu'il y ait beaucoup de pièces mobiles là-bas, mais je pense il serait juste utile d'avoir une idée de la direction que prend le ratio de sinistres sous-jacent par rapport à 2019.

————————————————– ——————————

David Stevens, Admiral Group plc – PDG et directeur (23)

————————————————– ——————————

Geraint, répondrez-vous à la question des communiqués de réserve et, Cristina, à la perspective 2020?

————————————————– ——————————

Geraint Jones, Admiral Group plc – Directeur financier et directeur (24)

————————————————– ——————————

Oui pas de problème. Sur les sorties de réserve au Royaume-Uni, nous avons parlé la dernière fois que la moyenne des 5 dernières années était plus de l'ordre de 20%, 21%, même si vous avez tout à fait raison, au cours des deux dernières périodes, nous avons vu des 20% élevés. . Si vous confirmez l'impact de la remise, nous sommes assez cohérents au premier semestre de cette année avec cela, la fourchette des années 20, et nous nous attendons à y rester à très, très court terme, mais probablement à la baisse après qui reviennent vers les bas 20, 20. Je pense que 15% est probablement un peu à prendre là-bas. Mais bien sûr, vous devez mettre en garde que tout dépend de ce qui se passe avec le développement des revendications, bien sûr. Si cela se passe comme prévu, nous nous attendons à ce que de fortes réserves continuent.

————————————————– ——————————

David Stevens, Admiral Group plc – PDG et directeur (25)

————————————————– ——————————

Et niveau de prudence, Geraint?

————————————————– ——————————

Geraint Jones, Admiral Group plc – Directeur financier et directeur (26)

————————————————– ——————————

Il n'y a pas de changement dans le niveau général de prudence. Nous le mesurons et le surveillons vraiment dans l'ensemble de la réserve, et non sur l'utilisation individuelle. Nous essayons d'avoir un modèle logique évidemment avec généralement plus de réserves et plus de prudence sur les années plus récentes. Il y a plus de conservatisme dans certaines des années les plus récentes, et cela apparaît à l'arrière du peloton, car il s'agit généralement de projections prudentes des ratios de perte ultimes, comme vous le savez. Donc pas de vrai changement, je dirais.

————————————————– ——————————

David Stevens, Admiral Group plc – PDG et directeur (27)

————————————————– ——————————

Et Cristina, 2020?

————————————————– ——————————

Cristina Nestares, Admiral Group plc – PDG de UK Insurance (28)

————————————————– ——————————

Du – oui, du taux de perte pour 2020, il est très tôt pour faire des commentaires. Mais je vais souligner quelques choses que nous avons vues. Premièrement, nous avons mis des augmentations de prix en 2019, et par conséquent, le point de départ de 2020 au début de l'année est différent du point de départ de 19 en termes de niveau de prix. Le second est que nous avons vu une augmentation de l'inflation des dommages accidentels pendant le verrouillage, qui a pris des niveaux plus élevés que la normale, mais nous prévoyons que cette tendance reviendra à des niveaux normaux.

————————————————– ——————————

Opérateur (29)

————————————————– ——————————

La question suivante vient de Freya Kong avec Bank of America.

————————————————– ——————————

Freya Kong, BofA Merrill Lynch, Division de la recherche – Analyste de la recherche (30)

————————————————– ——————————

Deux questions de ma part, s'il vous plaît. Premièrement, l'activité d'achat en mai et juin semble avoir plus que compensé le ralentissement que vous avez observé en mars et avril. Quelles sont les tendances des activités – comment les niveaux d'activité évoluent-ils actuellement? Et quand pensez-vous voir une normalisation?

Et deuxièmement, vous avez maintenant augmenté le nombre de clients résidentiels au Royaume-Uni à plus d'un million, en hausse de 6% depuis le début de l'année, tandis que les concurrents continuent de perdre des clients. Ces nouveaux clients viennent-ils chez vous via PCW ou ces clients existants adoptent-ils votre offre multi-couvertures?

————————————————– ——————————

David Stevens, Admiral Group plc – PDG et directeur (31)

————————————————– ——————————

Je pense que les entreprises de plate-forme de comparaison de prix ont les meilleures informations sur le comportement d'achat. Alors peut-être, Elena, prendriez-vous le premier sur le shopping et, Cristina, celui sur les ménages?

————————————————– ——————————

Elena Betes, Admiral Group plc – PDG de Penguin Portals (32)

————————————————– ——————————

Sûr. Donc, partout en Europe, nous avons vu comme un grand impact sur l'activité jusqu'en mai, je dirais. Cependant, juin, ce fut un mois extraordinaire pour tout le monde. La plupart ont récupéré de toute la goutte. De notre point de vue, le mois de juillet et août est normal.

————————————————– ——————————

David Stevens, Admiral Group plc – PDG et directeur (33)

————————————————– ——————————

Merci, Elena. Cristina?

————————————————– ——————————

Cristina Nestares, Admiral Group plc – PDG de UK Insurance (34)

————————————————– ——————————

Oui, David. Ainsi, la croissance des ménages provient à la fois des canaux, du multi et de la comparaison de prix. Avec comparaison de prix, prenant traditionnellement la part passée de la croissance.

————————————————– ——————————

Opérateur (35)

————————————————– ——————————

La question suivante est de James Shuck de Citi.

————————————————– ——————————

James Austin Shuck, Citigroup Inc., Division de la recherche – Directeur et chef du secteur des assurances EMEA (36)

————————————————– ——————————

Donc, deux ou trois choses de ma part. Le ratio de sinistres comptabilisé 2020 sur la base de l'année de souscription était donc de 70%. Je pense que le ratio de pertes comptabilisé initial pour 2019 était de 92%. Pouvez-vous simplement m'aider à comprendre ce pont entre les 92% et les 70%? Serait utile.

Deuxièmement, je suppose que par le passé, eh bien, pendant tout votre mandat, David, chez Admiral, vous avez démontré des ratios combinés bien meilleurs dans l'industrie, dans un marché très concurrentiel, de 20 à 30 points probablement sur une base pleinement développée. Nous sommes actuellement à un stade où le marché évolue potentiellement en termes de comportement des clients, évoluant de manière assez importante, ce qui signifie que les données dont vous disposez peuvent ne pas être aussi pertinentes qu'elles l'étaient dans le passé. Ma question est donc vraiment la taille de cette surperformance dans le passé, est-ce que cela deviendra plus difficile à faire, en particulier à mesure que nous passons à un nouveau type de changement de paradigme potentiel en termes de comportement de conduite, qui est dans les voitures, d'inflation des dommages physiques, tout cela ces choses. Intéressé d'avoir votre avis là-dessus.

Si je peux rapidement en insérer une troisième, c'est juste une clarification sur la diapositive 18. Parce que vous avez montré que les ventes en ligne des nouvelles entreprises étaient en hausse de 47%, ne comprenez pas vraiment cela, car cela implique que vos précédentes ventes en ligne de nouvelles entreprises était en fait un nombre assez faible, alors que je pensais que vous vendiez environ 80% via des sites de comparaison de prix. Et si telle est l'ampleur de l'augmentation, pourriez-vous simplement clarifier quelles pourraient être les implications pour les ventes auxiliaires étant donné que vous ne fermeriez pas par appels, autant que vous l'avez fait dans le passé?

————————————————– ——————————

David Stevens, Admiral Group plc – PDG et directeur (37)

————————————————– ——————————

Je vais les faire dans un ordre légèrement différent. Cristina, voulez-vous d'abord clarifier ce point sur 18? Et puis je passerai à Geraint pour faire la question détaillée de 2020. Et puis peut-être que je prendrai le sous – l'avantage du ratio combiné et l'impact des changements de comportement des consommateurs à la fin. Alors Cristina d'abord, puis Geraint, puis moi.

————————————————– ——————————

Cristina Nestares, Admiral Group plc – PDG de UK Insurance (38)

————————————————– ——————————

Oui. Ainsi, lorsque nous parlons de ventes de nouvelles entreprises, nous parlons traditionnellement de leur point de départ. Et vous avez raison de dire que plus – environ 90% ou plus, la majorité de nos ventes commencent en ligne, que ce soit par comparaison de prix ou directement. Ce qui est différent maintenant, c'est là où ils sont fermés. C'est donc un processus normal où le client voit une comparaison de prix, puis il peut nous appeler. Ce que nous avons fait pendant COVID est de changer cette tendance, et nous avons de plus en plus de clients finalisant les ventes en ligne.

L'implication sur les auxiliaires, il y a une différence entre les ventes qui se clôturent dans les téléphones et les ventes qui se clôturent en ligne, mais nous toujours – beaucoup de nos produits comme la protection juridique et la panne sont nécessaires aux clients, et ils les prennent toujours en ligne. L'écart n'est donc pas si grand.

————————————————– ——————————

David Stevens, Admiral Group plc – PDG et directeur (39)

————————————————– ——————————

Merci, Cristina. Geraint, en 2020?

————————————————– ——————————

Geraint Jones, Admiral Group plc – Directeur financier et directeur (40)

————————————————– ——————————

Oui. Merci, James. C'est une bonne observation. Je pense que le fait est que l'année de souscription 2020, 6 mois après le début de son développement, avec la période particulière que nous venons d'avoir, est une année de souscription inhabituelle. Donc ce n'est pas – il n'y a pas beaucoup de primes acquises dessus. Et il est évidemment passé par un deuxième trimestre, ce qui est inhabituel du point de vue des réclamations. Il est donc difficile de commenter les tendances significatives ici à ce stade. Je pense attendons la fin de l'année. Nous verrons où nous le réserverons à ce stade, et nous le montrerons à ce moment-là, évidemment, une projection ultime pour 2020 également. Il est difficile de commenter à ce stade, et il est très influencé par le deuxième trimestre et un faible montant de prime acquise en 2020.

————————————————– ——————————

David Stevens, Admiral Group plc – PDG et directeur (41)

————————————————– ——————————

Et James, vous avez fait valoir qu'historiquement, l'amiral avait un très fort avantage en termes de ratio combiné. Et vous avez soulevé une question selon laquelle, peut-être avec un changement majeur dans le comportement des consommateurs et les habitudes de conduite, cet avantage pourrait ne pas être durable, eh bien, ou peut-être, dans un certain sens, être remis en question. Mais je soupçonne que le contraire pourrait être vrai parce que si vous obtenez une discontinuité et un changement de comportement, comme nous le voyons, bien que je pense que le monde reviendra vers un autre – vers la normale, si vous voyez cette discontinuité, je pense les gagnants sont les personnes qui apportent les réponses les plus rapides et les plus intelligentes et qui sont les plus proches de leur entreprise et des facteurs de taux de perte. Et j'espère, et c'est l'otage de la fortune, mais j'espère que nous apportons les bonnes réponses, lisons rapidement les données et mettons en œuvre les changements appropriés.

Le grand défi pour tout assureur automobile à l'heure actuelle est de comprendre quand nous nous engageons à un prix pour 12 mois et qu'il y a tellement d'incertitude autour de la fréquence et, dans une certaine mesure, de la gravité lorsque vous regardez le genre de deuxième moitié d'une durée de police de 12 mois ou même les 3 derniers trimestres de ce terme, alors il y a beaucoup de jugement. Mais je pense que nous sommes probablement mieux placés pour porter ces jugements que certains de nos concurrents en raison de notre culture et de notre héritage.

————————————————– ——————————

Opérateur (42)

————————————————– ——————————

La question suivante est de Johnny Irwin avec UBS.

————————————————– ——————————

John D. Irwin, UBS Group AG – SVP of Wealth Management (43)

————————————————– ——————————

Deux de moi, s'il vous plaît. Alors tout d'abord, pouvez-vous parler un peu de la structure du marché automobile britannique en ce qui concerne la récente consolidation que nous avons vue? Je veux dire, pensez-vous que cela pourrait être utile pour améliorer la structure du marché? Et deuxièmement, j'étais intéressé par vos observations sur les opportunités potentielles qui se présentent – découlant de la perturbation due au COVID-19. Je veux dire de ces 4 domaines que vous notez, lesquels voyez-vous le plus de potentiel? Et soutenez-vous cela avec des investissements accélérés?

————————————————– ——————————

David Stevens, Admiral Group plc – PDG et directeur (44)

————————————————– ——————————

Johnny, pourriez-vous en quelque sorte développer les 4 domaines que nous avons notés? Est-ce moi qui les a notés? Ou…

————————————————– ——————————

John D. Irwin, UBS Group AG – Vice-président directeur de la gestion de patrimoine (45)

————————————————– ——————————

C'est sur la diapositive 5.

————————————————– ——————————

David Stevens, Admiral Group plc – PDG et directeur (46)

————————————————– ——————————

D'accord.

————————————————– ——————————

John D. Irwin, UBS Group AG – Vice-président directeur de la gestion de patrimoine (47)

————————————————– ——————————

Passez donc aux canaux de contact numériques, à l'accélération de la distribution en ligne, au travail flexible et à la résilience opérationnelle.

————————————————– ——————————

David Stevens, Admiral Group plc – PDG et directeur (48)

————————————————– ——————————

Alors Milena, tu veux prendre ça? Mais tout d'abord, peut-être si Cristina souhaite commenter la situation dans son ensemble sur les marchés et les changements que nous avons constatés.

————————————————– ——————————

Cristina Nestares, Admiral Group plc – PDG de UK Insurance (49)

————————————————– ——————————

Oui. En fait, nous ne nous attendons pas à un changement significatif. Je veux dire (inaudible) est un acteur fort avec un accent clair sur les données et le numérique. Ils ont beaucoup grandi ces dernières périodes. Et je m'attendrais à ce que le nouveau propriétaire poursuive cette stratégie. Donc pas de changements majeurs.

————————————————– ——————————

Milena Mondini de Focatiis, Admiral Group plc – Directrice exécutive (50)

————————————————– ——————————

Il est donc difficile de leur donner la priorité car nous ne savons pas exactement à quoi ressemblera la nouvelle normalité. Pour le bénéfice de tout le monde, j'ai évoqué une amélioration du contact digital, une accélération de la distribution en ligne, qui sera particulièrement bénéfique pour le produit où en ligne n'est pas encore le canal dominant. Il s'agit de l'assurance internationale et des produits en dehors de Motor au Royaume-Uni, puis du travail flexible, de l'accès à de nouveaux talents et de la résilience opérationnelle. Je dirais personnellement que cet ordre reflète en quelque sorte ce que je m'attends à être l'ordre de cela. Et probablement le passage à une expérience utilisateur plus forte, à une adoption accrue du canal numérique et de la distribution en ligne va probablement donner un coup de pouce supplémentaire à une entreprise qui peut fournir un bon service en ligne. Ils sont compétitifs en termes de prix et sont très axés sur le client.

————————————————– ——————————

Opérateur (51)

————————————————– ——————————

La question suivante est de Greig Paterson de KBW.

————————————————– ——————————

Greig N Paterson, Keefe, Bruyette & Woods Limited, Division de la recherche – Analyste MD, SVP et Royaume-Uni (52)

————————————————– ——————————

Peux-tu m'entendre?

————————————————– ——————————

David Stevens, Admiral Group plc – PDG et directeur (53)

————————————————– ——————————

On peut, Greig.

————————————————– ——————————

Greig N Paterson, Keefe, Bruyette & Woods Limited, Division de la recherche – Analyste MD, SVP et Royaume-Uni (54)

————————————————– ——————————

Trois questions. Le premier concerne les primes nettes acquises, je pensais que vous alliez y réserver les rabais. Ai-je raison de dire que vous l'avez plutôt réservé comme coût des réclamations? Et j'essaie juste de comprendre la comptabilité.

Deuxième question, en ce qui concerne le premier semestre de l'année, en ignorant le COVID-19, je me demande si vous pourriez nous donner une sorte d'idée de ce qu'était le taux d'inflation d'une année sur l'autre, en gros. Était-ce un chiffre faible, élevé, moyen, peu importe? Et puis si vous pouviez répondre à la même question, y compris COVID, alors en d'autres termes, quelle était l'inflation d'une année sur l'autre au Royaume-Uni Motor de COVID?

Et puis troisièmement, il y a eu des spéculations de la presse sur votre disposition de votre PCW européen et britannique. Je me demandais où – ce que vous en pensiez. Y avait-il quelque chose dans cette spéculation de la presse? Et quelle est la stratégie là-bas?

————————————————– ——————————

David Stevens, Admiral Group plc – PDG et directeur (55)

————————————————– ——————————

Je vous remercie. Et peut-être que je prendrai le dernier avant de passer la main à Geraint sur la gestion des rabais et à Cristina sur le gonflage du moteur avant et après l'impact COVID.

Donc oui, je veux dire, depuis que nous avons lancé la comparaison de prix il y a un bon moment, c'est un domaine qui a suscité beaucoup d'intérêt extérieur. Et cela a été plus le cas ces dernières années même que par le passé, en partie en raison du succès accru de nos activités de comparaison et en particulier de Confused. En sortant également du verrouillage, il y avait beaucoup de fonds de capital-investissement à la recherche d'endroits résilients au COVID, alors nous le faisons – nous avons été approchés. Et nous avons une politique stricte consistant à considérer les approches et à essayer de les juger du point de vue de ce qui est dans l'intérêt des actionnaires. Mon prédécesseur, Henry, avait l'habitude de dire que tout était à vendre, sauf sa femme, et c'est le cas. Cela dit, ce sont de belles entreprises, elles génèrent un excellent retour sur capital et un flux de bénéfices solide. Il n'y a donc pas d'urgence à envisager des offres externes.

————————————————– ——————————

Geraint Jones, Admiral Group plc – Directeur financier et directeur (56)

————————————————– ——————————

Greig, pour ce qui est de la comptabilisation du remboursement cette année, je suppose que vous avez vu les comptes que nous avons faits et ce que nous avons fait de la comptabilité. Tout est pris au premier semestre dans les primes nettes acquises. Il n'est pas compensé par les frais de réclamation. L'impact est évidemment – net de réassurance, est un peu inférieur aux 100 millions de livres sterling. C'est un chiffre en haut, mais il est indiqué dans les notes. Marisja, pouvez-vous en parler?

————————————————– ——————————

Cristina Nestares, Admiral Group plc – PDG de UK Insurance (57)

————————————————– ——————————

Greig, sur l'inflation annuelle des sinistres, si nous ne prenons pas en compte le COVID, nous avons connu des niveaux d'achèvement normaux autour de chiffres à un chiffre. Lorsque vous prenez en compte COVID là-bas, l'inflation des réclamations de réparation de dommages accidentels a été supérieure aux niveaux normaux. Compte tenu de l'infraction que nous avons eue dans notre processus de réparation pendant le verrouillage, la capacité du garage était limitée, et cela a un impact, par exemple, dans le sens où nous avons eu plus de radiations, nous avons eu plus de durée de location de voitures. Cependant, nous pensons que c'est un effet clair des verrouillages, et nous prévoyons que l'inflation reviendra à des niveaux normaux une fois que les choses reviendront à des niveaux normaux, en particulier pour la capacité des garages.

————————————————– ——————————

Opérateur (58)

————————————————– ——————————

La question suivante vient de Thomas Bateman de Berenberg Bank.

————————————————– ——————————

Thomas Bateman, Joh. Berenberg, Gossler & Co. KG, Division de la recherche – Analyste (59)

————————————————– ——————————

Juste quelques questions pour commencer sur la division internationale. Vous avez signalé une sorte de prudence à plus long terme – en Italie, aux États-Unis et aux États-Unis, je comprends un peu. C'est compréhensible étant donné l'accent mis sur le contrôle des coûts là-bas et vous reculez un peu. Mais je ne comprends pas très bien la prudence en Italie. Pouvez-vous me donner un peu plus de contexte à ce sujet?

Et lié à cela, vous avez dit que vous avez choisi d'augmenter la rétention nette aux États-Unis. Quelle est la sorte de justification derrière cela? Était-ce une décision interne ou une décision de réassureur?

Et enfin, juste une deuxième question sur les prêts. Pouvez-vous revenir en revue les chiffres, Scott, sur ceux qui sont allés en congé de paiement, ceux qui sont encore en congé de paiement et comment cela a eu une incidence sur la disposition?

————————————————– ——————————

David Stevens, Admiral Group plc – PDG et directeur (60)

————————————————– ——————————

Je vais d'abord répondre à la question de rétention avant de passer à Costi sur les États-Unis et l'Italie, puis de nouveau à Scott pour terminer sur les prêts.

Alors oui, nous avons donc des conversations régulières avec nos réassureurs au fur et à mesure que des contrats de prolongation et de renégociation arrivent. Et le reste de – notre point de vue de l'équilibre des résultats en termes de ce qui était proposé était que nous ne devrions pas prendre autant de réassurance qu'auparavant, et nous sommes passés de 75% de couverture à environ 50% de couverture. C'est donc le résultat d'une négociation. Costi, c'est à vous.

————————————————– ——————————

Costantino Moretti, Admiral Group plc – Responsable des assurances internationales (61)

————————————————– ——————————

Oui merci. Alors je dirais que nous – que la conscience fait partie de notre ADN. Cela dit, à propos de l'Italie et de ConTe, nous y construisons une entreprise solide, rentable sur plus de 5 ans. And all the underlying KPIs are continuing to improve year-on-year despite, to be honest, a very challenging and competitive market, while, I would say, in the U.S., we remain very cautious and very committed to improve business fundamentals.

————————————————– ——————————

David Stevens, Admiral Group plc – CEO & Director (62)

————————————————– ——————————

Before I hand back to Scott, let me — sorry, I realize I slightly misstated. We were at 66%. We weren't 70%. We've gone down to 50%. Over to Scott.

————————————————– ——————————

Scott Cargill, Admiral Group plc – CEO of AFSL (63)

————————————————– ——————————

Payment holidays, we had around 3,500 customers going to payment holidays. And at the half year, over 50% of those have returned to up-to-date. Looking at it now, it's about 1,000, so it's continuing to go down. And the way we account for that is that they're maintained as up-to-date because that's the way we treat them in accounts. But — and we've held about 75% of them in Stage 2. So you'll see the coverage there is around 34%. It would return immediately back to Stage 1 because we still see a lot of those customers as (continue to pay us and a clear duration) in the second half.

————————————————– ——————————

Operator (64)

————————————————– ——————————

The next question is from Dom O'Mahony with Exane BNP Paribas.

————————————————– ——————————

Dominic Alexander O'Mahony, Exane BNP Paribas, Research Division – Research Analyst (65)

————————————————– ——————————

Just 2 questions from me, if that's all right. First is just on inflation and not so much the year-on-year inflation but in terms of longer-term inflation, in particular on large bodily injury. One of the topics that's sometimes debated in the market right now is whether monetary stimulus and similar measures might increase inflation in the short to medium term. What's your approach to inflation on the LBI reserves? Clearly, because you retained that more than some of your peers,in the past, the good management of those reserves has to be very critical. But I'm just wondering how you control that, whether you, for instance, use inflation swaps to control that.

The second question, more on the business. Lots of discussion today on trends in digital distribution, which looks very encouraging in terms of the market trends. One of the things that at least I've noticed is more car companies talking about the connection of essentially the technology in the car to insurance. I wonder if you could flesh out your approach to partnering with the car OEMs. I know you have a partnership with Ford. Are you seeing that as a potential distribution channel in the future and using car technology as part of that?

————————————————– ——————————

David Stevens, Admiral Group plc – CEO & Director (66)

————————————————– ——————————

So Geraint, do you want to handle the impact of inflation on large bodily injury exposures? And then Cristina, are you all right to talk a bit about connected cars and our relationship with Ford?

Over to Geraint.

————————————————– ——————————

Geraint Jones, Admiral Group plc – CFO & Director (67)

————————————————– ——————————

I think it is fair to say that we buy a lower level of excess loss reinsurance for bodily injuries. So when we see an elevated number of large injury claims, then we would suffer. But on the contrary, when we see a reduced number of large injury claims or lower inflation, of course, we would benefit from that. I'm not sure we're actively pricing in or doing anything different in response to potential long-term trends on inflation on large injury claims at this point. We'll adjust our prices to what we see on our portfolio in terms of the numbers and the cost of claims that come in. (It's immaterial to say this) (inaudible).

————————————————– ——————————

David Stevens, Admiral Group plc – CEO & Director (68)

————————————————– ——————————

Is there anything you might say about the matching of assets and liabilities in the context of large bodily injury exposure?

————————————————– ——————————

Geraint Jones, Admiral Group plc – CFO & Director (69)

————————————————– ——————————

Yes, of course. From the asset side, we are well matched to the duration of the assets as well, and that's the duration of those liabilities. Hence, when interest rates move up and down, you don't see big swings in solvency ratio as a result of that at all.

————————————————– ——————————

David Stevens, Admiral Group plc – CEO & Director (70)

————————————————– ——————————

Je vous remercie. Cristina?

————————————————– ——————————

Cristina Nestares, Admiral Group plc – CEO of UK Insurance (71)

————————————————– ——————————

Oui. Let's start by saying that we value a lot the data that telematics or technology in the car can bring. And it's clear that we're one of the largest providers of telematics insurance in the market because of these reasons. So we are very open to getting to partnerships with OEMs or with other data providers that might give us access to the technology in the car data. We have done a partnership with Ford, and we remain open to finding new distribution channels and new partnerships as a way to get this data but also as a way to find customers in a different way.

————————————————– ——————————

David Stevens, Admiral Group plc – CEO & Director (72)

————————————————– ——————————

Je vous remercie. Do we have any…

————————————————– ——————————

Marisja Kocznur, Admiral Group plc – Head of IR (73)

————————————————– ——————————

Oui. So we've got some questions coming in from the website. The first one is from Abid Hussain. And his first question is, do you think driving will ever return to normal given flexible working is likely to continue over the long run, meaning fewer car journeys? And his second question is, can you explain how Admiral Loans works? How are they funded? What is the risk to shareholders if losses arise? What is your medium-term growth outlook on Loans given the recessionary environment? Merci.

————————————————– ——————————

David Stevens, Admiral Group plc – CEO & Director (74)

————————————————– ——————————

D'accord, merci beaucoup. Cristina, do you want to take the first question and obviously, Scott, the second?

————————————————– ——————————

Cristina Nestares, Admiral Group plc – CEO of UK Insurance (75)

————————————————– ——————————

Oui. I think it's very hard to tell if driving will ever return to normal, but I will tend to agree with the question in the sense that flexible working is going to stay and are going to continue in the future. I think we're going to see, for example, less traffic in peak hours. We might see people moving from city centers to the outside. And that is definitely going to impact frequency or overall car usage down. However, there are other trends like less usage of public transport and more domestic holidays, which I also think might continue in the future, at least some of it. So overall, lots of uncertainty. In my view, we won't go back to normal levels of driving at least for a very long time.

————————————————– ——————————

David Stevens, Admiral Group plc – CEO & Director (76)

————————————————– ——————————

D'accord. Next question from the website?

————————————————– ——————————

Scott Cargill, Admiral Group plc – CEO of AFSL (77)

————————————————– ——————————

On the Loans one, David.

————————————————– ——————————

David Stevens, Admiral Group plc – CEO & Director (78)

————————————————– ——————————

Je suis désolé. Sorry, Scott.

————————————————– ——————————

Scott Cargill, Admiral Group plc – CEO of AFSL (79)

————————————————– ——————————

So on funding, there's detailed notes in Page 42, but we have some internal funding which is just (GBP million). And then we have a (payout warehouse), which is around GBP 400 million. So the detailed drawdown in most of the half year are in (Page 42). In terms of losses in the near term, our weighted unemployment rate in the provision is around 11.2%. So we (found) it's towards the higher end of market percentages. And that said, we (have to have some conservatism) and also in the notes which we — and show what would happen if there was a (view) to the downturn or to the severe. And on balanced outlook, and I think it was broadly covered this yesterday, in 12 months, we will definitely be taking a view of caution, but we have big ambitions for the future. So when we see the opportunity, we'll look to grow again. Je vous remercie.

————————————————– ——————————

Marisja Kocznur, Admiral Group plc – Head of IR (80)

————————————————– ——————————

Je vous remercie. All right, our next question is from (Ming Zhu). And the question is, what is your claims inflation outlook? And how is that versus your comment of being more competitive? Are you implying that you are writing a lower margin? Merci.

————————————————– ——————————

David Stevens, Admiral Group plc – CEO & Director (81)

————————————————– ——————————

Cristina, do you want to do that one?

————————————————– ——————————

Cristina Nestares, Admiral Group plc – CEO of UK Insurance (82)

————————————————– ——————————

Oui. Admiral has a history or a trend of moving prices ahead of the market. And I think to answer this question, it's important to mention what has been happening in the past couple of years. So we started putting prices up in the mid '18, which means we — and we continued in '18, '19 and the first months of 2020. So for about 20 months, we've been putting prices up, which meant that at the beginning of 2020, we were less competitive than we were a couple of years ago. In Q2, we decreased prices by low single digits. And I would sense that now is closer to what it was a couple of years ago.

————————————————– ——————————

Marisja Kocznur, Admiral Group plc – Head of IR (83)

————————————————– ——————————

Our next question is from (James Hyde), and he asks, you seem still to be writing U.K. motor policies from a German entity. How long post Brexit do you expect this to be allowed to continue? And will there be costs from bringing the writing back to the U.K.?

————————————————– ——————————

Geraint Jones, Admiral Group plc – CFO & Director (84)

————————————————– ——————————

So that relates to the Munich Re company, Great Lakes, which is a German company with a U.K. branch. We very confident they've got the right commissions to carry on writing the U.K. business in the U.K. post 2020. I don't expect to see any additional cost of doing that.

————————————————– ——————————

Marisja Kocznur, Admiral Group plc – Head of IR (85)

————————————————– ——————————

Merci, Geraint. Our next question comes from (Roman Friedman). And the question is now that you're reaching scale and ongoing profitability in international operations, when do you think you'll be able to improve overall economics on the COVID reinsurance contracts internationally to progressively move towards U.K. similar economics. Merci.

————————————————– ——————————

David Stevens, Admiral Group plc – CEO & Director (86)

————————————————– ——————————

Milena, do you want to have a go at that one?

————————————————– ——————————

Milena Mondini de Focatiis, Admiral Group plc – Executive Director (87)

————————————————– ——————————

Sûr. As we mentioned in the past, we think that over time, once we prove a track record of strong set of results, we can improve the terms of the contract that we have with our insurance internationally. Just — so we think that's going to happen in time. Just to remind that those contracts are multiyear contracts, so it's not a linear function. It's something that will come when the contract will reach their expiration date.

————————————————– ——————————

Marisja Kocznur, Admiral Group plc – Head of IR (88)

————————————————– ——————————

Je vous remercie. Our next question is from (Faizan Lakhani), and he asks threefold question. One, how are your quota share negotiations developing? Do you expect any change to your reinsurance structure? Two, could you split the benefit in Motor profit for claims frequency benefit from COVID-19 versus the underlying improvement? And three, you've mentioned that accidental damage inflation in H1 has increased. Could you provide further detail what that is due to you and what gives you comfort that trend will reverse? Je vous remercie.

————————————————– ——————————

David Stevens, Admiral Group plc – CEO & Director (89)

————————————————– ——————————

Marisja, I slightly wonder if that question was asked before Cristina answered a very similar question, a few questions ago. I'm wondering about asking Geraint to comment on the reinsurance contracts and leaving it there.

————————————————– ——————————

Geraint Jones, Admiral Group plc – CFO & Director (90)

————————————————– ——————————

Happy to. Yes, the U.K. quota share reinsurance discussions are active, and they're productive. And we'd expect them to continue very shortly. And at this point, not expecting any notable changes to those arrangements.

————————————————– ——————————

Marisja Kocznur, Admiral Group plc – Head of IR (91)

————————————————– ——————————

That's all the questions from the webcast, so no further questions from our side.

————————————————– ——————————

David Stevens, Admiral Group plc – CEO & Director (92)

————————————————– ——————————

D'accord. Does that mean, Marisja, that we'll wrap it up here?

————————————————– ——————————

Marisja Kocznur, Admiral Group plc – Head of IR (93)

————————————————– ——————————

That's correct, David.

————————————————– ——————————

David Stevens, Admiral Group plc – CEO & Director (94)

————————————————– ——————————

D'accord. Thank you, everyone, for participating in today's call and question and answers, that we very much welcome your questions, and looking forward to a successful second half. Au revoir.

————————————————– ——————————

Geraint Jones, Admiral Group plc – CFO & Director (95)

————————————————– ——————————

Bye, everyone.

————————————————– ——————————

Milena Mondini de Focatiis, Admiral Group plc – Executive Director (96)

————————————————– ——————————

Bye, everyone.

————————————————– ——————————

Scott Cargill, Admiral Group plc – CEO of AFSL (97)

————————————————– ——————————

Au revoir.

————————————————– ——————————

Elena Betes, Admiral Group plc – CEO of Penguin Portals (98)

————————————————– ——————————

Je vous remercie. Au revoir.

————————————————– ——————————

Costantino Moretti, Admiral Group plc – Head of International Insurance (99)

————————————————– ——————————

Je vous remercie.

————————————————– ——————————

Operator (100)

————————————————– ——————————

Mesdames et messieurs, ceci conclut la conférence d'aujourd'hui. Merci de nous rejoindre. Vous pouvez maintenant vous déconnecter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *