Transcription modifiée de la conférence téléphonique ou de la présentation sur les résultats de MNG.L 12-août-20 9h30 GMT


12 août 2020 (Thomson StreetEvents) – Transcription modifiée de la conférence téléphonique ou de la présentation des résultats de M&G PLC Mercredi 12 août 2020 à 9h30 GMT

Citigroup Inc. Exchange Research – Analyste de recherche

JPMorgan Chase & Co, Division Recherche – Directeur Exécutif et Co-Head of European Insurance Equity Research

Joh. Berenberg, Gossler & Co. KG, Division de la recherche – Analyste

* Louise S. Miles

Mesdames et messieurs, bienvenue à la conférence téléphonique de questions-réponses semestrielle de M&G. Je m'appelle Darren. Je suis l'opérateur de l'appel d'aujourd'hui.

D'accord. Je vais maintenant passer la parole à votre hôte, Spencer Horgan, pour commencer. Allez-y, Spencer.

Bonjour à tous, et merci de vous joindre à nous pour cet appel de questions / réponses sur les résultats du premier semestre 2020 de M&G. Je suis accompagné ce matin de John Foley, notre directeur général; Clare Bousfield, notre directeur financier; Jack Daniels, notre CIO; et David Macmillan, notre responsable de la clientèle et de la distribution. Nous avons environ 45 minutes pour vos questions. (Instructions pour l'opérateur) Et avant d'entrer dans cela, John, si je peux vous passer la parole pour quelques remarques liminaires.

Sûr. Merci, Spencer. Bon matin tout le monde. J'espère que tout va bien. Et j'espère que vous avez tous eu l'occasion de regarder la vidéo ou de lire la transcription que nous avons publiée ce matin en relation avec les résultats semestriels. De toute évidence, la pandémie COVID-19 n'est pas la toile de fond que nous aurions souhaité en tant que société nouvellement indépendante. Cependant, il s'agit d'un ensemble de résultats vraiment bons et résistants dans des moments très difficiles, et je pense que cela démontre la valeur de notre répartition d'activités diversifiée en tant que gestionnaire d'actifs et propriétaire d'actifs.

Avant de passer aux questions et réponses, je souhaite partager quelques nouvelles tardives avec vous. Hier, la FCA a approuvé le changement de contrôle d'Ascentric, ce qui nous permet de finaliser cette transaction en septembre. Et comme vous le savez, l'acquisition d'Ascentric renforce notre position sur le marché de l'épargne au Royaume-Uni et contribuera à accélérer notre transition vers une gestion de patrimoine de grande valeur. C'était donc la mise à jour. Et sur ce, je ne prendrai plus de votre temps et je l'ouvrirai aux questions.

(Instructions pour l'opérateur) Nous avons une question de Louise Miles.

Louise S. Miles, Morgan Stanley, Division de la recherche – Associée de recherche (2)

————————————————– ——————————

Juste 2 questions pour moi, s'il vous plaît, aujourd'hui.

Le premier sur les envois de fonds des filiales. Nous avons donc vu que c'était 472 millions de livres sterling au premier semestre 2020. Ce serait formidable de comprendre la scission, ce qui signifie ce qui est venu de l'investissement de M&G et ce qui est venu de PAC? Et aussi, il serait juste bon de comprendre que la préférence de l'année parce que si vous regardez l'année complète 2019, vous pouvez voir que l'argent remis par les filiales, hors promotions, était assez similaire à celui de 472 GBP millions aussi. Il serait donc bon de comprendre à quoi nous devons nous attendre au second semestre 2020.

Et puis ma deuxième question porte sur les capacités des actifs privés. Donc vous – c'est quelque chose dont vous avez beaucoup parlé dans le secteur de la gestion d'actifs. Mais quand on regarde le portefeuille de rentes des actionnaires, on peut voir que seulement 10% du portefeuille est investi dans des titres à revenu fixe du marché privé pour le moment. Quels sont les plans pour augmenter cette proportion? Y a-t-il des plans pour y augmenter? Certains de vos concurrents ont une cible d'actifs illiquides de 40%. Envisagez-vous de faire quelque chose de similaire? Et évidemment, c'est quelque chose qui pourrait améliorer votre ajustement de correspondance dans ForEx et capital.

————————————————– ——————————

John William Foley, M&G plc – PDG et directeur (3)

————————————————– ——————————

D'accord. Merci Louise. Je vais donc demander à Clare, pour répondre simplement à la question des envois de fonds, je vais parler un peu de la situation actuelle avec les actifs privés et céder la parole à Jack pour plus de détails. Est-ce que ça va, Clare?

————————————————– ——————————

Clare Jane Bousfield, M&G plc – Directeur financier et directeur (4)

————————————————– ——————————

Oui. Alors Louise, sur les envois de fonds, tu as raison. Nous – il y avait 472 millions de livres sterling qui se sont accumulés au premier semestre 2020. Et il est juste de dire que la scission entre M&G et PAC n'est pas particulièrement utile pour le moment simplement parce que nous traversons une période de transition alors que nous passer efficacement par le processus de scission.

À l'avenir, ce que nous chercherons à faire est essentiellement de verser les dividendes de PAC et de M&G, en fait juste avant l'annonce du dividende du point de vue de M&G plc. Et nous entrons simplement dans cette transition – dans cette routine en termes d'entité scindée. Si vous regardez les envois de fonds réels qui proviennent des filiales, évidemment, du point de vue de M&G, cela dépend largement du bénéfice d'exploitation. Et de PAC, il est motivé par la génération de capital Solvabilité II, et c'est évidemment principalement du point de vue d'une compagnie d'assurance. Mais nous considérerions que c'est un processus très routinier. Et il n'y a vraiment aucun problème de fongibilité entre la génération de capital sous-jacente et ce qui se présente sous forme de dividendes.

————————————————– ——————————

John William Foley, M&G plc – PDG et directeur (5)

————————————————– ——————————

D'accord. Merci. En ce qui concerne votre question sur les actifs privés, nous en parlons beaucoup parce que c'est une force très essentielle de cette organisation, mais ce n'est pas nécessairement par rapport à notre propre bilan. Ce sont donc les activités d'actifs privés que nous avons bâties qui reposent en grande partie sur les activités institutionnelles. Et comme vous l'auriez vu, l'activité institutionnelle est désormais la composante tierce la plus importante de l'ensemble de nos activités.

Donc, plutôt que de voler son tonnerre, je vais simplement céder la parole à Jack pour qu'il parle un peu du secteur des actifs privés. Mais il mentionnera également le genre de file d'attente de capitaux que nous avons de ce côté-là de l'entreprise. Jack, pouvez-vous prendre ça?

————————————————– ——————————

Jonathan Daniels, M&G plc – CIO (6)

————————————————– ——————————

Oui bien sur. J'espère que vous m'entendez bien.

Je veux dire que votre argument au sujet de notre force dans les actifs privés est juste. Nous sommes dans ce secteur du marché depuis longtemps, plus de 20 ans, donc nous avons beaucoup d'expérience dans ce domaine. Et en ce qui concerne la façon dont nous pensons aux actifs privés, il y a l'exigence interne pour le With-Profits Fund, pour le PruFund. Le portefeuille de rentes, où nous avons augmenté le pourcentage d'actifs privés et aussi pour nos clients tiers. Et c'est gérer ces demandes concurrentes. C'est un domaine du marché où il est assez difficile de reproduire les capacités que nous avons développées sur une longue période. Nous continuerons donc de développer cette partie de l'entreprise. Et la répartition des actifs privés continuera à être partagée entre les clients tiers et aussi nos fonds internes, à la fois le – PruFund et le portefeuille de rentes.

————————————————– ——————————

Clare Jane Bousfield, M&G plc – Directeur financier et directeur (7)

————————————————– ——————————

Un suivi de cela – sur cela, Louise. Je ne sais pas d'où vous tirez vos 10% d'actifs privés, mais c'est environ – 30% est le niveau d'actifs privés dans le portefeuille de rentes. Donc, c'est peut-être celui que vous pouvez suivre avec Spencer.

————————————————– ——————————

Jonathan Daniels, M&G plc – CIO (8)

————————————————– ——————————

Oui c'est correct. Cela semble – que 10%, je suis d'accord, semble un peu bas. C'est plutôt 30%. Oui. Je vous rappellerai là-dessus, Louise.

————————————————– ——————————

Opérateur (9)

————————————————– ——————————

Nous avons une autre question d'Andrew Sinclair de Bank of America.

————————————————– ——————————

Andrew Sinclair, BofA Merrill Lynch, Division de la recherche – VP (10)

————————————————– ——————————

Deux de moi aussi, si cela vous convient.

Tout d'abord, il s'agissait de la perte de transaction immobilière sur le portefeuille de rentes. Je suis probablement un peu surpris par cela. Je recherche juste un peu plus de couleur. Y a-t-il autre chose, au niveau de l'immobilier, dans le portefeuille où il pourrait y avoir des risques potentiels de cristallisation d'une perte?

Et deuxièmement, c'était juste sur Ascentric. Je me demandais vraiment si vous pouviez mettre cela dans un peu plus de contexte, l'acquisition pour les plans d'épargne plus larges. Il est clairement bon d'avoir un peu plus d'échelle et plus de produits, mais je pense qu'il y a encore assez de distance derrière certains des principaux acteurs du marché des plates-formes. Et vraiment, je me demande en quelque sorte, est-il possible d'être un gagnant de nos jours sur le marché des plateformes sans vos propres conseillers financiers? Y a-t-il un intérêt à une réincarnation de la demande du Pru?

————————————————– ——————————

John William Foley, M&G plc – PDG et directeur (11)

————————————————– ——————————

Je vous remercie. Passons directement à la question Ascentric. Et sans voler aucun de son tonnerre, je passerai celui-là à David. Et puis Clare reprendra la question du commerce immobilier.

————————————————– ——————————

David Macmillan, M&G plc – Directeur de la clientèle et de la distribution (12)

————————————————– ——————————

Merci, John. Andrew, en ce qui concerne Ascentric, je suis tout à fait d'accord avec vous pour dire qu'il existe des plates-formes d'architecture ouverte sur le marché depuis longtemps. Je pense que lorsque nous avons annoncé l'acquisition en premier lieu, nous sommes tout à fait clair que dans le contexte de notre entreprise, nous voyons que l'acquisition est l'opportunité de porter nos capacités de base dans des segments du marché, en particulier la gestion de fortune, où nous ' Je n'ai pas vraiment joué, comme John l'a dit, à beaucoup d'entreprises fortunées que nous savons attrayantes, pas seulement un PruFund, mais aussi un grand nombre de nos capacités M&G. Nous n'avons tout simplement pas laissé passer cela et c'est absolument notre intention.

Et en ce qui concerne la question du conseil, nous ne nous sommes jamais complètement éloignés de Man from the Pru et avons eu leur propre entreprise de conseil en interne depuis 2011, 2012, qui a toujours été là pour s'occuper de notre grand client Prudential existant. base et continue de le faire et a connu de bonnes performances tout au long de cette année grâce au fait que nous avons été en mesure d'intégrer notre nouvelle technologie de conseil, dans un sens numérique, aux côtés de notre capacité de produit existante et de fournir une service à nos clients.

Donc, ces deux choses doivent évidemment être construites à l'avenir.

————————————————– ——————————

Clare Jane Bousfield, M&G plc – Directeur financier et directeur (13)

————————————————– ——————————

Et il est juste de dire que, cette entreprise est en quelque sorte – environ, une sorte de 10e en taille sur le marché en termes de conseil, donc c'est une entreprise de conseil de taille raisonnable.

En ce qui concerne la perte liée aux transactions immobilières, il s'agissait d'une transaction pour laquelle nous avions une offre, et nous avons estimé que c'était une offre crédible, mais cela a entraîné une petite perte en termes de fonctionnement de la comptabilité pour le livre de rentes. Vous pouvez voir sur la diapositive 32 que nous avons 2 milliards GBP de biens immobiliers qui soutiennent le livre de rente. Le portefeuille est donc très petit. Nous ne nous attendons pas à voir d'autres petites pertes sur ce livre.

Mais comme je l'ai dit, la transaction était en fait – nous pensions que c'était la bonne chose à faire sur le plan économique, mais elle a eu une petite perte comptable.

————————————————– ——————————

Andrew Sinclair, BofA Merrill Lynch, Division de la recherche – VP (14)

————————————————– ——————————

Désolé. Juste pour faire un suivi. Pouvez-vous simplement confirmer quelle était la taille de la perte comptable sur cette transaction?

————————————————– ——————————

Clare Jane Bousfield, M&G plc – Directeur financier et directeur (15)

————————————————– ——————————

C'est de petites dizaines de millions, Andy.

————————————————– ——————————

Opérateur (16)

————————————————– ——————————

Nous avons une autre question d'Andrew Baker de Citi.

————————————————– ——————————

Andrew Baker, Citigroup Inc. Exchange Research – Analyste de recherche (17)

————————————————– ——————————

Génial. Le premier concerne les dépenses de gestion d'actifs. Ainsi, en tenant compte des dépenses exceptionnelles, les dépenses de l'année complète 19 étaient d'environ 685 millions de livres sterling. De toute évidence, le taux d'exécution du premier semestre de 306 millions GBP est sensiblement inférieur à ce montant. Est-ce une partie de cette différence de calendrier entre le premier semestre et le second semestre ou vous attendez-vous à ce que les dépenses des années complètes 2020 soient sensiblement en baisse d'une année sur l'autre? Et si oui, qu'est-ce qui motive cela?

Et ensuite, juste sur le ratio réglementaire Solvabilité II. C'était donc 136% à la fin juin. Et je sais auparavant, vous avez dit que non – cette métrique ne motive pas la décision de dividende. Mais à un moment donné, j'en suis sûr, il doit y avoir une contrainte. Alors, êtes-vous à l'aise avec les 136%? Et jusqu'où peut-il descendre avant qu'il y ait un impact sur cette décision de dividende?

————————————————– ——————————

Clare Jane Bousfield, M&G plc – Directeur financier et directeur (18)

————————————————– ——————————

Donc, en ce qui concerne votre premier point sur les dépenses de gestion d'actifs, si vous regardez en arrière, ce que vous voyez, c'est que le deuxième semestre du côté de la gestion d'actifs a tendance à être plus élevé que le premier semestre. Et cela est motivé par certains des plans incitatifs et certains des dénouements des charges à payer au cours de la période. Nous espérons maintenant niveler cela davantage à l'avenir, mais il y a potentiellement un peu de saisonnalité entre le premier et le second semestre. Les économies de dépenses au cours de la première moitié de l'année sont attribuables à l'emplacement et à certains des changements dans les propriétés que nous avons eues. Ils sont également motivés par la réduction des voyages, et ils sont également motivés par la réduction du recrutement. Tout cela, comme nous en avons parlé dans – ou comme John l'a mentionné dans son discours, à cause des changements que nous cherchons à apporter en ce qui concerne la façon dont nous travaillons, la façon dont nous voyageons, l'utilisation de la technologie mobile et numérique, de notre point de vue, est une réduction des coûts très durable en termes de la façon dont nous voyons les affaires aller de l'avant. Et une grande partie de ces coûts figuraient déjà dans notre plan en termes de 145 millions de livres sterling parce que, fondamentalement, nous voulions passer de certains des sites les plus coûteux à certains – à des coûts plus bas et à un travail plus flexible dans le cadre de cette approche, ainsi que la nécessité de réduire le type d'empreinte de voyage dans le contexte des aspects environnementaux qui l'entourent.

Sur le ratio de solvabilité réglementaire. Le ratio de solvabilité réglementaire est donc faible parce que le fonds With-Profit est si grand et a un besoin de capital important et considérable. La seule chose à retenir est que lorsque le ratio de solvabilité est affecté par la volatilité du marché, cette volatilité du marché vous amènerait effectivement au même point en termes de 0 ou 100%, qu'il s'agisse du ratio de solvabilité réglementaire ou du ratio de solvabilité des actionnaires. .

Ainsi par exemple, si vous dites que la baisse des taux d'intérêt à 50 pb des taux d'intérêt a un impact de 6 points de pourcentage sur la solvabilité des actionnaires, cela a un impact d'environ 3% sur la solvabilité réglementaire.

Donc, de ce point de vue, nous surveillons le ratio de solvabilité réglementaire, mais en fait, il s'agit simplement d'un calcul fonctionnel qui est effectivement beaucoup moins volatil que la solvabilité des actionnaires parce qu'il a un plus grand dénominateur. Tous nos appétits pour le risque sont donc déterminés en fonction de la solvabilité des actionnaires, et nous sommes très à l'aise avec 164%, bien au-dessus de notre appétit pour le risque et à peu près en ligne avec la résilience du bilan que nous attendions.

————————————————– ——————————

John William Foley, M&G plc – PDG et directeur (19)

————————————————– ——————————

Et juste pour – je ne souhaite pas revenir sur la question du coût que vous avez entendue, Andrew. Mais nous envisagions de suivre cette voie avant que COVID ne frappe. Nous avions ceci – comme je suppose que de nombreuses autres entreprises l'étaient également, la conviction fondamentale que vous pouviez réellement exploiter votre entreprise sur une base différente avec une flexibilité beaucoup plus grande. Et bien sûr, comme pour de nombreuses autres entreprises, nous avons dû réagir à cela. Et nous avons constaté que nous pouvons le faire, nous pouvons bien le faire. Et cela a considérablement réduit notre empreinte carbone. Et ce sont toutes des économies de coûts que nous allons en quelque sorte essayer d'inclure dans le BAU, afin qu'elles soient capturées à l'avenir.

————————————————– ——————————

Andrew Baker, Citigroup Inc. Exchange Research – Analyste de recherche (20)

————————————————– ——————————

Alors peut-être juste un suivi, si cela vous convient. Faut-il donc penser à une accélération de l'avantage de 145 millions de livres sterling du côté des coûts? Ou y a-t-il un revenu réel (considéré?)

————————————————– ——————————

John William Foley, M&G plc – PDG et directeur (21)

————————————————– ——————————

Non.

————————————————– ——————————

Clare Jane Bousfield, M&G plc – Directeur financier et directeur (22)

————————————————– ——————————

Non.

————————————————– ——————————

John William Foley, M&G plc – PDG et directeur (23)

————————————————– ——————————

Non. C'est juste une façon différente de penser les choses. Je veux dire, nous ne voudrions pas – donc nous ne changeons pas cela. Cela reste le chiffre que nous avons toujours dit. Mais je pense que cela nous donne des options sur la façon dont nous pouvons déployer nos ressources et les rendre plus efficaces à l'avenir. Cela ne signifie pas nécessairement une réduction des coûts. Cela signifie que nous pouvons probablement faire plus. Je ne connais pas vos niveaux de productivité, mais les nôtres ont en fait augmenté depuis que nous travaillons à domicile.

————————————————– ——————————

Clare Jane Bousfield, M&G plc – Directeur financier et directeur (24)

————————————————– ——————————

Oui, l'autre chose à retenir, Andy, c'est que nous avons annoncé dans les résultats de fin d'année que nous viserions essentiellement une réduction de 10% de nos effectifs, et nous avons également annoncé un programme de licenciement volontaire. Nous avons donc laissé ouvert le programme de licenciement volontaire, mais nous avons mis fin au licenciement obligatoire pendant cette période simplement en raison des implications sociales et de l'importance de donner à notre personnel une certaine certitude à travers cette crise. Donc, une partie de ce genre de contrebalance une partie de cette décision que nous avons prise à ce moment-là.

————————————————– ——————————

Opérateur (25)

————————————————– ——————————

Nous avons une autre question d'Andrew Crean d'Autonomous.

————————————————– ——————————

Andrew John Crean, Autonomous Research LLP – Associé directeur, Assurance (26)

————————————————– ——————————

Nous avons 2 questions, si vous permettez. Premièrement, pourriez-vous nous donner une idée de votre flux – flux nets en juin et juillet, aussi bien dans le commerce de détail – que ce soit dans le commerce de détail, la gestion d'actifs de détail et les institutionnels. Juste pour que nous puissions avoir une idée de la mise en forme de la seconde moitié?

Et deuxièmement, pourriez-vous parler – vous avez mentionné quelque chose au sujet d'une réduction des frais de détail dans votre entreprise de gestion d'actifs de détail, je pense, liée à la performance. Est-ce que cela va être une chose matérielle à laquelle nous devrions réfléchir?

————————————————– ——————————

Clare Jane Bousfield, M&G plc – Directeur financier et directeur (27)

————————————————– ——————————

Alors John, tu veux que je prenne ces deux-là?

————————————————– ——————————

John William Foley, M&G plc – PDG et directeur (28)

————————————————– ——————————

Oui.

————————————————– ——————————

Clare Jane Bousfield, M&G plc – Directeur financier et directeur (29)

————————————————– ——————————

Donc sur les flux en termes de juin et juillet, donc sur la gestion d'actifs de détail, hormis mars et avril, où l'on a assisté à une forte hausse des sorties sur la gestion d'actifs de détail. Les flux sont revenus à peu près aux niveaux observés en 2019, et cela s'est poursuivi en juin et juillet. Sur l'épargne au détail …

————————————————– ——————————

John William Foley, M&G plc – PDG et directeur (30)

————————————————– ——————————

Et sortie nette.

————————————————– ——————————

Clare Jane Bousfield, M&G plc – Directeur financier et directeur (31)

————————————————– ——————————

Et sortie nette, oui. Et puis sur les économies de détail, comme je l'ai mentionné dans mon discours, ce que nous avons vu au cours de la période de mars à avril, c'est que nous avons assisté à une hausse des sorties. Cela s'est inversé très rapidement. Mais ce que nous avons vu, c'est un ralentissement des nouveaux flux commerciaux, et c'est essentiellement motivé par les conseillers et leur capacité en termes de technologie numérique. Donc – et ce que nous faisons, c'est travailler avec ces conseillers pour tirer parti de notre technologie. Mais fondamentalement, c'est hors de notre contrôle sur la façon dont ils peuvent donner des conseils en face à face. Et parce que nous avons des pensions relativement élevées, c'est l'une des transactions de type conseil les plus élevées, et c'est l'un des facteurs qui expliquent pourquoi l'accord Ascentric a beaucoup de sens en termes d'élargissement de notre taxe (tranches).

Maintenant, ces niveaux de nouveaux flux commerciaux sont restés à peu près comme le genre de vue amoindrie en juin et juillet. De toute évidence, août est un mois sur lequel vous ne pouvez pas obtenir beaucoup de preuves car c'est un mois de vacances. Donc, ce que nous cherchons à faire, c'est essentiellement de travailler avec ces intermédiaires alors que nous traversons le genre de quatrième trimestre.

Et puis sur la gestion des actifs de détail. Nous avons donc guidé les marges à chaque présentation. Conformément à l'industrie, nous prévoyons une réduction des marges. Nous avons réduit les marges sur le livre direct et introduit un tarif unifié en août. Et puis nous offrons également la réduction sur le fonds immobilier lorsque nous l'avons fermé. Et cela, combiné à la juste composition des fonds sous-jacents, comme nous avons vu des entrées sur certains fonds et des sorties sur d'autres, a entraîné la baisse de la marge du côté de la gestion d'actifs de détail. Nous continuons de nous concentrer essentiellement sur l'optimisation des ressources, comme vous pouvez le voir à partir de l'évaluation de la valeur, mais c'est un voyage et c'est un voyage que nous avons essentiellement commencé au cours des 18 derniers mois, et que nous continuerons à adopter essentiellement.

Mais rappelez-vous que l'optimisation des ressources n'est pas uniquement une question de performance d'investissement. Il s'agit de tous les aspects du service que nous fournissons réellement. Et certainement, rien ne prouve que si vous réduisez les frais et que le rendement des placements est médiocre, cela résout le problème. La performance des investissements est bien plus importante que les frais.

————————————————– ——————————

Opérateur (32)

————————————————– ——————————

Nous avons une autre question de Kathy Fear de Berenberg.

————————————————– ——————————

Kathryn Anne Peur, Joh. Berenberg, Gossler & Co. KG, Division de la recherche – Analyste (33)

————————————————– ——————————

Alors j'en ai juste eu un rapide. Juste sur les revenus stratégiques de la gamme de fonds de détail dont vous avez parlé. Je me demandais simplement quand nous pourrions commencer à voir des résultats à partir de cela ou quand nous pourrions avoir un impact? Alors, quand vous pensez que cela pourrait réellement commencer à avoir un impact positif sur l'entreprise?

Et ensuite, uniquement sur les fonds Pru, êtes-vous toujours en cours de lancement en Europe? Y a-t-il eu des changements dans la façon dont vous pourriez …

————————————————– ——————————

John William Foley, M&G plc – PDG et directeur (34)

————————————————– ——————————

Attendre. Kathy, vous êtes vraiment – vous vous séparez.

————————————————– ——————————

Kathryn Anne Peur, Joh. Berenberg, Gossler & Co. KG, Division de la recherche – Analyste (35)

————————————————– ——————————

Oh pardon. Alors peux-tu m'entendre maintenant ou …

————————————————– ——————————

John William Foley, M&G plc – PDG et directeur (36)

————————————————– ——————————

C'est bon.

————————————————– ——————————

Clare Jane Bousfield, M&G plc – Directeur financier et directeur (37)

————————————————– ——————————

Je peux l'entendre, John. Elle ne casse pas …

————————————————– ——————————

John William Foley, M&G plc – PDG et directeur (38)

————————————————– ——————————

Ah d'accord. Elle rompait pour moi. Désolé. Continuez, Kathy.

————————————————– ——————————

Opérateur (39)

————————————————– ——————————

Nous avons perdu la connexion avec ce questionneur. Nous avons une autre question de Gordon Aitken pour RBC.

————————————————– ——————————

Clare Jane Bousfield, M&G plc – Directeur financier et directeur (40)

————————————————– ——————————

Peut-être qu'elle rompait, John. Désolé.

————————————————– ——————————

John William Foley, M&G plc – PDG et directeur (41)

————————————————– ——————————

Eh bien, je suis tout à fait prêt à accepter que ce soit mon téléphone. Allez, Gordon.

————————————————– ——————————

Gordon Aitken, RBC Marchés des capitaux, Division de la recherche – Analyste (42)

————————————————– ——————————

D'accord. Donc, quelques questions sur le secteur des assurances, s'il vous plaît.

Premièrement, je veux dire, il semble que vous pourriez – ou vous aurez besoin de publications sur la mortalité pour atteindre vos objectifs de 2,2 milliards de livres sterling de génération de capital. Pouvez-vous nous parler un peu des différents composants de ces versions? Je veux dire, tout d'abord, vous êtes toujours actuellement – vous n'avez pas encore déplacé le tableau. Je veux dire, c'était une réduction de 3 mois de l'espérance de vie, puis allez-vous certainement passer à cela au cours de cet exercice? Le facteur de lissage. Si vous pouviez simplement nous dire quel est votre facteur de lissage actuel. Je veux dire que c'était une indication à partir de cela pour faire passer de 7,5 à 7 également le CMI 18. Et c'est une autre baisse de 3 mois de l'espérance de vie. Et puis peut-être juste parler des décès que vous avez constatés cette année et peut-être comment ils se comparent à la population?

Et la deuxième question est sur le livre de rente. Je veux dire, à part la mortalité, que pourriez-vous faire d'autre sur ce livre de rentes pour libérer du capital, peut-être parler de réassurance et changer la répartition de l'actif?

————————————————– ——————————

Clare Jane Bousfield, M&G plc – Directeur financier et directeur (43)

————————————————– ——————————

Donc Gordon, sur la mortalité. Vous avez donc parfaitement raison. Nous sommes actuellement sur le CMI 17. Nous chercherons à passer au CMI 18 cette année dans le cadre de l'examen de la mortalité ou des hypothèses que nous faisons au cours du second semestre de chaque année. Et cet examen portera non seulement sur les améliorations de la mortalité, mais aussi sur la mortalité de base. Et nous avons toujours, avec les améliorations et la mortalité de base, été prudents dans notre approche. Nous avons été l'une des dernières compagnies d'assurance à adopter les derniers tableaux.

Lorsque nous adoptons – lorsque nous avons adopté CMI 17 et il en sera de même pour CMI 18, ces tableaux sont hautement calibrés par rapport à notre livre sous-jacent. Et donc en effet, il est assez difficile de dire nécessairement que c'est ce que sera l'impact du CMI 18. Nous ne nous attendons pas à ce qu'il ait un impact significatif en termes de rejets de mortalité.

Et l'autre chose que nous devons faire est de regarder CMI 19 en termes de ce que montre la tendance, car ce serait de la folie de sortir le 18 et de se renforcer à nouveau lorsque nous avons mis en œuvre 19 un an plus tard. Et c'est évidemment tout notre genre de philosophie autour de la prudence que nous opérons.

En ce qui concerne les décès que nous avons constatés à la suite du COVID, le montant est relativement faible en termes d'impact sur nos chiffres au T1 et au T2. Certainement, en termes de décès plus élevés que prévu, c'est absolument le cas. Et vous pouvez le voir à travers un grand nombre de données démographiques aussi bien en ce qui concerne leur situation. Mais vous devez vous rappeler qu'en juin, plus de 40% de notre portefeuille est réassuré, donc il y a une part raisonnable d'avantages qui va aux réassureurs.

Et puis en termes d'opportunités sur le carnet de rentes. De toute évidence, oui, la longévité est l'un des domaines que nous examinons. Les dépenses en sont une autre en termes d'optimisation de la façon dont nous administrons le livre, et nous avons beaucoup travaillé pour transformer ces processus, et cela peut avoir un impact assez important simplement en raison du facteur de capitalisation. Vous avez alors aussi l'optimisation du portefeuille d'actifs, l'utilisation d'actifs privés dont nous avons parlé plus tôt. Et puis aussi la couverture des taux d'intérêt est l'autre endroit que nous gérons et surveillons évidemment tout au long de la période.

Nous avons une solide expérience dans la prestation de nombreuses mesures de gestion dans l'ensemble du portefeuille, et pas seulement dans le portefeuille de rentes. Mais un certain nombre d'entre eux sont déterminés par le marché pour s'assurer que vous avez les bonnes conditions du point de vue du marché. Donc – et c'est quelque chose que nous cherchons à optimiser régulièrement. Comme vous pouvez le voir sur ces chiffres, nous avons livré un peu moins de 300 millions de livres sterling au cours du premier semestre.

————————————————– ——————————

Gordon Aitken, RBC Marchés des capitaux, Division de la recherche – Analyste (44)

————————————————– ——————————

Puis-je faire un suivi sur – et le point sur les mortalités qui reculent tant. Je veux dire, utilisez-vous actuellement 7,5 est-ce – (faut-il) laisser tomber cela à 7?

————————————————– ——————————

Clare Jane Bousfield, M&G plc – Directeur financier et directeur (45)

————————————————– ——————————

Je n'ai pas les détails sur comment – où nous en sommes sur le facteur de lissage. Et comme je l'ai dit, il se calibre, je ne suis pas sûr que vous preniez simplement ce facteur de lissage sans prendre en compte d'autres aspects autour de lui.

————————————————– ——————————

Opérateur (46)

————————————————– ——————————

Nous avons une question de Kathryn Fear de Berenberg.

————————————————– ——————————

Kathryn Anne Peur, Joh. Berenberg, Gossler & Co. KG, Division de la recherche – Analyste (47)

————————————————– ——————————

Désolé pour ça. J'espère que vous pouvez m'entendre. J'ai été coupé.

————————————————– ——————————

John William Foley, M&G plc – PDG et directeur (48)

————————————————– ——————————

Beaucoup mieux maintenant.

————————————————– ——————————

Kathryn Anne Peur, Joh. Berenberg, Gossler & Co. KG, Division de la recherche – Analyste (49)

————————————————– ——————————

Je suis terriblement désolé. Le chien arrêtera probablement d'aboyer maintenant. Désolé. J'ai travaillé à la maison. Et juste sur le – donc la première question portait uniquement sur la gamme des fonds de détail dans l'examen stratégique. Et juste au moment où nous pourrions commencer à voir des résultats ou y aura-t-il un revirement dans le secteur de la gestion d'actifs de détail? À partir de là, qu'est-ce que vous en pensez?

Et puis le second était juste sur PruFund. Et je me demandais simplement, je pense que j'étais – il y avait peut-être déjà eu des discussions sur le changement de la structure qui s'éloignait du 90-10 lorsque vous l'avez lancé à l'échelle internationale. Et je me demandais simplement si vous aviez fait plus – ou si vous aviez d'autres réflexions à ce sujet ou si cela restera un produit 90-10 lorsque vous le lancerez en Europe?

————————————————– ——————————

John William Foley, M&G plc – PDG et directeur (50)

————————————————– ——————————

Donc, pour être clair, pour votre question, il s'agit de la performance des fonds de détail?

————————————————– ——————————

Kathryn Anne Peur, Joh. Berenberg, Gossler & Co. KG, Division de la recherche – Analyste (51)

————————————————– ——————————

Sûr.

————————————————– ——————————

John William Foley, M&G plc – PDG et directeur (52)

————————————————– ——————————

Et je sais que nous faisons à ce sujet sur le premier. Donc, comme nous l'avons déjà dit, il y a un certain nombre de choses à venir ici, qui sont dirigées par Jack, qui est sur cet appel, et il peut donner plus de couleur là-dessus. Mais il s'agit de plusieurs choses.

La première chose est que, comme vous l'avez vu, la performance sur PruFund est excellente depuis de très nombreuses années. Et amener les techniques de la façon dont nous pensons à la thèse d'investissement autour de PruFund à d'autres parties de notre entreprise est une évidence à mon – de mon point de vue. C'est une approche axée sur l'équipe. C'est une approche plus quantitative utilisant les capacités numériques.

Et ce sont des choses qui sont adoptées par l'équipe de gestion des fonds. Et donc – et c'est déjà – je veux dire, cela se produit depuis quelques mois. Et nous commençons déjà à en voir les fruits.

Jack, je ne sais pas si vous voulez faire d'autres commentaires à ce sujet.

————————————————– ——————————

Jonathan Daniels, M&G plc – CIO (53)

————————————————– ——————————

Oui. Je veux dire, si c'est une question générale, à la fois sur les nouvelles propositions potentielles et sur les performances. Je pense, juste sur la performance, nous y pensons de 3 manières. Nous pensons aux fonds auxquels John a fait allusion, avec une solide feuille de route; l'activité institutionnelle, encore une fois, une performance toujours solide. Et ces 2 parties de l'entreprise ont eu un très bon premier semestre, sont entrées dans la crise avec des positions de risque réduites et un risque accru en mars et avril. Tellement confortable là-bas.

Du côté de la vente au détail et en gros, ils ont été plus difficiles. Les fonds multi-actifs et à revenu fixe sont généralement positionnés pour une perspective économique positive. Et clairement, ce n'était pas le cas. Mais ils ont rebondi assez fortement au deuxième trimestre.

Et du côté des actions, il est clair que la base de valeur de certains de nos fonds nous a touchés – en particulier au premier trimestre, mais même pendant la reprise.

Nous pensons donc aux fonds de détail de 2 manières: premièrement, rafraîchir la gamme et y jeter un œil. Il s'agira donc d'examiner les opportunités de consolider la gamme de fonds existante, le cas échéant, d'identifier de nouveaux fonds et stratégies à lancer et l'ESG et l'impact seront au cœur de ces nouvelles propositions. L'intégration de l'ESG et de l'investissement durable dans les processus de recherche et d'investissement, que nous avons déjà entrepris, nous aidera et nous donnera un avantage.

Et aussi dans les stratégies actions, une diversification loin de la valeur en tant que style avec des offres thématiques à venir. Il se passe donc un certain nombre de choses là-bas, et vous commencerez à arriver vers la fin de cette année et au début de l'année prochaine, mais cela se produira au cours de l'année prochaine.

Et nous prenons également des mesures concernant la manière dont nous travaillons avec les gestionnaires de fonds pour améliorer la cohérence des performances de nos fonds phares. Et il y a un certain nombre d'initiatives que nous avons en cours là-bas que nous avons en place depuis un certain temps, et nous commençons à voir des résultats positifs en conséquence.

————————————————– ——————————

Opérateur (54)

————————————————– ——————————

Nous avons une autre question d'Ashik Musaddi de JPMorgan.

————————————————– ——————————

Ashik Musaddi, JPMorgan Chase & Co, Division de la recherche – Directeur exécutif et co-responsable de la recherche sur les actions d'assurance européennes (55)

————————————————– ——————————

Oui. J'ai juste quelques questions.

Donc, tout d'abord, revenons à – alors tout d'abord, parlons des PruFunds et du fonds Heritage With-Profit. Maintenant, si je regarde le transfert d'actionnaire du patrimoine avec un fonds de profit, il a augmenté d'année en année, tandis que le transfert d'actionnaire de PruFunds a beaucoup diminué d'année en année. Et c'était une diminution importante parce que dans le passé, je suppose, vous aviez l'habitude d'obtenir environ 2% des sorties de fonds sous forme d'amélioration des transferts d'actionnaires. Mais au premier semestre de cette année, ce n'était que de 1%. Alors, quel est le mécanisme qui, sur le patrimoine, ça monte; sur PruFunds, il diminue, même si si je comprends bien, le taux de crédit est plus ou moins le même pour PruFunds et Heritage. Ce serait donc ma première question.

Et deuxièmement, pour revenir à la question de Gordon sur cette confiance dans la génération de capital de 2,2 milliards de GBP, je veux dire que vous devez le faire – sur la base de ces indications, vous prévoyez toujours de générer environ 2,4 milliards de GBP de capital sur 2,5 ans. Est-il donc possible pour vous de diviser cela en action de gestion sous-jacente et macro-mouvements? Alors, quelles sont vos attentes sur ces 3 seaux? Oui, ces 2 questions seraient super.

————————————————– ——————————

Clare Jane Bousfield, M&G plc – Directeur financier et directeur (56)

————————————————– ——————————

D'accord. Ashik., En fait, je vais simplement revenir en arrière et répondre à la question de Kathy sur PruFunds en Europe, car je ne pense pas que nous ayons couvert cela en termes de – nous regardons 100-0 en termes de PruFund en Europe plutôt que 90-10. So that is still our current working philosophy, we haven't finalized in terms of the underlying structure, but that's the current direction of where we're going.

On the shareholder transfers in terms of the PruFund versus the old star traditional with profits, the reason why there's a difference between what's going on there is on the PruFunds, you have this concept of the unit price adjustments. So when the unsmoothed price and the smooth price get out of line by plus or minus 5% on the higher-risk funds. And what that does, is it triggers the unit price adjustment up or downwards depending on where we're at. And those funds basically had a unit price adjustment downwards at the end of March.

A number of the cautious, more cautious funds have also had a price adjustment upwards that's happened in the last month or so. And some of the higher-risk funds, when you look at where they're sitting in terms of smoothed and unsmoothed assuming markets behave, it looks like they may well have an upward adjustment as well. That — and of course, on the traditional With-Profits book. What we haven't done is reset bonuses because effectively, what we've done is looked at the impact that happened in March and April, but then also the recovery and basically, we're pretty comfortable in terms of the level of terminal bonuses that we're paying at the moment in the context of where the market sits today. So that's the reason why you've got a slightly different dynamic going on between the underlying, too.

But the core underlying asset call is exactly the same. And the hedging process is exactly the same that it's just the mechanics of how the outcome customers changed in terms of the transactions.

————————————————– ——————————

Ashik Musaddi, JPMorgan Chase & Co, Research Division – Executive Director and Co-Head of European Insurance Equity Research (57)

————————————————– ——————————

So just one — go ahead, yes.

————————————————– ——————————

Clare Jane Bousfield, M&G plc – CFO & Director (58)

————————————————– ——————————

No, go ahead, because I was going to move on to the capital generation, but if you've got a follow-up on With-Profits.

————————————————– ——————————

Ashik Musaddi, JPMorgan Chase & Co, Research Division – Executive Director and Co-Head of European Insurance Equity Research (59)

————————————————– ——————————

Oui. Just on PruFunds. So does it mean that the shareholder transfer will go back to the 2% level because that one-off hit has been taken, but going forward, like from second half onwards, it will go back to whatever the historical rate?

————————————————– ——————————

Clare Jane Bousfield, M&G plc – CFO & Director (60)

————————————————– ——————————

And so we did have a small reduction in the expected growth rate at the last quarter end. So — but it should return to that more normal level, yes, assuming market conditions behave.

And then on capital generation, you're absolutely right. Our task is now GBP 2.4 billion over 2.5 years. And as I said in my speech, we do need normal market conditions in terms of returns over that 2.5 years. And then together with management actions in terms of delivering that GBP 2.4 billion. It is stretching. It is always an ambitious target. But also, if you look at the track record of what we've delivered historically in terms of management actions, it is achievable, but stretching is the way that I would articulate it.

If you look in terms of the split between management actions and the underlying generation, what you can do is use effectively what we've provided to you in terms of the analysis of the underlying capital generation because — and also the guidance in terms of how we see the future outlook, that'll give you a sense in terms of what the underlying capital generation, we're expecting it to do during the period. But I'm not going to get into the detailed numbers, but I think it gives you a pretty good guide if you look at half 1 2020.

————————————————– ——————————

Opérateur (61)

————————————————– ——————————

We have a question from Dom O'Mahony from Exane BNP.

————————————————– ——————————

Dominic Alexander O'Mahony, Exane BNP Paribas, Research Division – Research Analyst (62)

————————————————– ——————————

Just 2, 1 quite specific. You mentioned that you booked the Asian asset management team. You've recaptured, I think, GBP 6 billion of assets there and another GBP 3 billion expected in H2. You're also building a U.S. team in Chicago. And I'm just wondering, what's the potential recapture of assets currently managed outside of M&G itself? Is there a ceiling in terms of — could it be 100% of all assets kind of managed externally? Or are there good reasons to leave more assets with other managers?

Second question, I think this may build on Ashik's question. Just coming back to the GBP 2.2 billion target, which it's clearly a stretch given what markets have done. It also sounds like you have true line of sight to quite a lot of capital management actions. Just really trying to understand the extent to which this is a change versus what you originally expected when you set the target. And in particular, whether what you're anticipating is essentially bringing forward capital generation that might otherwise have been later, i.e. that better return on assets because it's earlier. Versus sort of the creation of new capital, which would obviously be quite a different — have very different implications in terms of fair valuation.

————————————————– ——————————

John William Foley, M&G plc – CEO & Director (63)

————————————————– ——————————

So as a business, we obviously think that we should have the capability to manage all of our internal assets and have a very strong capability to do that. But that's not a given. And as a consequence, we have to compete with external providers and go through the appropriate governance to ensure that we merit the transfer of — or the repatriation of money back to M&G from third-party managers.

But this is an opportunity for us because clearly, we're already in those markets, and we know people, we manage those assets from a, if you like, a 10,000-feet perspective within the investment office. So we know precisely what it is that we need to develop and grow, which is why we acquired the Asia team and why we've acquired the U.S. team. But there would still be governance to go through to ensure that we provide Boards of those related entities with the with the — with all the information that they require to ensure that we're the right people or the company with the right people to manage those assets.

And yes. Is it — I mean, it's a philosophical point as to whether or not you think it's a good idea to leave some money with external providers. I mean, traditionally, we haven't. We're not, to a significant extent anyway. Because we have develop the in-house capability and then proven over time that we've got the capability set, which is why we've grown an institutional business to the magnitude that we have because we are good at that part of the business. So I would expect — my expectations are to see more money being repatriated both from Asia and North America. But as I say, we've got to go through governments, and it's not a slam dunk.

Clare, do you want to pick up the other question?

————————————————– ——————————

Clare Jane Bousfield, M&G plc – CFO & Director (64)

————————————————– ——————————

Oui. So on capital management and the GBP 2.2 billion on the original plan. So I think one thing you have to remember is that one of the underlying reasons for bringing the business together and effectively operating as one business is that we get the diversification of the insurance and annuity book with the with profits and then with the asset management side. And we always, as part of the business planning process, envisaged there was a cyclicality, particularly on the retail asset management, and also the margin pressure that we knew. So in terms of actually the number of management actions, we always believe there are levers that we needed to pull depending on the conditions in terms of where the market was. And that's exactly what happened in terms of the crisis. I don't think we envisaged that this size of the crisis was going to hit us so early in our life as a newly listed company. But fundamentally, that's how we see this business, as both elements of the business are able to basically support the other one, both in terms of the capabilities in terms of the investment proposition, but also financially in terms of enabling us to deliver something that's a very stable return.

So we didn't — we always looked at ranges on this rather than necessarily saying, right, this was the number of management actions, and this was the underlying numbers. But you can see from the capital generation, at the operating capital generation has been very strong. Yes, supported by a number of management actions, but those management actions were all-natural things that we were doing as part of the kind of business as usual.

As I said in my speech, we're not interested in basically doing management actions that effectively destroy long-term value. There's no value in that whatsoever. We're all shareholders. That doesn't make any sense. But does some of this move profit from period to period? Absolutely, it does. In terms of — but it's all about how do we manage the balance sheet and how do we manage the businesses, one, to get the stability in terms of the outcomes that we need as a listed company.

————————————————– ——————————

Opérateur (65)

————————————————– ——————————

We have another question from Steven Haywood from HSBC.

————————————————– ——————————

Steven Haywood, HSBC, Research Division – Analyst (66)

————————————————– ——————————

Two questions from me. And on your credit risk allowance, you've given an increase of GBP 117 million. Could you explain what M&G's assumptions for defaults and downgrades are currently? And you said 4% of bonds have been downgraded by a whole letter. Could you say what is the amount downgraded to high yield?

And then secondly, just a quick question on your property fund. Is there any update on your gated property funds? And what are you expecting the outflows to be when they open?

————————————————– ——————————

Clare Jane Bousfield, M&G plc – CFO & Director (67)

————————————————– ——————————

So on on the credit assumptions, I'm not going to get into the specific details in terms of where or what the underlying assumptions are. But basically, what we've done is we've strengthened the kind of short-term allowance that we put up as you go through any kind of crisis where we expect credit experience to deteriorate. We did that during the financial crisis.

And you basically — because effectively, a lot of this stuff takes quite a long time to come through. So what we've done is we've reassessed the credit, the IFRS revision and effectively said we want to hold a short-term amount, which is GBP 117 million. Again, it's effectively that experience that we expect to incur on a short-term basis. That will take quite a long time to run off, and it will run off in line with the actual experience in terms of the downgrade experience.

I don't think we're going to get into the specifics of which bonds we actually hold and what's being downgraded. But as we've said, the portfolio is very conservatively positioned. And what we've seen to date is not out of line with what we're expecting.

————————————————– ——————————

John William Foley, M&G plc – CEO & Director (68)

————————————————– ——————————

On the property fund, so we are keeping our customers very well appraised of what's going on in the fund. What's happening in terms of cash buffers, sales and so on. We have been surprised about — we've sold 1 or 2 properties that have actually been completed at levels above pre-COVID pricing, which feels counterintuitive but nevertheless, that's what's happened. And so that will continue.

As you know, all other funds are being (closed) now on that from a valuation perspective. So in terms of what we would expect as outflows, I'm not going to speculate on that. All I know is that we will try and sort of get a close read from our customers nearer time when the funds will open because the last thing we want is for the fund to reopen only to then be met with a lot of redemptions, and we have to close it again.

So obviously, we're all over it, but it feels like it's not something that's going to happen next year.

————————————————– ——————————

Operator (69)

————————————————– ——————————

Ladies and gentlemen, this is the last question for today's call. I'll now hand you over to John Foley.

————————————————– ——————————

John William Foley, M&G plc – CEO & Director (70)

————————————————– ——————————

Bonjour?

————————————————– ——————————

Operator (71)

————————————————– ——————————

Yes, John. Vous pouvez commencer.

————————————————– ——————————

John William Foley, M&G plc – CEO & Director (72)

————————————————– ——————————

So are we wrapping up now?

————————————————– ——————————

Operator (73)

————————————————– ——————————

Yes, this is the last question.

————————————————– ——————————

John William Foley, M&G plc – CEO & Director (74)

————————————————– ——————————

D'accord. Well, so look, I just wanted to thank everybody, not only in a COVID environment, but also in this heat. Because unless you have the luxury of air conditioning, you're stifling just like I am.

So I'll just wrap up quickly and say that we have delivered a really good set of results in what has been a challenging market. And I think that really demonstrates the value and resilience of our unique business mix. Given our continued financial strength and the resilient first half performance, we have declared a dividend of 6p per share, which is in line with our dividend policy. And that is something that we're proud about. And I also have to say that we are a crew that really want to deliver in respect of the things we've talked about and the business generally.

We remain committed to the GBP 2.2 billion capital generation target by the end of 2022. We know that's more stretching, but we remain on track to deliver the annual cost savings of GBP 145 million by the end of that period.

And despite the crisis, we have brought (inaudible) back to life as we expand business. And we are increasingly well positioned to deliver long-term sustainable growth. That's my view. Thank you very much for your time. It's really appreciated. I hope to see you all in the not-too-distant future.

————————————————– ——————————

Opérateur (75)

————————————————– ——————————

Ladies and gentlemen, this concludes today's call. Merci de nous rejoindre. Vous pouvez maintenant déconnecter vos lignes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *