Un étudiant au doctorat de McGill nommé sur la liste des 30 moins de 30 ans de Forbes


Les recherches de Daniel Almeida visent à comprendre les neurosciences de ce qui arrive au cerveau des enfants qui souffrent de maltraitance et comment ces changements les affectent à l'âge adulte.Sylvanne Daniels

Daniel Almeida, un étudiant au doctorat sous la supervision du Dr Gustavo Turecki au Programme intégré en neurosciences de McGill et au Centre de recherche Douglas, a été inclus dans la liste Top 30 under 30 du Forbes Magazine, dévoilée le 3 décembre. Dans l'ensemble, la neuvième liste annuelle comprend 600 les jeunes entrepreneurs, les preneurs de risques et les changeurs de jeu qui redéfinissent ce que signifie innover et montrer l'exemple. Les recherches d’Almeida sont axées sur la compréhension des altérations moléculaires spécifiques au type cellulaire dans le cerveau des personnes déprimées décédées par suicide et ayant des antécédents de sévices graves pendant l’enfance.

"Être sélectionné pour Forbes’ 30 Under 30, dans la catégorie science, signifie beaucoup pour moi ", explique Almeida. «Je crois fermement à l’importance du travail que nous faisons au sein du Groupe McGill d’études sur le suicide (MGSS). La nature translationnelle de notre travail permet de visualiser facilement l'impact que nos recherches pourraient un jour avoir sur la vie des personnes souffrant d'une maladie mentale. Je suis tellement honoré non seulement de faire partie d'une équipe aussi incroyable, mais d'avoir l'opportunité de partager mes recherches avec le monde. »

Motivé par l'AVC du père

Un changement dévastateur dans la vie d'Almeida au cours de ses années de formation a déclenché sa fascination pour le cerveau humain, le conduisant finalement à Montréal et à McGill pour ses études de doctorat. «Au cours des dernières années de mes études secondaires, mon père a survécu à un accident vasculaire cérébral majeur», explique Almeida. «Au cours des huit mois qui ont suivi, son rétablissement m'a inculqué une fascination pour le cerveau. Avant son AVC, j'avais déjà développé un intérêt pour la biologie. Cette expérience de vie, cependant, a précisé que le domaine de la biologie qui me passionnait le plus était les neurosciences. »

Almeida, originaire de Milton, en Ontario, a obtenu son diplôme de premier cycle à l'Université de Toronto, où il s'est spécialisé en physiologie comparée et s'est spécialisé en psychologie, complétant une thèse de spécialisation sous la supervision du Dr Ashley Monks en neurosciences comportementales.

Pour son doctorat, il a été attiré par le Douglas, qui abrite certains des esprits les plus brillants du monde dans le domaine de la santé mentale, et en particulier par le MGSS, dirigé par le Dr Turecki. La disponibilité d’échantillons de cerveau humain post mortem caractérisés psychiatriquement par la banque de cerveaux Douglas-Bell Canada a rendu possible la recherche actuelle d’Almeida.

«Il est particulièrement utile de comprendre les changements moléculaires qui se produisent dans le cerveau, car ils peuvent influencer les résultats sur le plan du comportement et de la santé mentale plus tard dans la vie», explique Almeida. «Le cerveau est composé d'une variété de types cellulaires distincts, chacun pouvant répondre différemment aux mauvais traitements infligés à l'enfance, et grâce à mon travail, nous pouvons apprendre à apprécier les changements discrets qui se produisent dans les types de cellules individuelles.»

Almeida a déjà reçu un certain nombre de prix tout au long de sa carrière universitaire, notamment la bourse Chubb Insurance Company pour ses études de premier cycle et, plus récemment, la prestigieuse bourse Vanier, une bourse financée par le gouvernement fédéral conçue pour reconnaître et promouvoir les futurs chefs de file de la recherche. Il a fait preuve de ce leadership par le biais de diverses initiatives de promotion de la santé mentale et de communication scientifique.

Valeur des cliniciens-chercheurs

«Je suis tellement fier de Daniel pour tout ce qu'il a accompli depuis qu'il s'est joint à mon laboratoire en 2014», a déclaré le Dr Turecki, président du département de psychiatrie de McGill et directeur scientifique du Douglas. "Daniel est venu avec un ensemble de compétences uniques et le voir grandir au cours des dernières années a été un plaisir – je suis ravi qu'il obtienne la reconnaissance qu'il mérite et j'ai hâte de voir où sa passion et ses ambitions le mèneront."

Quant à ses projets futurs une fois son doctorat achevé, Almeida a une idée de ce qu'il espère trouver. «Après mon doctorat, je prévois de poursuivre un diplôme de médecine avec une spécialisation plus tard en psychiatrie», dit-il. «Mes recherches au MGSS m'ont montré la valeur que les cliniciens-chercheurs apportent à la recherche. Il y a encore beaucoup à découvrir concernant les impacts moléculaires de la maltraitance infantile. J'espère donc poursuivre une solide carrière de chercheur qui fera progresser notre compréhension de ces impacts. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *