Une association de camionneurs en bonne voie pour des dons records


Un organisme de bienfaisance qui aide les camionneurs à payer les frais de subsistance lorsqu'ils ne sont pas sur la route pour maladie voit des dons records alors que le public reconnaît le rôle des chauffeurs de camion dans la livraison de biens essentiels pendant la pandémie COVID-19.

Le Fonds de développement et de secours pour les camionneurs de St. Christopher’s est à plus de la moitié de son objectif de financement de 1 million de dollars pour l’année, a déclaré Shannon Currier, directrice de la philanthropie et du développement de la FCE.

St. Christopher’s a reçu trois dons distincts de 100 000 dollars de la Pilot Company, de Love’s Travel Stops & Country Stores et de Progressive Insurance (NYSE: PGR). Prestataire logistique tiers C.H. Robinson Worldwide Inc. (NASDAQ: CHRW) a donné 50 000 $.

Ces dons représentent à eux seuls plus de la moitié de tout l'argent recueilli par Saint-Christophe en 2019 », a déclaré Currier à FreightWaves.

Record de rythme

"Si nous gardons le rythme que nous poursuivons actuellement, nous devrions atteindre et dépasser cet objectif", a-t-elle déclaré. «Mais il n’ya aucune garantie de cela. Mais ces dons importants et importants contribuent certainement à faire une différence.

St. Christopher’s, basé à Knoxville, dans le Tennessee, a plongé dans ses réserves en 2019 pour fournir une assistance aux 347 camionneurs qui ont postulé. Le flot de dons aide à remplir les coffres. Le don annuel record à St. Christopher's était de 720000 $ en 2017.

L'organisme de bienfaisance, qui a été fondé il y a une douzaine d'années, paie les frais de subsistance essentiels, tels que les paiements hypothécaires, les services publics, les paiements de véhicules et les primes d'assurance pour les camionneurs sur la route contraints de quitter la route par une maladie ou une blessure. Il n'effectue pas de paiements directs en espèces.

Jusqu'à présent, St. Christopher’s n'a que deux demandes d'aide de camionneurs infectés par le virus COVID-19.

"Je pense toujours qu'il y aura probablement un afflux", a déclaré Currier. «Ce n'est peut-être pas autant que nous le pensions. Nous voyons toujours nos applications normales que nous voyons pour d'autres problèmes. "

Nouveaux donateurs

Lorsque la propagation du coronavirus à travers les États-Unis s'est accélérée en mars, l'appréciation du public s'est accrue pour les camionneurs travaillant malgré la crise sanitaire qui a conduit à des commandes d'abris sur place dans une grande partie du comté. L’attention des médias sur les dons importants a attiré des entreprises ignorant la mission de St. Christopher.

«Le COVID-19 a évidemment incité certaines personnes à aller de manière proactive et à chercher un endroit où elles pourraient soutenir», a déclaré Currier. «Ils avaient peut-être eu des organismes de bienfaisance auxquels ils avaient donné pour de nombreuses raisons, mais sachant que le COVID allait affecter spécifiquement les conducteurs, cela les a peut-être incités à rechercher un autre type d'organisme de bienfaisance.

«Nous sommes les seuls à pouvoir le faire au niveau où nous offrons un soutien et les gens cherchaient donc simplement un endroit où donner», a-t-elle déclaré.

L’objectif de St. Christopher au début de l’année était de réunir l’industrie du camionnage autour de la cause des conducteurs. L'organisme de bienfaisance a reçu un don de 20 000 $ de PACCAR Inc. (NASDAQ: PCAR), son premier don d'un fabricant. St. Christopher’s discute avec un autre constructeur de camions au sujet de l’assistance.

«Nous dépendons tous de ces pilotes», a déclaré Currier. «Ils achètent des choses dans les stations-service pour les aider à être sur la route tous les jours. Nous voulions donc simplement (les entreprises) se rassembler et unir leurs forces et dire que nous sommes derrière ces moteurs. "

Citgo Petroleum Corp., OneBeacon Insurance Group Ltd., Pedigree Petfoods, filiale de Mars Inc., et d’autres ont ordonné de donner à St. Christopher’s une fois qu’ils en avaient eu connaissance.

«Nous espérons que certaines de ces grandes entreprises commencent à entendre parler de nous et à prendre note des dons qui sont faits», a déclaré Currier. «Une grande partie du soutien que nous obtenons généralement tombe au troisième et au quatrième trimestre de l'année.

«Nous ne nous sentons jamais à l'aise avec où nous en sommes, car plus de sensibilisation s'accompagne de plus d'applications.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *