Une femme de Laval affirme qu'une compagnie d'assurance l'a traitée comme une suspecte après le vol de sa voiture


MONTRÉAL –
Une Lavaloise dont la voiture a été volée a déclaré que sa compagnie d'assurance la traitait plus comme une suspecte que comme une victime.

JudyAnn Philip a déclaré que ses problèmes avaient commencé à la mi-décembre. Alors qu'elle quittait la maison pour conduire sa fille à l'école, elle a découvert que sa BMW de 12 ans était partie.

«Je me suis pincée comme 'Qu'est-ce qui se passe?'», A-t-elle dit.

Elle a déposé un rapport de police et a déposé une réclamation auprès d'Intact Insurance, mais un mois plus tard, elle n'a rien entendu.

«Ils n'arrêtent pas de me dire 'Oh, l'agent n'est pas disponible, elle te rappellera.' Je n'ai jamais entendu parler d'eux à aucun moment », a déclaré Philip.

Trois autres semaines se sont écoulées avant l'appel d'Intact.

"Elle voulait faire un deuxième suivi de ce qui s'est passé, ce que j'ai fait", a déclaré Philip.

Mais au fil du temps, elle s'est retrouvée à attendre. En mars, Intact a envoyé un autre représentant chez elle. Cette représentante a posé des questions sur les finances de Philip et son mari, a-t-elle dit.

«J'ai dit:« Au Canada, toutes les 15 minutes, la voiture de quelqu'un est volée, alors que se passe-t-il? Il m'a dit: «Je n'implique pas que vous êtes impliqué ou quoi que ce soit, mais mon travail consiste à vous poser ces questions.»

Bien que les compagnies d'assurance soient autorisées à suspendre leurs réclamations si elles soupçonnent un acte criminel ou une fraude, la police de Laval a déclaré à CTV News que l'enquêteur n'avait remarqué aucun comportement suspect de la part de Philip et n'avait aucune raison de soupçonner quoi que ce soit d'inhabituel.

«Il y a des cas où la police peut informer la compagnie d'assurance qu'il y a un drapeau rouge, mais cela ne semble pas être le cas avec les informations que je reçois dans ce rapport de police», a déclaré la porte-parole de la police de Laval, Evelyne Boudreau.

Il y a deux semaines, l'entreprise a contacté Philip pour lui dire qu'elle devait rencontrer leurs avocats pour examiner sa demande.

«Nous prenons notre responsabilité envers nos clients très au sérieux», a déclaré la société dans un communiqué envoyé à CTV News. «Nous comprenons le stress qu'une situation comme celle-ci peut causer et bien que cette réclamation soit toujours sous enquête, nous travaillons avec Mme Philip sur les prochaines étapes possibles.»

Pendant que la réclamation fait l'objet d'une enquête, la société a reconnu que Philip devait toujours payer la prime de 186 $ par mois pour assurer la voiture volée.

"J'ai l'impression qu'ils profitent de moi et ils essaient de trouver des moyens de ne pas me payer en me faisant attaquer par leur avocat", a déclaré Philip.

Après avoir été contactée par CTV News pour cette histoire, Intact a contacté Philip, disant qu'ils régleraient la réclamation et lui paieraient 10 000 $ pour la voiture. Philip a dit qu'elle chercherait une nouvelle compagnie d'assurance pour son prochain véhicule.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *